Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Thomas Müntzer

lundi 5 juillet 2021, par ljallamion

Thomas Müntzer (1489/1490-1525)

Prédicateur anabaptiste-Chef religieux de la guerre des paysans dans le Saint Empire

C’est un dirigeant révolutionnaire et l’un des grands protagonistes de la Réforme [1], et plus particulièrement de la Réforme radicale.

Né de parents pauvres, Thomas Müntzer aurait perdu son père de bonne heure, et sa mère aurait subi des mauvais traitements sous prétexte d’indigence. Son père est un pauvre artisan d’origine slave, qui aurait fini ses jours pendu à la potence, sacrifié à l’arbitraire d’un comte. C’est donc livré à lui-même que grandit le jeune garçon, qui bénéficiera toutefois d’une bonne éducation.

Après avoir étudié consciencieusement la théologie à l’université de Leipzig [2], il est pourvu d’une charge de prêtre auxiliaire dans la ville de Halle [3]. Müntzer est d’abord un fidèle de Luther auquel il se rallie à Leipzig en 1519 et qui le nomme pasteur à Zwickau [4] en Saxe en 1520. Une fois installé dans sa charge, Müntzer développe des idées personnelles sur la nécessité d’une révolution sociale. Très vite, il veut atteindre la masse des analphabètes.

En 1521, il est donc dissident. À partir de fin 1523, Müntzer s’en prend dans ses écrits à Luther. Il profite de la révolte des Paysans [5] pour répandre ses idées. En effet, l’agitation paysanne étant à son paroxysme en Saxe, il essaie de soulever les classes laborieuses contre les princes régnants et les ecclésiastiques.

Il affirme que la trop forte quantité de travail nuit au salut des paysans car aliénés par l’obligation de cultiver, ils ne peuvent pas se consacrer à la Parole. Il participe à la rédaction des Douze Articles [6] et prêche pour un rétablissement de l’Église apostolique par la violence s’il le faut, pour pouvoir préparer le plus vite possible le règne du Christ.

Finalement, après avoir été chassé de Zwickau à la suite d’une dispute avec le magistrat de la ville, puis de Wittemberg [7], et enfin d’Allstedt [8] où il était arrivé en mars 1523, Thomas Müntzer et son groupe prennent le pouvoir en février 1525 à Mühlhausen [9] en Thuringe [10], où ils instaurent une sorte de théocratie radicale et violemment égalitaire et d’où ils participent, eux aussi, à la guerre des paysans.

Le 11 mai 1525, Thomas Müntzer et son armée sont aux portes de Frankenhausen [11], le 14, ils se mettent en ordre de bataille face aux adversaires et le 15 mai a lieu le choc décisif.

En fait, la bataille tourne au massacre : les deux armées princières composées de mercenaires professionnels lourdement armés, disposant de canons, commandées l’une par les ducs de Brunswick [12] et de Saxe [13], l’autre par Philippe de Hesse dit le Magnanime, perdent 6 mercenaires pour massacrer environ 5 000 paysans.

Peu après, Müntzer est capturé dans une maison de Frankenhausen, où, blessé, il s’était réfugié. Après avoir avoué ses intentions subversives sous la torture, il se rétracte et, le 27 mai, il est décapité à Mühlhausen devant tout ce que la région compte de personnages de la haute noblesse. À l’attention du bon peuple, sa tête empalée est exposée sur les remparts de la ville.

Les réformes liturgiques de Thomas Müntzer, qu’il a entreprises lorsqu’il était pasteur d’Allstedt, entre 1523 et 1524, et qu’il a développées dans deux manifestes [14], sont d’excellents exemples de la refondation d’une pratique cultuelle proprement protestante.

Cette facette de l’œuvre de Müntzer, tout autant que ses compositions musicales, a exercé une influence bien au-delà de la mort du réformateur. Ses messes en allemand, dans lesquelles il a veillé à ne s’écarter qu’à la marge du rite catholique en latin et des heures canoniales, pour cependant en mettre le texte à portée des fidèles germanophones, ont été préservées et réimprimées à de multiples reprises dans plusieurs paroisses de Saxe et de Thuringe pendant plus de 4 siècles sans toutefois que le nom de Müntzer y apparaisse.

Les écrits liturgiques de Müntzer constituent une tentative de transposer directement en allemand le texte des hymnes en latin chantés à Allstedt. Par là, Müntzer est un pionnier de la messe en langue vernaculaire en Allemagne moyenne.

