Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Enrique Enríquez le Jeune

Enrique Enríquez le Jeune

mardi 2 novembre 2021, par ljallamion

Enrique Enríquez le Jeune (mort en 1366)

Noble de Castille

Fils d’ Enrique Enríquez l’Ancien . Il était seigneur de Villalba de los Barros [1], de Nogales [2], d’Almendral [3], de La Parra [4], de Begíjar [5] et d’autres villes. Il fut “Maitre Adelantado” de la frontière d’Andalousie [6], juge en chef de la Maison du Roi, Chef des forces de l’évêché et du Royaume de Jaén [7], Maire de Séville [8] et Chevalier de la Bande [9].

En 1307, sa mère, Estefanía Rodríguez de Ceballos, cède la seigneurie de Villalba de los Barros à son fils, avec le consentement de son père. La concession fut confirmée par un document publié dans la ville de Valladolid [10] le 12 avril 1320 par le roi Alphonse XI de Castille. La date de décès de son père est inconnue, mais elle doit avoir eu lieu avant le 28 février 1323. À cette date, sa femme a consigné son état de veuvage dans un document publié à Séville, lorsqu’elle a vendu une maison sur sa propriété.

Le 19 Septembre 1335 Alphonse XI était dans la ville de Toro [11] et la donna à Enrique Enríquez le Jeune, qui occupait le poste de juge en chef de la maison du roi, village Espechilla, situé dans la région sévillane de Aljarafe.

En 1336, les troupes castillanes-léoniennes sous le commandement d’Enrique Enríquez le Jeune, ainsi que celles de Pedro Ponce de León l’Ancien , seigneur de Marchena [12], et celles de J uan Alonso Pérez de Guzmán , seigneur de Sanlúcar de Barrameda [13], ont vaincu les troupes du roi Alphonse IV du Portugal à la bataille de Villanueva de Barcarrota [14]. La victoire obligea le roi du Portugal à lever le siège de Badajoz.

En 1340, agissant en tant que commandant militaire de l’évêché de Jaén, il a combattu à la bataille de Río Salado [15], dans laquelle les troupes chrétiennes ont vaincu les musulmans. Après cette bataille, le roi Alphonse XI a donné à Enrique Enríquez et à ses fils, Alonso et Fernando, l’Ordre de Santiago [16]. Le 1er décembre 1341, Alfonso XI était dans la ville de Robledo de Chavela [17]. Il a congédié Enrique Enríquez le Jeune de son poste de Juge de Baeza [18], à la demande du conseil de cette ville. Le roi a rendu le privilège de nommer leurs propres juges et maires à la ville de Baeza, comme enchâssé dans la Charte de Cuenca qu’il avait été accordée à la ville par le roi Ferdinand III de Castille . Le même jour, Alphonse XI a pris le village de Mozo Begíjar d’Enrique Enríquez, qui lui avait été donné en 1341, et l’a renvoyé au conseil de Baeza.

En 1361, les Musulmans de Grenade [19] envahirent le royaume de Castille et León [20] avec 600 chevaliers et 2000 fantassins et incendièrent la ville de Peal de Becerro [21]. Lorsque Enrique Enríquez le Jeune, Diego García de Padilla , Maître de l’Ordre de Calatrava [22], et Men Rodríguez de Biedma, chef militaire de l’évêché de Jaen, qui étaient dans la ville de Úbeda [23], ont pris conscience de l’invasion, ils ont quitté cette ville avec les chevaliers de son conseil et ceux des autres villes, et sont allé occuper les passages de la rivière Guadiana Menor. Plus tard lors de la bataille de Linuesa [24], le 21 Décembre 1361, les troupes chrétiennes ont vaincu les Grenadans. Les musulmans ont été complètement vaincus et ont perdu le butin qu’ils avaient saisi pendant leur raid. Plus tard, le roi pierre 1er a pris les musulmans capturés et a promis de payer 300 maravedis pour chacun.

