Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marcellus

mercredi 23 juillet 2014, par lucien jallamion

Marcellus

Romain d’Orient

Empire bizantin Il fut l’un des plus proches collaborateurs de l’empereur byzantin Justinien 1er et commandant de la garde impériale des excubitores [1] environ vers 541 à 552.

le 8 Avril 539 l’empereur Justinien le nomma comme l’un des quatre hauts magistrats.

Au début de 541, Marcellus avait été nommé au poste très influent de chef de la garde impériale et du palais.

En mai 541, il fut impliqué dans le complot de l’impératrice Théodora et son ami proche Antonine , dirigé contre Jean de Cappadoce préfet du prétoire de l’empereur Justinien,.

Une réunion fut organisée au palais de Rufinianae près de Chalcédoine, où Marcellus, avec l’eunuque Narsès et de nombreux soldats étaient présents pour assister à des événements. Marcellus et narsès reçurent l’ordre de Theodora de tuer Jean de Cappadoce s’il parlait de la trahison. Une bagarre suivi, cependant, Jean de Cappadoce s’échappa et s’enfui et se réfugia dans une église, alors que Marcellus fut blessé. Jean de Cappadoce fut démis de ses fonctions immédiatement après et fut banni à Cyzique [2].

Marcellus qu’en a lui refit surface à la fin de 548 ou au début de 549, quand il fut de nouveau impliqué dans la conspiration contre le magister militum praesentalis [3] Artabane .

Artabane s’était senti méprisé quand l’impératrice Théodora avait bloqué son mariage avec la nièce de l’empereur Justinien Praejecta en 546. Celui-ci projeta d’assassiner l’empereur Justinien et le général Bélisaire pour installer son cousin Germain empereur byzantin.

À cette fin, ils contactèrent le fils aîné de Germain, Justin . Justin fait semblant d’avoir de la sympathie pour l’intrigue, mais en fait, fit un rapport à son père, qui à son tour informa Marcellus. Marcellus a d’abord hésité à accuser Artabane sans plus de preuves, et prévoya une autre discussion entre les conspirateurs et Justin, qui se tiendra et sera entendu par son associé dissimulé, Léonce. Cependant, par sympathie pour Artabane, il hésitait à informer l’empereur Justinien, mais aussi dissuada Germain de contacter directement l’empereur byzantin, car cela pouvait alerter les conspirateurs. En fin de compte, cependant, lorsque Bélisaire revenait à la ville et l’heure de la conspiration approchait, il la révéla à l’empereur byzantin.

L’empereur Justinien fut furieux que la conspiration lui fut dissimulée depuis si longtemps, mais Marcellus pris tout le blâme sur lui-même. Artabane et ses co-conspirateurs furent que légèrement punis ; Artabane lui-même fut seulement maintenu en détention à domicile, mais graciés peu de temps après et envoyé comme général en Sicile. Lorsque la question fut examinée, les soupçons furent également diminués sur Germain et ses fils grâce au témoignage de Marcellus. En Janvier 552, Marcellus reçu le titre de consul honoraire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Marcellus (comes excubitorum) / Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Excubites furent fondés vers 460 pour servir de garde personnelle aux premiers empereurs byzantins. Leurs commandants acquirent rapidement une grande influence et donnèrent à l’empire plusieurs empereurs au 6ème siècle. Si les Excubites disparaissent progressivement des annales vers la fin du 7ème siècle, ils furent réformés vers le milieu du 8ème siècle et devinrent un tagma d’élite formant le noyau professionnel de l’armée byzantine.

[2] Cyzique était une cité grecque de Mysie, sur la Propontide (l’actuelle mer de Marmara). Elle fut fondée par les Grecs d’Ionie de la cité de Milet en 756 avant notre ère. Selon la légende la cité aurait été bâtie par Cyzique, fils d’Apollon, venu de Thessalie en compagnie de Pélasges. Ceux-ci auraient été ensuite chassés par les Lydiens, et ceux-ci à leur tour par les citoyens de Milet.

[3] Le magister militum est un officier supérieur de l’armée romaine durant l’Antiquité tardive. Son nom est souvent traduit par « maître de la milice » ou « maître des milices ». Le commandant des corps demeurant à la disposition de l’empereur près de la capitale fut appelé magister militum praesentales.