Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Chandragupta Maurya

jeudi 11 novembre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 13 août 2012).

Chandragupta Maurya (vers 340-vers 291av.jc)

Premier dirigeant de l’Empire maurya vers 322 à 298 av .jc

L'empire de Chandragupta Maurya vers 305 avant notre ère.L’incursion dAlexandre le Grand fit prendre conscience à l’Inde de la nécessité du développement d’un État centralisé.

On ne connaît pas grand-chose des origines de Chandragupta Maurya qui pourrait être de caste [1] inférieure.

Sous l’influence de son ministre Chanakya , l’auteur de l’Arthashâstra [2], et, avec son assistance, il renverse le dernier roi Nandâ du Magadha [3], le dernier représentant de la dynastie des Shaishunâga [4], s’installe dans sa capitale Pâtaliputra [5], puis étend son pouvoir sur le nord du sous-continent indien.

Il reporte alors son attention sur le nord-ouest du sous-continent où il repousse les troupes grecques restées au Panjâb [6] après le retrait d’Alexandre. Il continue ensuite sa conquête en s’emparant des territoires de la rive Est de l’Indus [7] avant de se tourner vers le Sud et de soumettre une grande partie de l’Inde centrale.

En 305, il retourne dans le Nord-Ouest de son territoire où Séleucos Nikator, le satrape [8] macédonien de Babylone [9] menace sa frontière depuis 308. Il arrête la progression des Macédoniens et repousse même sa frontière occidentale plus à l’ouest, la positionnant dans ce qui est aujourd’hui l’l’Afghanistan [10]. Les deux souverains arrivent à un arrangement vers 303 dans lequel Seleucos échange des territoires contre 500 des éléphants de guerre de Chandragupta. Une alliance est scellée par un mariage entre l’empereur maurya [11] et une fille du satrape. Séleucos envoie aussi son ambassadeur Mégasthène qui réside un temps à la cour des Maurya à Pâtaliputra et fournit, au travers de son Indika, un tableau de la vie de l’époque.

À la suite de cette alliance, la renommée de Chandragupta se répand en Occident où son empire est reconnu comme une puissance importante. Les Ptolémées [12] et le satrape de Syrie [13] envoient des ambassadeurs à sa cour.

À la fin de sa vie, en 298, Chandragupta renonce au trône. Une tradition veut qu’il se soit rendu dans le Karnataka [14] pour se faire moine jaina [15] à Shravana-Belgola [16] et qu’il mit fin à ses jours en commettant le suicide rituel par inanition.

Bindusâra , son fils, lui succède

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Chandragupta Maurya/ Portail du monde indien/ Catégories  : Dirigeant du monde indien/ Empire maurya

Notes

[1] Les castes sont des divisions des sociétés du sous-continent indien en groupes héréditaires, endogames et hiérarchisés.

[2] L’Arthashâstra est un traité ancien de politique, d’économie et de stratégie militaire, écrit en sanskrit, sans doute du 4ème siècle avant l’ère chrétienne, et dont le titre se traduit comme « science du politique ». L’ouvrage est considéré comme étant « un monument exceptionnel de la pensée politique ancienne »

[3] Le Magadha est le plus grand des seize royaumes de l’Inde ancienne (Mahâ-Janapadas). Le noyau du royaume était la région du Bihar au sud du Gange, sa première capitale était Rajagriha, puis Pataliputra. Magadha s’élargit pour inclure la plupart du Bihar et du Bengale avec la conquête de Licchavi et d’Anga, suivie par une grande partie de l’Uttar Pradesh et de l’Orissa. L’ancien royaume de Magadha est fortement évoqué dans les textes jaïns et bouddhistes. Il est également mentionné dans le Mahābhārata, le Purana et le Rāmāyana.

[4] Les Shaishunâga sont la deuxième dynastie qui régna sur le Maghada depuis les villes de Girivraja puis Pataliputra de 413 à 345 av. jc. Nous avons deux sources pour reconstituer la dynastie, les chroniques srilankaises Mahavamsa et Dipavamsa ainsi que les Puranas. Selon les premières, elle s’appelait Hariyanka avant de prendre le nom du roi Shishunâga originaire de Kâshî. Ils régnèrent sur la région durant 300 ans et deux rois (Bimbisara et Ajatashatru) furent les contemporains du Bouddha.

[5] Patna est la capitale de l’État du Bihar, dans le nord-est de l’Inde. La ville était auparavant connue sous les noms de Kusumpura, Pushpapura, Pāṭaliputra et Azeemabad.

[6] Le Pendjab ou Panjab est une région du sous-continent indien comprenant une grande partie de l’est du Pakistan (province du Pendjab pakistanais) et du nord-ouest de l’Inde (État du Pendjab indien et parties de l’Haryana, l’Himachal Pradesh, Chandigarh, Jammu et Delhi). Le Pendjab a une longue histoire. Il a été habité par les Harappéens, les proto-Dravidiens et les Indo-Aryens et envahi par les Perses, les Grecs, les Kouchans, les Ghaznévides, les Timourides, les Moghols, les Afghans et les Britanniques. En 326 av. jc, Alexandre le Grand envahit une partie du Pendjab à partir du nord et défait le roi Porus. Ses armées entrent dans la région par l’Hindu Kush et son empire s’étend jusqu’à la ville de Sagala. En 305 av. jc, le Pendjab fait partie de l’empire Maurya puis du Royaume indo-grec vers 200 av. jc. Ménandre 1er, qui règne d’environ 160 à 135 av. jc, se convertit probablement au bouddhisme. La région est envahie plusieurs fois, notamment par les Scythes et les Yuezhi. Ces derniers fondent l’Empire kouchan au 1er siècle.

