Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Orgétorix

mercredi 25 septembre 2013 (Date de rédaction antérieure : 30 juillet 2011).

Orgétorix

Chef des Helvètes

Orgétorix Chef des Helvètes

Lorsque les Helvètes décidèrent de migrer d’Helvétie [1] vers la Saintonge en Gaule. Orgétorix souhaitait, comme d’autres nobles gaulois, rétablir un pouvoir monarchique dans son pays. Pour réaliser ses projets, il s’associa avec le Séquane [2] Casticos et l’Eduen [3] Dumnorix auquel il offrit sa fille en mariage. Il fut probablement à cause de cette alliance, soupçonné de conspiration et d’aspirer à la Royauté. Devant passer devant le tribunal des Helvètes, il s’y présenta accompagné de tout sa clientèle, soit près de 10 000 hommes, et pu de ce fait s’exempter de défendre sa cause. Les Helvètes mécontents de ce stratagème, commencèrent à rassembler des troupes pour le vaincre par la force, mais il mourut sur ces entrefaites, probablement en se suicidant.

Par la suite, les Helvètes suivirent le plan imaginé par Orgétorix. Ils se heurtèrent aux légions de Jules César en Gaule et durent rebrousser chemin.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Portail du monde celtique/ Personnalité du 1er siècle av. jc/

Notes

[1] la Suisse aujourd hui

[2] Les Séquanes étaient l’un des peuples gaulois de l’est de la Gaule. Ils s’opposaient à leurs voisins Éduens au sud-ouest. Ils contrôlaient un vaste territoire correspondant aujourd’hui à la majeure partie de la Franche-Comté, entre la Saône, la Bresse, le Jura, les Vosges et le Sundgau qui leur fut enlevé peu avant l’intervention de César par Arioviste. Leur capitale était Vesontio (Besançon).

[3] Les Éduens étaient un peuple de la Gaule celtique. Ils étaient établis dans les actuels départements français de la Nièvre et de la Saône-et-Loire ainsi qu’au sud de celui de la Côte d’Or et à l’est de celui de l’Allier. Bibracte était leur capitale. Ils étaient régis par un chef électif, le vergobret. Les Romains firent, dès le 1er siècle av. jc, alliance avec eux, et le sénat romain les proclama frères de la république. Rome profita de la rivalité qui divisait les Éduens et les Arvernes pour intervenir dans les affaires de la Gaule et l’asservir plus facilement.