Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Albert 1er de Habsbourg

Albert 1er de Habsbourg

vendredi 22 novembre 2019 (Date de rédaction antérieure : 4 juin 2012).

Albert 1er de Habsbourg (1255-1308)

Duc d’Autriche et de Styrie de 1282 à 1308-Roi des Romain de 1298 à 1308

Fils et 2ème enfant de Rodolphe 1er de Habsbourg, landgrave [1] de Haute Alsace [2], roi des Romains [3], et de Gertrude de Hohenberg.

En 1274, il épousa Élisabeth de Carinthie, fille de Meinhard IV de Goritz , comte de Tyrol [4], et d’ Élisabeth de Bavière .

Il se porte candidat à la succession de son père en 1291, mais cet homme sévère et violent, qui se refuse à toute concession, déplaît aux électeurs qui lui préfèrent Adolphe de Nassau , obscur seigneur de la basse vallée du Rhin. Les échecs de ce dernier incitent, cependant, les électeurs à donner la couronne royale au duc Albert. Il est élu roi des Romains le 23 juin 1298, qualité qui lui fut reconnue en 1303 par le pape Boniface VIII. Mais, il n’eut pas le temps d’être sacré empereur.

Il fut assassiné par son neveu Jean de Habsbourg dit Jean Parricide , fils posthume de son frère Rodolphe, lequel, contrairement au pacte conclu en 1283, n’avait pas reçu les compensations promises par Albert.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Sigrid-Maria Größing sur Albert Ier dans le Kronen Zeitung du 25 novembre 2007

Notes

[1] Titre de noblesse équivalent, lorsqu’il est employé seul, à celui de comte. Dans le Saint Empire romain germanique, il fut combiné avec d’autres termes dénotant une juridiction ou un domaine de responsabilité, assortis de concessions spéciales d’autorité ou de rang jusqu’à la fin du régime féodal.

[2] La Haute Alsace est la partie méridionale de l’Alsace, correspondant à peu près aux départements actuels du Haut-Rhin et du Territoire de Belfort. C’est, avec la Basse Alsace et la République de Mulhouse (qui formait une enclave en Haute Alsace jusqu’à sa réunion), une des subdivisions de la Région historique d’Alsace. Ce nom a été utilisé dès l’époque du Saint Empire romain germanique et sous l’Ancien Régime entre 1648 et 1789. La Haute Alsace désignait alors la partie de l’Alsace relevant du diocèse de Bâle et de l’archidiocèse de Besançon, réputé correspondre à l’antique province romaine de Grande Séquanaise (en latin : Maxima Sequanorum) ; la Basse Alsace, la partie de l’Alsace relevant du diocèse de Strasbourg et de l’archidiocèse de Mayence, réputé correspondre à l’antique province romaine de Germanie première (en latin : Germania prima). La République de Mulhouse, ville libre alliée aux cantons suisses, n’en fait alors pas partie. La Haute-Alsace est officiellement annexée par le Royaume de France en 1648 par les traités de Westphalie.

[3] Le titre de roi des Romains est un titre utilisé dans le Saint Empire romain germanique pour désigner le candidat au trône impérial, entre le moment de son élection et celui où il est couronné empereur

[4] Le comté de Tyrol est un ancien État du Saint Empire romain germanique jusqu’à 1806, puis de l’empire d’Autriche et de l’Autriche-Hongrie. Fondé au 12ème siècle, ce comté a existé pendant plus de 750 ans, jusqu’à sa division en 1919 par le traité de Saint-Germain-en-Laye. L’État tire son nom du château Tirolo près de Merano, le siège ancestral des comtes avant qu’Innsbruck ne devienne la nouvelle capitale en 1420. À partir de l’an 1363, le Tyrol fait partie des territoires héréditaires des Habsbourg.