Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Centwine

mercredi 11 mai 2022, par ljallamion

Centwine

Roi des Saxons de l’Ouest de 676 à 685/686

Principales localités du Wessex anglo-saxon.D’après les tables généalogiques figurant dans la Chronique anglo-saxonne [1], Centwine est le fils de Cynegils, le premier roi chrétien des Saxons de l’Ouest [2], et le frère de Cenwalh . Selon Bède le Vénérable, le royaume des Saxons de l’Ouest connaît une décennie de troubles après la mort de Cenwalh, en 672, durant laquelle plusieurs roitelets se disputent le pouvoir.

Centwine pourrait être celui qui met un terme à ces dissensions et réunifie le royaume. Il semble certainement avoir été un guerrier renommé : la Chronique anglo-saxonne indique qu’il « repoussa les Bretons jusqu’à la mer » en 682, et le moine Aldhelm lui attribue 3 grandes victoires.

D’après la Vita sancti Wilfrith [3], Centwine aurait épousé une sœur de Iurminburg, la 2ème femme du roi Ecgfrith de Northumbrie. C’est pour cette raison qu’il aurait refusé d’accueillir l’évêque Wilfrid durant son exil.

Aldhelm le décrit comme un généreux donateur qui enrichit les jeunes églises de son royaume, et il subsiste une charte à son nom au bénéfice de l’abbaye de Glastonbury [4]. Néanmoins, il ne s’est apparemment converti au christianisme qu’à la fin de son règne, lorsqu’il abdique pour se retirer dans un monastère. Cædwalla lui succède sur le trône.

La fille de Centwine, Bugga, est la fondatrice d’un des premiers couvents connus du Wessex [5]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Barbara Yorke, Wessex in the Early Middle Ages, Leicester University Press, 1995 (ISBN 0-7185-1856-X).

Notes

[1] La Chronique anglo-saxonne est un ensemble d’annales en vieil anglais relatant l’histoire des Anglo-Saxons. Le manuscrit original est probablement rédigé dans le royaume de Wessex sous le règne d’Alfred le Grand, à la fin du 9ème siècle. De multiples copies sont distribuées aux monastères d’Angleterre et ensuite mises à jour indépendamment les unes des autres.

[2] Sans doute dès le 6ème siècle, les Saxons constituent quatre royaumes au sud de l’île : l’Essex, le Sussex, et le Wessex (respectivement terres saxonnes de l’Est, du Sud et de l’Ouest) ainsi que le Middlesex, plus éphémère puisqu’il fut annexé à la terre des Angles, l’Angleterre (Englalånd > England). Dans l’ensemble, les Saxons montrent également une résistance assez forte au Christianisme, alors en plein essor dans le royaume de Kent au début du 7ème siècle sous l’influence du missionnaire romain Paulinus. Si dès le 7ème siècle, la présence de Bretwaldas, sortes de « sur-rois », est attestée parmi les Anglo-Saxons de Grande-Bretagne. C’est seulement au 10ème siècle qu’une dynastie saxonne, à savoir celle de Wessex, s’impose finalement sur l’île sous le règne d’Alfred le Grand, pour une courte période jusqu’à l’invasion normande. La langue des Saxons donne naissance au vieil anglais, remplaçant dans une grande partie des îles britanniques les anciens dialectes celtiques.

[3] La Vita sancti Wilfrithi est une hagiographie latine de l’évêque northumbrien Wilfrid d’York. Elle a été rédigée au début du 8ème siècle, quelques années après la mort de Wilfrid en 709, par un prêtre nommé Étienne. Les historiens ont longtemps identifié cet Étienne à un certain Eddius Stephanus, maître de chant lié à Wilfrid, mais cette identification est aujourd’hui abandonnée. Contrairement à la plupart des hagiographies, la Vita sancti Wilfrithi ne présente guère de miracles. En revanche, elle s’intéresse de près à la carrière politique tourmentée de Wilfrid, faisant de lui l’une des figures les mieux connues de cette période. Elle comprend également des digressions sur l’histoire des deux principaux monastères fondés par Wilfrid : l’abbaye de Hexham et l’abbaye de Ripon. Il subsiste deux manuscrits de la Vita sancti Wilfrithi

[4] L’abbaye de Glastonbury, située en Angleterre, dans le Somerset, prétend être la plus ancienne église hors sol (par opposition aux cryptes et autres catacombes) au monde, datant l’établissement de la communauté de moines en 63, au moment de la visite légendaire de Joseph d’Arimathie, qui y aurait apporté le Saint-Graal et aurait planté l’aubépine de Glastonbury, arbrisseau fleurissant à Noël et en mai.

[5] Le Wessex est l’un des royaumes fondés par les Anglo-Saxons en Angleterre durant le Haut Moyen Âge. Il s’étend sur une partie du sud-ouest de la Grande-Bretagne, entre la Domnonée à l’ouest, la Mercie au nord et les royaumes de Kent, de Sussex et d’Essex à l’est. Au IXe siècle, le Wessex est le dernier royaume anglo-saxon à résister aux invasions vikings.