Le 15 janvier 1362, Enrique Enríquez le Jeune lutta contre les troupes musulmanes lors de la bataille de Guadix [25], au cours de laquelle les Musulmans furent victorieux. Dans cette bataille, qui fut un désastre pour les troupes du Royaume de Castille et Léon, le maître de l’Ordre de Calatrava, Diego García de Padilla , fut capturé par les musulmans, mais quelques jours plus tard, il fut libéré par Mohammed VI al-Ahmar , Sultan de Grenade. Le 29 mai 1364, le roi Pierre de Castille ordonna au conseil municipal de Murcie et à Enrique Enriquez le Jeune, qui occupait encore le poste de maire adelantado de la frontière d’Andalousie, de fournir ce qui était nécessaire à Pedro Fernández el Niño, Adelantado maire du royaume de Murcie [26], qui résistait à l’intérieur du château d’Alicante [27], qui avait été conquis par les aragonais [28].

Il mourut avant le 20 mars 1366. A sa mort, une grande partie des terres et seigneuries qu’il avait rassemblées sur le territoire de l’actuelle province de Badajoz devint propriété de l’une de ses filles, Leonor Enríquez, qui reçut à la mort de son père, entre autres, les villes de Nogales et de Villalba de los Barros, ainsi que toutes les terres de leurs conditions, qui avaient été évaluées à 170.000 maravedis.

Après sa mort, le corps d’Enrique Enríquez le Jeune fut enterré dans le monastère de San Francisco à Séville.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Enrique Enríquez le Jeune/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Villalba de los Barros est une municipalité située dans la province de Badajoz, Estrémadure, Espagne.

[2] Nogales est une commune espagnole de la province de Badajoz, en Estrémadure.

[3] Almendral est une municipalité située dans la province de Badajoz, en Estrémadure, en Espagne. L’actuel Almendral a été fondé par les Arabes, à deux kilomètres de l’ancien site de l’église de San Matías, car l’ancienne colonie aurait été dévastée par les forces portugaises lorsqu’elles se sont aventurées en Estrémadure après la bataille d’Aljubarrota. En 1333, le roi Alphonse XI le Justicier céda la ville d’Almendral, à Enrique Enríquez "el Mozo", seigneur de Villalba de los Barros de la Maison du roi, qui était l’arrière-petit-fils de Fernand III le Saint, Roi de Castille et León.

[4] La Parra est une municipalité située dans la province de Badajoz, Estrémadure, Espagne.

[5] Begíjar est une ville située dans la province de Jaén, en Espagne.

[6] L’Andalousie est une communauté autonome composée de huit provinces, située dans le Sud de l’Espagne. Elle constitue l’une des dix-sept communautés autonomes du pays : la communauté autonome d’Andalousie. La Junte d’Andalousie est l’institution qui exerce le gouvernement de la communauté autonome. Le préambule du statut d’autonomie du pays reconnaît l’Andalousie comme une « réalité nationale ». Elle est située dans le Sud de la péninsule Ibérique, faisant face au Maroc (région du Rif), et au nord-ouest de l’Algérie (Oranie). Elle est bordée au nord par l’Estrémadure et la communauté de Castille-La Manche, à l’est par la communauté autonome de Murcie, au sud par la mer Méditerranée (mer d’Alborán), l’océan Atlantique et Gibraltar, et à l’ouest par le Portugal.

[7] Jaén est une ville espagnole ainsi qu’un municipio, capitale de la province du même nom au nord-est de l’Andalousie. La ville de Jaén se dresse au pied de la Colline Sainte-Catherine (Cerro Santa Catalina), et reste très marquée par l’urbanisme médiéval : placettes et ruelles au tracé irrégulier s’adaptant au caractère fortement pentu du site définissent l’aspect du centre historique. La cité est d’ailleurs dominée par la silhouette de la forteresse médiévale bâtie au sommet de la colline. Jaén se situe par ailleurs au sein d’une région aux terres fertiles, traversées par le fleuve Guadalquivir. Vers le sud et le sud-est se trouvent la Sierra de Jaén et le mont Jabalcuz qui enserrent la ville. Au nord de la ville s’étend la vallée du Guadalbullón, rivière qui passe à proximité de la ville.

[8] Séville est une ville du sud de l’Espagne, capitale de la province de Séville et de la communauté autonome d’Andalousie.

