Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Albert 1er de Brandebourg, dit Albert 1er l’Ours

Albert 1er de Brandebourg, dit Albert 1er l’Ours

lundi 3 février 2020 (Date de rédaction antérieure : 5 mars 2012).

Albert 1er de Brandebourg, dit Albert 1er l’Ours (vers 1100-1170)

Margrave de Brandebourg

Sceau d'Albert 1er de Brandebourg.Issu de 2 familles puissantes, les Ballenstädt par son père et les Billung [1] par sa mère, il reçut de Lothaire de Supplinbourg la petite région de Salwedel plus tard appelée Altmark [2] à l’ouest de l’Elbe [3] à partir de laquelle il étendit ses conquêtes. Il s’empara de Havelberg [4] en 1137, et de la Prignitz [5].

Il participa à la croisade contre les Wendes [6] dans l’armée de l’empereur de Conrad III en 1148 et à l’expédition de Frédéric Barberousse en 1157 contre la Pologne.

Il se lia d’amitié avec Pribislav, prince slave des Havellanes, qui se convertit au christianisme et lui légua son pays, la Marche du Nord, et sa capitale Brandebourg [7] en l’absence d’héritier. Il prit alors en 1157 le titre de margrave de Brandebourg.

Il construisit des forteresses, réaffirma l’autorité de l’Église et intégra l’aristocratie slave dans la noblesse allemande.

Notes

[1] Les Billung sont une famille princière de la noblesse saxonne, les descendants du duc Hermann Ier, qui accède en 936 au service de la dynastie ottonienne. Ils règnent sur la Saxe jusqu’en 1106, date à laquelle le dernier souverain Magnus meurt sans héritier mâle. La famille tire son nom d’un ancêtre légendaire dont le nom figure dans l’obituaire du monastère de Saint Michel à Lunebourg qui ne date toutefois au plus que du 13ème siècle.

[2] L’Altmark est une région historique d’Allemagne comprenant le tiers Nord du Land de Saxe-Anhalt. Le paysage culturel s’étend dans la grande plaine du Nord sur l’ouest du cours inférieur de l’Elbe, entre Hambourg et Magdebourg. Le nom de l’Altmark se réfère à la zone intiale de la marche de Brandebourg établie par la maison d’Ascanie en 1157 ; c’est pourquoi la région est souvent appelée le « berceau de la Prusse ».

[3] L’Elbe est un fleuve d’Europe centrale qui prend sa source en République tchèque dans les monts des Géants et, après un parcours situé en majeure partie en Allemagne, se jette dans la mer du Nord par un long estuaire d’une centaine de kilomètres sur lequel se trouve Hambourg, premier port d’Allemagne. La longueur de ce fleuve est de 1 091 kilomètres.

[4] Havelberg est une ville allemande situé en Saxe-Anhalt, dans l’arrondissement de Stendal. C’est une ville historique, située au confluent de la Havel et de l’Elbe, et le siège de l’ancien diocèse de Havelberg fondé au 10ème siècle.

[5] La Prignitz est un territoire allemand situé au nord-ouest du Brandebourg. Une petite partie du territoire historique de la Prignitz se trouve dans l’actuel État du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, près de Ludwigslust et Parchim, ainsi qu’en Saxe-Anhalt, près d’Havelberg. La partie occidentale de la Prignitz historique recouvre surtout l’arrondissement de Prignitz et une partie de l’arrondissement de Prignitz-de-l’Est-Ruppin.

[6] Le nom de Wendes est la désignation première donnée par les peuples germanique au peuple serbe. Les Germains dénomment Wenden, les Serbes blancs ou Sorabes de Lusace (ou Serbie blanche), Par la suite, l’ethnonyme Wenden désigna toutes les tribus slaves en allemand. C’est aussi le nom donné au Moyen Âge par les Allemands à tous les peuples slaves établis sur le territoire délimité par l’Oder, la Spree, la Saale et les monts Métallifères. Les Wendes de la basse Elbe et de la côte Baltique étaient des Polabes et des Obodrites, ceux du sud-est des Slovinces et ceux de l’Elbe supérieure des Sorabes ou Serbes Blancs.

[7] Brandebourg-sur-la-Havel est une ville allemande du Land de Brandebourg. La ville historique, mentionnée pour la première fois vers 928/929, se développait autour d’une forteresse slave et fut la résidence des premiers margraves de Brandebourg au 12ème siècle ; c’est pourquoi elle est souvent appelée le « berceau de la marche ».