Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Jeanne d’Artois (1289-après 1350)

Jeanne d’Artois (1289-après 1350)

lundi 4 octobre 2021, par ljallamion

Jeanne d’Artois (1289-après 1350)

Fille dePhilippe d’Artois, et de Blanche de Bretagne.

Jeanne, épouse à Senlis [1] en octobre 1301, Gaston 1er de Foix-Béarn . L’influence qu’elle exerça sur son mari fut la cause de nombreux conflits avec la noblesse et l’administration fuxéenne et ceux-ci introduisirent en 1317 une requête auprès du Parlement pour l’écarter de la garde de ses enfants, l’accusant de prodigalité et de vie dissolue.

Malgré un compromis conclu en 1325 à Beaugency [2], les conflits avec son fils Gaston se multiplient et en 1331, le roi Philippe VI de Valois autorise Gaston II à incarcérer sa mère au château de Foix [3]. Plus tard, elle est transférée à Orthez [4], puis à Lourdes [5].

Elle est libérée en 1347 sur la demande de son fils Robert, évêque de Lavaur, et se retire à Carbonne [6]. Elle décède après 1350.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jeanne d’Artois/ Portail du royaume de France : Catégories : Maison d’Artois

Notes

[1] Senlis est une commune française, sous-préfecture du département de l’Oise. Elle se situe sur la Nonette, entre les forêts de Chantilly et d’Ermenonville au sud, et d’Halatte au nord, à quarante kilomètres au nord de Paris. De fondation antique, séjour royal durant le Moyen Âge, la cité conserve de sa longue histoire un riche patrimoine et possède plusieurs musées. La vieille ville est constituée d’un ensemble de maisons et ruelles anciennes ceintes de remparts gallo-romains et médiévaux, autour d’une cathédrale gothique. Le comte Bernard de Senlis n’ayant pas d’héritier, la ville entre dans les possessions d’Hugues Capet au plus tard en 981, où il aurait été élu roi par ses barons en 987 avant d’être sacré à Noyon. La construction de la première cathédrale de Senlis commence à la fin du 10ème siècle. Sous les Capétiens, Senlis est une ville royale, demeure des rois de France, d’Hugues Capet à Charles X. Au 11ème siècle, Senlis semble être une ville d’une certaine importance, avec son château royal, le siège d’un diocèse, une cathédrale, au moins trois autres églises paroissiales, trois abbayes, dont Saint-Vincent refondée en 1065 par Anne de Kiev. La cathédrale Notre-Dame de Senlis naît à partir de 1154 sous l’impulsion du roi Louis VII. En 1170, l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem établit une commanderie, un hôpital et une église à Senlis. Cet ordre était un gros propriétaire immobilier dans la ville, avec jusqu’à 130 maisons dans son actif, qui en partie existent toujours

[2] Beaugency est une commune française située dans le département du Loiret.

[3] Le château de Foix est un ancien château du 12ème siècle, dont l’origine semble remonter au 10ème siècle, remanié à plusieurs reprises et très restauré au 19ème siècle, qui se dresse sur la commune française de Foix dans le département de l’Ariège.

[4] Orthez (en béarnais Ortès) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Du 13ème au 15ème siècle, Orthez fut la résidence des vicomtes de Béarn. Gaston Fébus y déclare l’indépendance béarnaise en 1347. Bien qu’en 1460 cette résidence ait été transférée à Pau, plus centrale, Orthez reste durant tout l’ancien régime la ville la plus grande et la plus dynamique du Béarn. Elle reste le lieu du marché où sont acheminés tous les produits de la région destinés à être exportés vers le port de Bayonne. En 1566 Jeanne d’Albret y a transféré l’académie protestante du Béarn transformée en université en 1583 par Henri IV. La ville subira peu de destructions en dehors de deux batailles en 1569 lors des guerres de religion.

[5] Lourdes est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées

[6] Carbonne est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne. En 1244, les troupes de Simon V de Montfort pillent le village qui ne reprend vie qu’en 1256, lorsque est construite la première bastide par Alphonse de Poitiers. De cette époque subsistent encore le clocher pignon et la tour adossée à l’église dédiée à saint Laurent. En 1356, après les ravages de la guerre de Cent Ans et le passage du Prince noir, il ne reste plus rien de la ville. Les moines de l’abbaye de Bonnefont, délaissant alors l’ancien emplacement, reconstruisent plus au nord une nouvelle bastide protégée par des remparts dans l’espace actuel « esplanade/préau », qui subit à son tour une épidémie de peste, un fléau qui en cette fin du 14ème siècle était aussi terrible qu’une guerre.