[9] un ordre institué par le Roi Alphonse XI en 1331

[10] Valladolid est une municipalité et une ville espagnole située dans le quart nord-ouest de la péninsule ibérique, capitale de la province de Valladolid et le siège des tribunaux et du Conseil de la communauté autonome de Castilla y Leon.

[11] Toro est une commune au nord de la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. Elle appartient à la Province de Zamora.

[12] Marchena est une ville de la province de Séville en Andalousie, en Espagne. De l’Antiquité à nos jours, Marchena est tombée sous la domination de divers pouvoirs.

[13] Sanlúcar de Barrameda, ou plus simplement Sanlúcar est une ville du nord-ouest de la province de Cadix, dans la communauté autonome d’Andalousie dans le sud de l’Espagne. Sanlúcar est située à l’embouchure du Guadalquivir. Sanlúcar borde également le parc national Doñana et est connu pour ses fruits de mer et son manzanilla. Après la reconquête de Sanlúcar de Barrameda par Alphonse X de Castille en 1264, elle est reconstituée au 13ème siècle, devenant aux 15ème et 16ème siècles l’un des plus importants ports de commerce connectant l’océan Atlantique et la mer Méditerranée.

[14] La bataille de Villanueva de Barcarrota a eu lieu en 1336 près de la ville de Villanueva de Barcarrota en Estrémadure entre les troupes du Royaume du Portugal dirigées par Pedro Afonso de Sousa, et les troupes du Royaume de Castille dirigées par Enrique Enriquez le Jeune, qui a dirigé le forces de l’évêque de Jaén, assisté de Juan Alonso Pérez de Guzmán y Coronel et Pedro Ponce de León l’Ancien, qui a dirigé les forces envoyées par la ville de Séville. Les Portugais ont été vaincus. En conséquence, Afonso IV du Portugal, qui assiégeait la ville de Badajoz, ordonna la levée du siège et le retour de ses troupes au Portugal.

[15] La bataille de Tarifa ou bataille du Salado se déroule le 30 octobre 1340 entre la coalition musulmane mérinido-nasrides et la coalition chrétienne castillano-portugaise avec l’aide d’un contingent aragonais. La coalition chrétienne est victorieuse à l’issue de cette bataille.

[16] L’ordre de Santiago (Saint-Jacques de l’Épée) est un ordre militaire et religieux catholique, aujourd’hui ordre honorifique en Espagne et au Portugal. Le 1er août 1170, Ferdinand II de León et de Galice, confie la protection de Cáceres, en Estremadura, tout juste reprise aux musulmans, à Pedro Fernández, (premier maître de l’ordre - 1170-1184), et à ses douze frères d’arme qui l’ont aidé à prendre la ville. Désireux de fonder un ordre de chevalerie sur le modèle de ceux créés en Terre sainte, Pedro Fernández conclut en mai 1170, en présence du roi et des archevêques de Tolède et de Saint-Jacques-de-Compostelle, un accord avec le prieur du monastère de Santa Maria de Loyo. À la différence, néanmoins, des Ordres du Temple et de l’Hôpital, l’Ordre de Cáceres (il est appelé ainsi dans un document de décembre 1170) a pour seul objectif la lutte contre les infidèles et la défense de la Chrétienté.

[17] Robledo de Chavela est une commune de la Communauté de Madrid, en Espagne.

[18] Baeza est une commune espagnole, située dans la province andalouse de Jaén. Située à une cinquantaine de kilomètres de la capitale provinciale, elle doit sa célébrité à sa riche histoire, qui lui a légué un patrimoine d’une valeur exceptionnelle

[19] Grenade est une ville espagnole, capitale de la province de Grenade au sud-est de l’Andalousie. Elle est située au pied de la Sierra Nevada, au confluent de trois rivières, le Beiro, le Darro et le Genil et fut la capitale du dernier royaume musulman de la péninsule ibérique.

[20] Le royaume de León, une des 15 grandes anciennes divisions de l’Espagne et du Portugal, fut un des royaumes médiévaux de la Péninsule Ibérique, successeur du royaume des Asturies, qui eut un rôle dans la Reconquista et la formation des royaumes chrétiens successifs de l’occident péninsulaire.

