Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Niall Noigiallach

mercredi 4 août 2021, par ljallamion

Niall Noigiallach

Ard ri Érenn d’Irlande au 5ème siècle

Les ard rí étaient traditionnellement intronisés sur la colline de Tara. La Lia Fáil (photo) était supposée crier le nom du roi légitime lorsque celui-ci posait son pied sur elle.Personnage semi-historique de la mythologie celtique irlandaise, considéré comme l’ancêtre des Uí Néill [1] et aurait régné au 5ème siècle à Tara [2]. Il serait un des derniers rois adeptes de la religion celtique avant l’évangélisation hagiographique de l’île par saint Patrick.

Bien qu’il soit généralement considéré comme un personnage ayant existé, bien peu de choses sûres peuvent être dites de la vie de Niall Noigiallach, car il est antérieur à l’avènement de l’histoire écrite en Irlande.

Niall Noigiallach apparaît sous le nom de Niell sur la liste des rois établie dans le Baile Chuinn Chétchathaig [3], son règne étant daté de la fin du 4ème siècle et du début du 5ème siècle.

Les Annales des quatre maîtres [4] placent son accession en 378 et sa mort en 405.

La chronologie de Seathrún Céitinn dit Geoffrey Keating , “Foras Feasa ar Éirinn”, concorde assez bien, puisqu’elle situe le règne de Niall entre 368 et 395, associant ses incursions en Grande-Bretagne avec l’enlèvement de Saint Patrick.

Pourtant aujourd’hui, on considère que la liste traditionnelle des hauts-rois et sa chronologie ont été transformées. La royauté suprême n’est devenue une réalité qu’au 9ème siècle, et la condition légendaire de Niall a été exagérée, en rapport avec l’importance politique de la dynastie qu’il a fondée.

La saga du 9ème siècle Echtra mac nEchach Mugmedóin [5] contient le récit légendaire de la naissance et de la jeunesse de Niall. Son père, Eochaid Mugmedón , que les sources médiévales considèrent comme un roi de Tara, est absent du Baile Chuind Chétchathaig. Il aurait eu 5 fils de sa première femme Mongfind, sœur du roi de Munster [6]. Cairenn est décrite alternativement comme une princesse, une esclave, voire une princesse réduite en esclavage après un raid de pirates scots [7].

Voyant la popularité de Niall parmi les nobles, Mongfind exige qu’Eochaid nomme son successeur, espérant que ce soit un de ses fils. Eochaid refuse et se retranche derrière l’avis du forgeron Sithchenn qui est également un prophète. Celui-ci imagine un concours entre les frères. Il les enferme dans une forge en flammes, leur demandant de sauver ce qu’ils veulent, et les jugeant sur leur choix.

Niall ressort en portant sur son dos l’enclume, le soufflet, les marteaux, et tous les outils utiles au forgeron. C’est lui qui est le mieux jugé, mais Mongfind n’accepte pas cette décision. Elle tente alors de faire tuer Niall en demandant à ses fils de se quereller, afin que Niall soit tué en les séparant. Cette nouvelle ruse reste sans effet.

Pendant que Niall est haut-roi, ses frères s’instaurent rois régionaux. Brión dirige la province de Connacht [8], mais Fiachrae lui déclare la guerre. Brión bat Fiachrae, et le livre comme prisonnier à Niall.

Mais le fils de Fiachrae, Nath Íand, poursuit la guerre et finit par tuer Brión. Niall relâche Fiachrae, qui devient roi de Connacht et le bras droit de Niall.

Fiachrae et Ailill font alors la guerre au roi de Munster, Eochaid, fils de Crimthann. Ils le battent et partagent un grand butin, mais Fiachrae est blessé dans la bataille et meurt de ses blessures peu après. Les hommes du Munster prolongent la guerre, capturent Ailill et le coupent en morceaux. La guerre entre le Connacht et le Munster se poursuivra pendant de nombreuses années.

Le Lebor Gabála Érenn [9] dit qu’il y eut une guerre entre Niall et Énnae Cennsalach , roi de Leinster [10], au sujet du bórama [11], imposé à l’origine au Leinster par Túathal Techtmar . Eochaid, le fils d’Énna est désigné par toutes les sources comme le meurtrier de Niall, bien que les circonstances varient. Toutes les sources s’accordent à dire qu’il est mort hors d’Irlande. Son neveu Dathí lui a succédé.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Niall of the Nine Hostages »

Notes

[1] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[2] Tara est un site archéologique d’Irlande dans le comté de Meath. Dans la mythologie celtique irlandaise, Tara est la capitale mythique de l’Irlande, située dans la cinquième province de Mide, dans le centre du pays : c’est la colline des rois. Le récit Suidigud Tellach Temra (« Fondation du domaine de Tara ») expose la suprématie de la ville sur le reste de l’île. Elle voisine d’autres sites archéologiques majeurs, dont Brú na Bóinne.