Son impatience de transposer la richesse de la théologie protestante dans une liturgie proche des gens est manifeste et à Allstedt elle obtint d’emblée un énorme succès. Martin Luther et son entourage posaient un regard sceptique sur les réformes liturgiques de Müntzer, non qu’ils en condamnassent le contenu théologique, mais bien plutôt le souci d’adhésion que l’imprudent Müntzer manifestait.

Il faut supposer que la décision de Luther, d’orchestrer en 1526 sa Messe allemande, non sur les airs polyphoniques, mais plutôt sur des airs populaires d’Allemagne, se fonde sur l’intention consciente de se démarquer de Müntzer, après que la répression de 1525 et l’écrasement de la Révolte des paysans de Thuringe eut montré combien la Réforme pouvait servir de prétexte aux autorités pour réprimer les conflits sociaux. Le mépris de Luther pour les réformes liturgiques de Müntzer revient sans cesse en conclusion de ses Propos de table.

L’insistance de Müntzer sur la foi vécue par expérience, sa critique du baptême traditionnel et de l’ordre social existant, tout comme sa façon de prendre modèle sur l’époque apostolique rencontrèrent rapidement un certain succès là où se faisait jour une conception de la foi différente de celle des réformes de Luther et de Zwingli.

C’est surtout par les écrits polémiques de Wittenberg que la participation de Müntzer à la guerre des Paysans fut gardée en mémoire par les générations futures, de sorte qu’il fut considéré longtemps comme l’archétype du fanatisme et de la rébellion.

L’influence de Thomas Müntzer sur l’histoire du culte protestant et sur la piété de l’imitation du Christ, ainsi que son rôle dans la constitution d’une critique de l’autorité établie et d’une doctrine de la résistance confèrent à Thomas Müntzer une importance historique notable même s’il reste globalement ignoré dans les études sur la Réforme, en raison de son profil de religieux exalté et radical

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Éric Vuillard, La Guerre des pauvres, Actes Sud, janvier 2019

Notes

[1] La réforme protestante, également appelée “la Réforme”, amorcée au 16ème siècle, est une volonté d’un retour aux sources du christianisme et aussi, par extension, un besoin de considérer différemment la religion et la vie sociale.

[2] Leipzig est une ville-arrondissement d’Allemagne centrale, au nord-ouest du Land de Saxe. En 1409 est fondée l’université de Leipzig, l’Alma Mater Lipsiensis (la mère nourricière lipsienne), une des plus anciennes universités d’Allemagne. En 1497, l’empereur Maximilien 1er étend les privilèges des (désormais trois) marchés annuels, en en faisant des foires impériales ; concrètement, aucune ville dans un rayon d’environ 115 km n’a le droit d’organiser des foires. Fortes de ce droit, les trois foires de Leipzig se développent considérablement jusqu’à devenir les plus importantes d’Allemagne au 18ème siècle devançant celles de Francfort-sur-le-Main. Il s’agit des foires du Nouvel An, de Pâques, et de la Saint-Michel. Au 18ème siècle, constituant une véritable plateforme commerciale où s’échangent des marchandises de l’Europe occidentale, centrale, et orientale, de l’Empire russe et même de la Perse (par l’intermédiaire des marchands juifs de la Pologne-Lituanie).

[3] Halle est une ville d’Allemagne, située dans le land de Saxe-Anhalt sur les bords de la Saale. En 806, une forteresse fut érigée à l’emplacement de la ville actuelle pour protéger les nombreux gisements de sel que compte la région et qui donnèrent leur nom à la ville, hall signifiant « sel » en grec ancien et en vieux celtique. La ville eut son apogée à la fin du Moyen Âge, entre le 14ème siècle et le 16ème siècle. À cette époque fut construit le château Moritzburg qui fut jusqu’en 1541 la résidence favorite des archevêques de Magdebourg et de Mayence. Halle fut une ville universitaire importante dès le 17ème siècle.

[4] Zwickau est une ville de l’ex-Allemagne de l’Est, dans le sud-ouest de la Saxe l’une des six villes les plus peuplées de la Saxe

[5] La guerre des Paysans allemands est un conflit qui a eu lieu dans le Saint-Empire romain germanique entre 1524 et 1526 dans des régions de l’Allemagne du Sud, de la Suisse, de la Lorraine allemande et de l’Alsace. On l’appelle aussi, en allemand, le Soulèvement de l’homme ordinaire, ou en français la révolte des Rustauds.

[6] Les Douze Articles, adoptés le 20 mars 1525, étaient un manifeste de la guerre des Paysans allemands, un conflit social et religieux qui souleva, entre 1524 et 1526, de larges territoires du Saint Empire. Entre autres, la Rhénanie, la Souabe et la Thuringe. L’Alsace, ainsi qu’une partie de la Lorraine et de la Franche-Comté, jadis intégrées au Saint Empire, ont été également touchées par l’insurrection. Élaborés en Souabe, à Memmingen en mars 1525, ces articles reprennent en substance les principales revendications et doléances des paysans et villageois en révolte.