[7] L’Indus connu sous le nom de Sindh ou Sindhu dans l’Antiquité est un fleuve d’Asie qui a donné son nom à l’Inde. Il coule depuis l’Himalaya en direction du sud-ouest et se jette dans la mer d’Arabie. L’Indus fait partie des sept rivières sacrées de l’Inde.

[8] Un satrape est le gouverneur d’une satrapie, c’est-à-dire une division administrative de l’Empire perse.

[9] Babylone était une ville antique de Mésopotamie. C’est aujourd’hui un site archéologique majeur qui prend la forme d’un champ de ruines incluant des reconstructions partielles dans un but politique ou touristique. Elle est située sur l’Euphrate dans ce qui est aujourd’hui l’Irak, à environ 100 km au sud de l’actuelle Bagdad, près de la ville moderne de Hilla. À partir du début du 2ème millénaire av. jc, cette cité jusqu’alors d’importance mineure devient la capitale d’un royaume qui étend progressivement sa domination à toute la Basse Mésopotamie et même au-delà, sous le règne de Hammurabi dans la première moitié du 18ème siècle av. jc.

[10] L’Afghanistan est un pays d’Asie du Sud ou d’Asie centrale sans accès à la mer entouré par l’Ouzbékistan au nord, la Chine et le Tadjikistan au nord-est, le Pakistan à l’est-sud-est, l’Iran à l’ouest et le Turkménistan au nord-ouest. Carrefour de l’Asie, ce pays constituait, à l’époque de l’Antiquité, un point de passage important sur la route de la soie et pour les conquérants qui souhaitaient prendre le contrôle de l’Inde : Cyrus le Grand, Alexandre le Grand, Gengis Khan, l’empereur Babur, etc. Cette région est aussi le noyau de vastes empires comme l’Empire bactrien, l’Empire kouchan ou encore l’Empire ghaznévide. L’expansion de l’islam y a commencé dès la fin du 7ème siècle. C’est à la suite de l’effondrement du royaume perse afcharide que l’Afghanistan devient une entité souveraine en 1747, sous le commandement du général Ahmad Shah Durrani, devenu premier padichah du pays cette même année.

[11] Les Maurya sont une dynastie qui a régné sur une grande partie du sous-continent indien d’environ 321 à 185 av. jc. Formé à partir du royaume de Magadha et de la ville de Pataliputra dans la plaine du Gange par Chandragupta, cet État s’est par la suite étendu vers l’ouest en profitant de la retraite des troupes d’Alexandre le Grand, puis, sous les règnes des deux souverains suivants, Bindusâra et Aśoka, vers le sud et l’est du sous-continent, sans jamais pour autant dominer celui-ci dans sa totalité. Ces souverains formèrent ce qui est vu comme le premier grand empire de l’histoire indienne, succédant à une période de division du sous-continent entre plusieurs royaumes rivaux. Pour autant, cette construction politique, dont l’histoire postérieure est quasiment inconnue, ne s’avéra pas durable. L’empire se fragmenta progressivement, et son dernier souverain fut renversé par le fondateur de la dynastie Shunga vers 185 av. jc.

[12] La dynastie lagide ou ptolémaïque est une dynastie hellénistique issue du général macédonien Ptolémée, fils de Lagos (d’où l’appellation « lagide »). Cette dynastie règne sur l’Égypte de 323 à 30 avant notre ère. Les souverains lagides portent le titre de basileus (roi) et de pharaon. Si on considère que la dernière dynastie numérotée de l’Égypte ancienne est la dynastie perse achéménide, soit la XXXIème dynastie, vaincue par Alexandre le Grand qui, couronné roi d’Égypte, serait alors l’unique représentant d’une XXXIIème dynastie de 331 à 323 avant notre ère, la dynastie des Lagides peut être considérée comme la XXXIIIème dynastie égyptienne. La défaite de Cléopâtre VII et de Marc Antoine face à Octave à la bataille d’Actium en 31 avant notre ère marque la fin de la dynastie ptolémaïque et de l’Égypte pharaonique. Elle marque aussi pour les historiens modernes la fin de l’époque hellénistique. La dynastie est typiquement grecque et se réclame comme telle : aucun Ptolémée ne parle l’égyptien, sauf Cléopâtre VII, qui est d’ailleurs polyglotte

[13] La Syrie fut occupée successivement par les Cananéens, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Assyriens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Arméniens, les Romains, les Nabatéens, les Byzantins, les Arabes, et partiellement par les Croisés, par les Turcs Ottomans et enfin par les Français à qui la SDN confia un protectorat provisoire pour mettre en place, ainsi qu’au Liban, les conditions d’une future indépendance politique.

[14] Le Karnataka est un État situé dans le sud de l’Inde. Créé le 1er novembre 1956, sous le nom d’État de Mysore, il a pris son nom actuel en 1973. Sa capitale, Bengaluru (Bangalore), est le centre de la « nouvelle économie » indienne, fondée sur le développement des nouvelles technologies. Le Karnataka est bordé, à l’ouest, par les eaux de la mer d’Arabie, au nord-ouest par Goa, le Maharashtra au nord, l’Andhra Pradesh et le Telangana à l’est, le Tamil Nadu au sud-est et le Kerala au sud-ouest. Il s’étend sur 191 791 km² Le kannada est la langue officielle, très largement parlée par la population.

[15] Le jaïnisme ou jinisme est une religion qui aurait probablement commencé à apparaître vers le 10 ou 9ème siècle av. jc. Le jaïnisme ou dharma jaïn compte près de dix millions de fidèles dans le monde, ascètes et laïcs confondus, en majorité en Inde

[16] Shravanabelagola ou Shravana-Belgola est une ville de l’État du Karnataka en Inde, dans le district d’Hassan. C’est le plus important centre religieux du Jaïnisme, surtout connu pour la colossale statue de Gomateshvara.