[3] Le Baile Chuind Chétchathaig est la plus ancienne liste d’Ard rí Érenn (« Haut rois ») irlandais connue.

[4] Les Annales des quatre maîtres ou, de façon plus complète, les Annales du royaume d’Irlande par les quatre maîtres sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. L’ensemble couvre la période allant du Déluge en 2242 de l’âge du monde, soit 2 958 av. jc à 1 616. Toutefois, les entrées les plus anciennes ne datent que de 550.

[5] Les aventures des fils d’Eochaid Mugmedón

[6] Situé dans le sud-ouest de l’île, le Munster, est l’une des quatre provinces d’Irlande. Il comprend six comtés. Au début du Moyen Âge, la plus grande partie de la province actuelle faisait partie du Royaume de Munster, dirigé par Eóganachta, qui succeda aux Dáirine et Corcu Loígde à partir du 7ème siècle. Les trois couronnes du drapeau de Munster ressemblent à celles du drapeau de Dublin et du blason de sudédois, elles représentent les trois royaumes issus de la séparation de la province au 12ème siècle : Thomond (nord), Desmond (sud), et Ormond (est). Ces derniers royaumes furent eux-mêmes absorbés par renonciation et restitution dans le Pairage d’Irlande comme comtés. Ces noms n’existent plus qu’indirectement aujourd’hui, en particulier pour le comté de Thomond.

[7] Les Scots sont un peuple celte originaire de l’est de l’Irlande qui commença à s’établir dans l’île de Bretagne entre les rivières Clyde et Solway aux 3ème et 4ème siècles de l’ère chrétienne. L’Écosse actuelle leur doit son nom (Scotland). Les premiers Scots affrontèrent les Britto-romains lors de raids qui se transformèrent en établissements durables, profitant sans doute d’un dépeuplement précoce des régions où ils effectuaient leur piraterie. Peu avant 500, ces Scots s’établirent sur les côtes du Devon et du pays de Galles, mais ils n’y établirent pas d’ensembles politiques durables. On leur doit toutefois l’introduction de l’écriture oghamique sur l’île. Plus au nord, les Scots devinrent dans un premier temps les voisins immédiats et les rivaux occidentaux des Pictes, les anciens habitants de la Calédonie. Cette région, qui n’avait jamais été conquise par Rome, passa progressivement sous leur contrôle du 6ème au 9ème siècle. Dès le 6ème siècle, les Scots durent cependant résister aux Anglo-Saxons, établis durablement au sud du Forth avant 500, contrairement aux Bretons, les Scots nouèrent de nombreux contacts avec ces nouveaux venus, surtout à l’est avec le royaume septentrional de Northumbrie. Au 7ème siècle, les Scots chrétiens jouèrent en particulier un rôle important dans l’évangélisation des Anglo-Saxons, rôle qui fut ensuite éclipsé par Rome.

[8] Les rois de Connacht étaient les souverains de la province du Connacht, qui se trouve à l’ouest du fleuve côtier Shannon. Ce nom ne lui fut appliqué qu’au début du Moyen Âge d’après le nom de la dynastie régnante des Connachta. Après la première intervention des barons anglo-normands en Irlande Guillaume du Bourg reçoit vraisemblablement le titre de « seigneur de Connaught » mais il ne peut pas prendre possession de son domaine qui demeure entre les mains des Uí Conchobair jusqu’en 1224/1235. À cette date Richard Mor de Burgh se prévalant des droits de son père réclame l’investiture sur le Connacht. Il reçoit l’appui de son parent Hubert de Burgh qui est « Justicier d’Irlande » et qui l’autorise à effectuer une levée féodale parmi les barons normands pour conquérir le Connacht à partir de 1227. Après avoir vaincu Felim mac Cathal Crobderg Ua Conchobair roi de Connacht issu des Uí Conchobair qui ne conserve plus comme vassal du roi d’Angleterre que cinq cantons de son ancien royaume Richard de Burgh se proclama seigneur de Connaught en 1235.

[9] Le Lebor Gabála Érenn est l’un des récits irlandais majeurs de l’époque médiévale. Ce « livre », véritable cosmogonie, décrit l’invasion de l’île par six peuples mythiques héroïques pré-humains, avant l’arrivée et le règne terrestre des Gaëls. Après avoir été transmis exclusivement de manière orale jusqu’à la fin du 8ème siècle, ce mythe fondateur de l’Irlande celtique fut ensuite copié, développé et remanié par les clercs pour qu’il soit plus en phase avec l’enseignement de l’Église catholique et la culture de l’époque. La première version écrite du Lebor Gabála Érenn, presque une ébauche (l’Historia Brittonum de Nennius, date du 8ème siècle ou du début du 9ème siècle. Il existe cinq versions de ce mythe réparties dans 18 manuscrits rédigés entre le 12ème siècle et le 18ème siècle.

[10] Les rois de Leinster, gouvernèrent la province irlandaise de Leinster jusqu’en 1632

[11] un tribut en bétail