Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Néel II de Saint-Sauveur

Néel II de Saint-Sauveur

lundi 14 décembre 2020, par ljallamion

Néel II de Saint-Sauveur

Baron normand du 11ème siècle-Vicomte du Cotentin-Seigneur de Saint-Sauveur en Normandie occidentale

Il est l’un des chefs de la révolte de 1047 contre le jeune duc de Normandie Guillaume le Bâtard.   Vers 1040/1042, Néel II succède à son père Néel en tant que vicomte du Cotentin [1], à l’extrémité ouest du duché de Normandie [2]. Les Néel constituent un exemple de l’hérédité de la fonction vicomtale, mais il ne semble pas que ce soit la norme en Normandie.   Peu avant 1047, Néel II de Saint-Sauveur, comme d’autres barons tels Hamon le Dentu ou Ranulph de Briquessart , se lie avec Gui de Brionne , prince normand par sa mère qui prétend au duché de Normandie, cherchant à écarter Guillaume le Bâtard.   Pour son soutien, il reçoit de Gui l’Isle-Adam [3]. Cependant l’armée des rebelles normands de l’actuelle Basse-Normandie est sévèrement battue à la bataille du Val-ès-Dunes [4] en 1047. Néel fuit le champ de bataille mais il est rattrapé par des chevaliers de l’armée ducale.   Le jeune duc le prive de ses biens et fonction et l’exile. Guillaume le Bâtard lui pardonne et le rappelle en 1054 comme il le fera avec d’autres rebelles. Néel quitte donc la Bretagne où il s’était retiré pour rejoindre la Normandie. Cependant les pouvoirs de la vicomté sont dorénavant assumés par d’autres.   Dans les années 1080, Néel refonde l’abbaye proche de son château de Saint-Sauveur-le-Vicomte [5]. Son frère Odon lui succède en retrouvant tous les pouvoirs de vicomte.   Néel II de Saint-Sauveur épouse Adèle de Brionne, fille du richardide [6] Gilbert de Brionne, comte d’Eu [7].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Néel II de Saint-Sauveur/ Portail de la Normandie/ Catégories : Personnalité du XIe siècle/ Noblesse de Normandie

Notes

[1] Le Cotentin est une péninsule française correspondant globalement aux limites de l’ancien pays normand du même nom autrefois appelé Pagus Constantiensis (pays de Coutances). Élément du Massif armoricain, il s’étend entre l’estuaire de la Vire et l’embouchure de l’Ay et jusqu’à Granville. En 1204, le Cotentin, à l’exception des îles Anglo-Normandes, revient à la France lors de la reconquête du duché de Normandie par Philippe Auguste. La guerre de Cent Ans ravage les campagnes et les châteaux de Cherbourg, Valognes, Bricquebec, Saint-Lô et Saint-Sauveur-le-Vicomte font l’objet de multiples sièges. La paix revenue, l’agriculture amène un essor important au 15ème et 16ème siècle, celui-ci se matérialisant dans le bocage par de nombreuses fermes-manoirs. Les grands seigneurs édifient des châteaux et hôtels de style Renaissance

[2] Le duché de Normandie est un duché féodal du royaume de France qui a existé de 911 à 1469, d’abord comme principauté largement autonome, puis après sa conquête par le roi de France en 1204, comme partie du domaine royal ou comme apanage. Louis XI supprime le duché en 1469. Toutefois, il subsiste pour sa partie insulaire (les îles Anglo-Normandes) comme dépendance de la couronne britannique. Le duché de Normandie fait partie, comme l’Aquitaine, la Flandre ou la Catalogne, de ces principautés qui émergent au milieu du Moyen Âge avec l’affaiblissement du pouvoir royal carolingien.

[3] L’Isle-Adam est une ville francilienne du centre nord du Val-d’Oise située sur la rive gauche de l’Oise à 25 kilomètres à vol d’oiseau au nord-nord-ouest des portes de Paris, une dizaine au nord est de Pontoise et 35 au sud de Beauvais. Logée entre la vallée de l’Oise à l’ouest et, aux trois autres points cardinaux, la forêt de L’Isle-Adam, la ville a été le fief puis le lieu de villégiature de certaines des plus grandes familles de la noblesse française avant de devenir au 19ème siècle une ville bourgeoise attirant les habitants de Paris et de nombreux artistes. Elle est aujourd’hui un prospère chef-lieu de canton à l’extrême nord de l’aire urbaine de Paris, aux portes du parc naturel régional du Vexin français et de la Picardie.

[4] La bataille de Val-ès-Dunes opposa le 10 août 1047 le jeune duc de Normandie Guillaume dit le Bâtard, aidé de son suzerain le roi Henri 1er de France, à une coalition de barons normands rebelles de l’ouest du duché.

[5] Le château de Saint-Sauveur-le-Vicomte est un ancien château fort, de la fin du 10ème siècle ou du début du 11ème siècle, dont les vestiges se dressent sur la commune française de Saint-Sauveur-le-Vicomte dans le département de la Manche. Il fut le centre de la seigneurie éponyme.

[6] Les Richardides constituent une partie des Rollonides, plus spécifiquement les descendants du duc Richard 1er de Normandie, dit Richard Sans Peur. C’est à ce noyau qu’appartiennent la plupart des adversaires du duc Guillaume le Bâtard lors de sa minorité à partir de 1035. Le terme Richardide est employé par Dudon de Saint-Quentin. Il désigne surtout les enfants et les petits-enfants de Richard 1er.

[7] Le comté d’Eu était l’un des comtés constitutifs du duché de Normandie.