[21] Peal de Becerro est une commune située dans la province de Jaén de la communauté autonome d’Andalousie en Espagne.

[22] L’ordre de Calatrava est un ordre militaire hispanique fondé au 12ème siècle. Il est le premier ordre militaire espagnol. Au milieu du 12ème siècle, la plaine du Campo de Calatrava est le théâtre de luttes incessantes entre chrétiens et musulmans. En 1147, le roi de Castille, Alphonse VII l’empereur conquiert la forteresse musulmane de Qal’at Rabah (en espagnol : Calatrava), bâtie au bord du fleuve Guadiana, et la confie aux Templiers. 10 ans plus tard, incapables de la défendre face à l’offensive des Almohades, les Templiers renoncent et la remettent à son successeur Sanche III. Face à une situation critique, en particulier pour la ville de Tolède, ce dernier réunit ses conseillers et ses proches et offre la forteresse à celui qui se sentirait capable de la défendre. À la surprise et sous les moqueries des présents, Raymond, abbé du monastère cistercien de Santa María la Real de Fitero, en Navarre, petite-fille de l’abbaye de Morimond, relève le défi. Conseillé par Diego Velázquez, un ancien guerrier devenu moine, il y installe quelques chevaliers le 1er janvier 1158. À eux deux, et avec l’aide de l’abbaye de Fitero, ils arrivent à constituer une armée de vingt mille moines-soldats. Les Musulmans refusent la bataille et se retirent plus au sud. La communauté mise en place pour la défense de la forteresse est érigée en ordre militaire par une bulle du pape Alexandre III en date du 14 septembre 1164.

[23] Úbeda est une ville d’Espagne, située dans la province de Jaén, communauté autonome d’Andalousie. La cité, proche de Baeza dont elle est séparée par 8 km d’oliveraies, et bénéficiant de sa proximité, vit se construire au 16ème siècle une remarquable série de palais, d’églises et de couvents.

[24] La bataille de Linuesa était une action menée le 21 décembre 1361 dans la municipalité de Huesa, Jaén, Espagne (royaume contemporain de Jaén). La bataille a eu lieu entre le royaume de Castille et les forces de l’émirat de Grenade. La bataille a abouti à une victoire des forces du Royaume de Castille. Les forces castillanes étaient commandées par Diego García de Padilla, le Grand Maître de l’Ordre de Calatrava, Enrique Enríquez " el Mozo " , le maire Adelantado de la frontera de Andalucía , et par Men Rodríguez de Biedma , le chef Caudillo de l’ évêque de Jaén.

[25] La bataille de Guadix était un engagement entre les forces castillanes et grenadines à Guadix, puis dans l’émirat de Grenade, qui a eu lieu en janvier 1362. Les Castillans ont été mis en déroute par les forces fidèles à Muhammed VI, sultan de Grenade. Malgré sa victoire, Muhammed VI peu de temps après a demandé la paix. Il a été assassiné sur ordre du roi Pierre de Castille

[26] Le Royaume de Murcie fut une des taïfas d’Al-Andalus, située dans le Levant espagnol et dont le territoire fut partagé entre la Couronne de Castille (qui conserva un royaume sous ce nom) et la Couronne d’Aragon (qui l’intégra au Royaume de Valence) à la suite de la Reconquista.

[27] Alicante est la capitale de la province d’Alicante, la seconde ville la plus importante de la Communauté valencienne au sud-est de l’Espagne, au bord de la mer Méditerranée. Elle est le chef-lieu de la comarque de l’Alacantí et est située dans la zone à prédominance linguistique valencienne. La ville fut assiégée par les Britanniques en 1707 puis par les Français en 1709 durant la Guerre de Succession d’Espagne et en 1812 durant la guerre d’Espagne.

[28] Le royaume d’Aragon est une entité politique du nord-est de la péninsule Ibérique, née en 1035 de l’union des comtés d’Aragon, du Sobrarbe et de la Ribagorce et disparue en 1707 avec son intégration au sein du royaume d’Espagne par les décrets de Nueva Planta.