Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Cornelia Cinna dite Cinnilla la jeune

Cornelia Cinna dite Cinnilla la jeune

lundi 13 décembre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 31 juillet 2011).

Cornelia Cinna dite Cinnilla la jeune (vers 94-vers 68 av jc)

Cornelia Cinna dite Cinnilla la jeuneFille de Lucius Cornelius Cinna, l’un des principaux leaders du parti de Caius Marius. Mariée en 83 av jc avec Jules César, elle eut avec lui une fille, Julia, qu’il maria à Pompée en 60 av jc.

En raison de sa parenté avec la veuve de Marius et de son alliance avec la famille de Cinna, César était tout désigné pour subir la vindicte du dictateur Sylla lorsque celui-ci entreprit de proscrire les membres du parti marianiste.

Sommé de répudier Cornelie, César refusa avec hauteur et préféra quitter Rome, passant plusieurs mois dans la clandestinité avant d’être finalement gracié grâce aux puissants appuis de sa famille maternelle.

Elle décéda juste avant le départ de César pour l’Espagne comme questeur [1]. Tout comme il l’avait fait peu de temps auparavant pour sa tante Julia, il prononça son éloge funèbre sur les Rostres [2]. Ce n’était pas la coutume pour une femme aussi jeune et le peuple y vit une marque de sensibilité et d’attachement. Il est probable cependant que César, qui n’agissait jamais sans arrière-pensée, profita de cette occasion pour réaffirmer ses allégeances politiques tout comme il l’avait fait à l’occasion des obsèques de sa tante.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Cornelia Cinna dite Cinnilla la jeune/ Portail de la Rome antique/ Catégories  : Personnalité féminine de la Rome antique/ Membre de la famille des Julio-Claudiens

Notes

[1] Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats romains annuels comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l’encaissement des recettes publiques. Ils sont les gardiens du Trésor public, chargés des finances de l’armée et des provinces, en relation avec les consuls, les promagistrats et les publicains. Maintenue sous le Haut Empire avec son rôle comptable, cette fonction se réduit sous le Bas-Empire à une magistrature honorifique et coûteuse exercée uniquement à Rome.

[2] Les Rostres sont dans la Rome antique des tribunes aux harangues qui, depuis 338 avant notre ère, servent aux magistrats et aux orateurs pour s’adresser aux assemblées et à la foule.