[7] Wittemberg, en allemand Lutherstadt Wittenberg, est une ville de Saxe-Anhalt en Allemagne, située au bord de l’Elbe. Wittemberg est célèbre pour ses liens étroits avec Martin Luther et les origines de la Réforme protestante : plusieurs de ses bâtiments sont associés aux événements de ce temps.

[8] Allstedt est une ville située dans la partie centrale de l’Allemagne, sur les bords de la rivière Helme, elle-même affluent de la rivière Unstrut. Elle fait partie de l’arrondissement de Mansfeld-Harz-du-Sud, dans le Land de Saxe-Anhalt. Mentionnée pour la première fois en 771 sous le nom d’« Altsedi », la ville devient résidence du roi de Francie-Orientale Henri 1er, puis résidence impériale sous le règne de son fils Otton 1er, premier empereur du Saint Empire romain germanique.

[9] Mühlhausen est une ville allemande située dans le Land de Thuringe. Mühlhausen a été marquée par le passage de Jean-Sébastien Bach, entre 1707 et 1708. Il y fut organiste dans plusieurs églises, et il y écrivit sa première cantate.

[10] La Thuringe, officiellement appelée État libre de Thuringe, est l’un des länder d’Allemagne. Situé au centre du pays, il a une superficie de 16 200 km2 pour 2,3 millions d’habitants. Sa capitale est Erfurt. La Thuringe porte le nom des Thuringes qui occupaient son territoire vers le 2ème siècle. Passé sous domination franque au 6ème siècle, elle forma à partir de 1130 un landgraviat du Saint Empire romain germanique.

[11] La bataille de Frankenhausen est la conclusion de la guerre des paysans qui éclata en 1524-1525. Il ne faut pas croire que c’est un mouvement inédit puisque 18 autres mouvements analogues coururent sur le 15ème siècle. Contrairement aux autres mouvements, celui-ci dispose d’un facteur religieux important. En effet, le mouvement fut déclenché en 1524 lorsque des communautés réformées affirmèrent qu’elles avaient le droit de choisir librement leur pasteur. Luther ne réagit pas dans un premier temps et promut plutôt la paix, mais lorsqu’il vit l’ampleur du mouvement et l’accusation des princes qui le désignaient responsable de la révolte, il envoya le chevalier Philippe 1er de Hesse réprimer le mouvement des paysans conduits par le millénariste Thomas Münzer. Luther choisit à cette occasion de passer d’une réforme sans fil directeur à une réforme institutionnalisée par le haut, c’est-à-dire avec l’aide du pouvoir civil. Il décide dès lors d’attribuer un pouvoir de réforme au prince, le jus reformandi, grâce auquel tout un territoire est converti lorsque le détenteur de l’autorité civile choisit la religion réformée et devient ainsi garant de l’autorité religieuse pouvant contrôler l’action des pasteurs dans son territoire. Le 15 mai 1525, à la bataille de Frankenhausen, environ 6 000 personnes trouvèrent la mort et Thomas Münzer fut quant à lui capturé. Il fut torturé, puis exécuté le 27 mai.

[12] Le duché de Brunswick-Lunebourg était une principauté et un État du Saint-Empire romain germanique, situé dans l’actuel Land de Basse-Saxe. C’est l’une des entités suivantes de l’ancien duché de Saxe, créée en 1235 lorsque l’empereur Frédéric II donna le fief à Othon l’Enfant de la famille des Welf. Le duché a été partagé pour la première fois en 1269, entre les fils d’Othon, Albert 1er et son frère cadet Jean. À partir de là, les principautés de Brunswick-Wolfenbüttel et de Lunebourg constituaient le duché ; plusieurs divisions et fusions ont suivi. Après la dissolution du Saint-Empire en 1806, le congrès de Vienne a designé deux États successeurs : le royaume de Hanovre et le duché de Brunswick.

[13] Le duché de Saxe était un duché médiéval couvrant la plus grande partie du nord de l’Allemagne. Il s’étendait sur les états allemands contemporains de Basse-Saxe, Rhénanie-du-Nord-Westphale, Schleswig-Holstein, Saxe-Anhalt et des parties de la Saxe. Le duc Henri le Lion occupa la région déserte de Mecklembourg Poméranie occidentale. Les Anglo-Saxons avaient quitté cette dernière zone pour l’Angleterre.

[14] Allstedter Kirchenampt et Deutzsch-Evangelisch Mesze