Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Gérard Flaitel

vendredi 10 octobre 2014

Gérard Flaitel

Chevalier normand du 11ème siècle

Duché de Normandie entre 911-1050Orderic Vital fait des Flaitel un des premiers lignages sous Robert le Magnifique. Gérard fait partie d’une puissante famille établie à Longueil [1] qui devient vassale de Guillaume d’Arques pour ses terres dans le Talou [2].

Il accompagne en 1035 Robert le Magnifique à la croisade. Il fait don en devenant moine à l’abbaye de Fontenelle [3] à son retour en 1036 d’une relique, obtenue par la générosité du duc Robert à Nicée, un doigt de Saint-Étienne.

Il acquiert avant 1046/1047 une grande partie du domaine de Chambois avec ses annexes d’Omméel et d’Avenelles et cède quand il devient moine les églises de Chambois, Omméel, Avenelles, Bosguérard-de-Marcouville et Longueil, avec l’accord du duc Guillaume et de Guillaume d’Arques.

Gérard Flaitel paraît mourir vers 1045.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Gérard Flaitel/ Portail de la Normandie/ Noblesse de Normandie

Notes

[1] Longueil est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

[2] Le Talou1, est une ancienne région littorale de Normandie, à la limite de la Picardie. Il recouvre partiellement le Petit Caux et le pays de Bray situés au nord-est de la Seine-Maritime. La Béthune le traverse. Le Talou apparaît à l’époque mérovingienne sous la forme d’un pagus2. L’ouverture maritime qu’offre ce territoire intéresse alors les monastères qui y possèdent des pêcheries et des salines.

[3] L’abbaye Saint-Wandrille, anciennement abbaye de Fontenelle, est une abbaye bénédictine de la congrégation de Solesmes située dans le département de la Seine-Maritime, en Haute-Normandie. Fondée en 649, l’abbaye a connu une longue histoire marquée par trois grandes périodes de saccages et de destructions : celles liées aux incursions des Vikings, puis celles engendrées par les guerres de religion, et enfin celles consécutives à la Révolution française. C’est encore aujourd’hui une abbaye de moines bénédictins.