Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Dorothée de Brandebourg-Kulmbach ou Dorothée de Brandebourg

Dorothée de Brandebourg-Kulmbach ou Dorothée de Brandebourg

lundi 24 octobre 2022, par ljallamion

Dorothée de Brandebourg-Kulmbach ou Dorothée de Brandebourg (1430-1495)

Fille du margrave [1] Jean IV de Brandebourg-Külmbach , et de Barbara de Saxe, fille de Rodolphe III de Saxe .

Elle épousa d’abord Christophe de Bavière , roi de Danemark, de Norvège et de Suède le 12 septembre 1445.

À la mort de celui-ci, elle épousa son successeur, le roi Christian 1er de Danemark, le 28 octobre 1449. Elle eut 5 enfants lors de ce deuxième mariage.

Elle soutint son fils cadet, Frédéric 1er , contre son fils aîné, Jean , dans ses prétentions aux duchés de Schleswig [2] et d’Holstein [3] et elle y réussit partiellement, Frédéric en ayant reçu la moitié. Elle échoua en revanche à faire diviser de la même manière la Suède et la Norvège.

La reine Dorothée mourut le 25 novembre 1495 et est enterrée à côté de son mari, dans la cathédrale de Roskilde [4].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Dorothea of Brandenburg »

Notes

[1] Le titre de margrave était donné aux chefs militaires des marches (ou mark), dans l’empire carolingien, puis à certains princes du Saint Empire romain germanique. Le titre équivalent en français est marquis. Le margraviat est la juridiction sur laquelle il a autorité.

[2] Le duché de Schleswig a existé en tant que vassal du Danemark jusqu’à la guerre des Duchés, en 1864. La capitale était Schleswig. Durant le bas Moyen Âge, ce duché était nommé Jutland-du-Sud. Politiquement, le Schleswig était un duché vassal du roi du Danemark depuis le 12ème siècle. À partir du 14ème siècle, une liaison plus étroite se développa avec le Comté de Holstein, qui faisait partie du Saint Empire romain germanique. C’est ainsi que la noblesse du Holstein acquit de grandes possessions au Schleswig. Les Schauenburger, qui avaient reçu le Holstein en fief au 12ème siècle, purent s’établir comme ducs de Schleswig et comtes de Holstein, jetant ainsi les bases d’une seigneurie commune. Le duché de Schleswig resta cependant un vassal danois, tandis que le comté de Holstein demeurait un vassal de l’Empereur. À la mort d’Adolphe VIII en 1459, la lignée des Schauenbourg de Holstein s’éteignit ; le Schleswig et le Holstein étaient si liés qu’il fut naturel aux nobles des deux entités de se doter d’un seigneur commun. Elles choisirent le roi Christian 1er de Danemark, un neveu d’Adolphe VIII. Dans le traité de Ribe de 1460 signé avec Christian 1er figurait le fait que les deux entités devaient rester liées pour l’éternité. Bien que cela n’eût alors rien à voir avec une unité territoriale, ce paragraphe fut la base du mouvement de Schleswig-Holstein du 19ème siècle, qui demandait une séparation du Danemark et l’intégration du Schleswig germanophone à la Confédération germanique. Les danophones demandaient, eux, le rattachement pur et simple du Schleswig et du Holstein au Danemark.

[3] Le comté de Holstein, exista de 811 à 1474 date à laquelle il fut élevé au rang de duché de Holstein. Il appartenait au duc de Schleswig dépendant du royaume de Danemark. La capitale était Kiel. Le nom de Holstein vient d’une tribu saxonne, Holcetae, qui vivait sur ce territoire. Après la conquête de la Saxe par l’empereur Charlemagne, ce dernier accorde au roi Hemming de Danemark, en vertu du Traité de Heiligen, les territoires situés au-delà de la rivière Eider et constituant la partie septentrionale du Holstein, les terres orientales et méridionales du Holstein étant attribuées aux peuplades slaves des Abodrites et des Wagriens. Les Saxons furent chassés de leurs territoires du Holstein.

[4] La cathédrale de la Sainte-Trinité de Roskilde est un monument historique et une nécropole royale de la ville de Roskilde, au Danemark. Elle était l’église principale de l’ancien archidiocèse de Roskilde avant l’émergence du luthéranisme.