Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Thierry de Mathonville

Thierry de Mathonville

vendredi 1er août 2014

Thierry de Mathonville (mort en 1058)

1er abbé de Saint-Évroult du 7 octobre 1050 à sa mort

Vue des ruines de l'abbaye de Saint-ÉvroultOriginaire de Mathonville [1], filleul de Thierry abbé de Jumièges et du Mont Saint-Michel.

Oblat [2] puis moine de Jumièges, l’abbé Thierry le nomme maître des oblats puis prieur claustral. Il aurait à cette époque éduquer Guillaume de Jumièges.

Thierry est élu par Robert de Grandmesnil , Guillaume Giroie et les moines. Le duc Guillaume lui donne la crosse et il reçoit la bénédiction de Hugues d’Eu , évêque de Lisieux. Il amène avec lui des moines de Jumièges. Il préside aux débuts de l’abbaye Saint-Martin de Sées [3].

Il baptise Robert II de Bellême. Il se querelle avec son prieur Robert de Grandmesnil. Il se retire souvent à l’abbaye de Sées. Après la mort de Guillaume Giroie, il décide d’abandonner sa charge et résigne en 1057.

Il part en pèlerinage à Jérusalem avec Herbert de Montreuil et Guillaume Bonne-Âme, clerc qui deviendra abbé de Saint-Étienne de Caen puis archevêque de Rouen.

Il meurt à Chypre le 1er août 1058 et y est enterré.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Thierry de Mathonville/ Portail de la Normandie/ Abbé de Saint-Évroult

Notes

[1] Mathonville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime

[2] Depuis le Moyen Âge, et encore dans le catholicisme actuel, un oblat est un laïc qui se donne à un monastère et dont il vit la spiritualité monastique. Ce terme avait un sens différent de l’Antiquité au Moyen Âge : il désignait les laïcs menant la vie monastique depuis leur enfance à la suite de la décision de leurs parents de les donner pour servir Dieu, avec l’obligation pour un monastère de prendre en charge leur éducation.

[3] L’abbaye Saint-Martin de Sées est une abbaye bénédictine située à Sées (anciennement Séez). La charte de fondation d’Yves III, évêque de Sées, sa nièce Mabile de Bellême accompagnée de son mari Roger II de Montgommery, semble s’appuyer sur la restauration d’un édifice plus ancien, qui laisse entendre la présence d’une abbaye pré-normande2. Il est pensé que l’abbaye de Sées fait partie des 15 abbayes fondées par Saint-Évroult.