Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Takaharu dit Go-Daigo

lundi 2 novembre 2020, par ljallamion

Takaharu dit Go-Daigo (1288-1339)

96ème empereur du Japon du 29 mars 1318 au 18 septembre 1339

Contrairement à la plupart des empereurs, dont le nom posthume est choisi après leur mort, Go-Daigo choisit le sien de son vivant, en mémoire de celui de l’empereur Daigo, car il considère l’ère Engi [1] du règne de ce dernier comme son idéal.   Second enfant de l’empereur Go-Uda de la lignée Daikakuji-tō [2]. En 1318, il monte sur le trône lorsque son cousin l’empereur Hanazono , de la lignée Jimyōin-tō [3], abdique en sa faveur en vertu d’un accord pour alterner le trône entre les deux lignées impériales tous les 10 ans.   Le nouvel empereur, abreuvé depuis son enfance des commentaires du Nihon Shoki [4], des enseignements shinto [5] sur la place de l’empereur, descendant de la déesse Amaterasu , commence à rêver de restaurer la puissance et les prérogatives impériales, tels qu’il imagine qu’elles étaient quelques siècles auparavant.   Jusqu’en 1321, son père Go-Uda règne en tant qu’empereur retiré, puis Go-Daigo, commence à régner en son nom propre, à réactiver certains organes de la cour et à comploter pour renverser le shogunat [6] de Kamakura [7]. En 1324, sa première tentative de coup d’État, appelée Shōchū no hen, est découverte, et deux conseillers et complices de l’empereur, les frères Suketomo et Toshimoto Hino, sont arrêtés par le Rokuhara Tandai [8] alors qu’ils tentent de réunir une armée. Go-Daigo, qui nie avoir connaissance du complot, reste libre.   Lors de sa seconde tentative en 1331, appelée Genkō no ran [9], les plans de Go-Daigo sont à nouveau découverts, cette fois à cause de la trahison de son proche conseiller Sadafusa Yoshida. Il cache rapidement les trésors sacrés [10] dans un château reculé à Kasagiyama [11] et lève une armée, mais le château tombe l’année suivante face à l’armée du Bakufu [12], et Go-Daigo est exilé dans la Province d’Oki [13] et un nouvel empereur, Kōgon est mis sur le trône.   En 1333, Go-Daigo s’évade d’Oki avec l’aide de Nawa Nagatoshi et de sa famille, et commence à rassembler une armée au mont Funagami dans la province de Hōki [14]. Ashikaga Takauji , envoyé par le Bakufu pour trouver et détruire cette armée, choisit finalement le camp de l’empereur et capture le Rokuhara Tandai. Immédiatement après cela, Nitta Yoshisada , qui a levé une armée à l’est, détruit le clan Hōjō [15] et capture le Bakufu.   De retour à Kyōto [16], Go-Daigo reprend le trône à Kōgon et entame la restauration de Kemmu [17]. Celle-ci est ostensiblement un retour à un système plus ancien, mais en fait, l’empereur vise une dictature impériale similaire à celle de l’empereur de Chine. Il veut imiter les Chinois dans tous les domaines et devenir le plus puissant dirigeant de l’Est.   Cependant, des réformes impatientes, des litiges sur la propriété de terres, des récompenses, et l’exclusion des samouraïs [18] de la politique causent beaucoup de mécontentement, et son organisation politique commence à tomber en morceaux. En 1335, Takauji Ashikaga, qui a voyagé vers l’est du Japon sans obtenir un édit impérial pour réprimer la rébellion Nakasendai (Nakasendai no ran), abandonne la Restauration.   Go-Daigo ordonne à Yoshisada Nitta de rechercher et détruire Ashikaga. Ce dernier bat Nitta à la bataille de Takenoshita [19]. Masashige Kusunoki et Kitabatake Akiie , en accord avec Kyōto, écrasent l’armée Ashikaga. Takauji fuit à Kyūshū [20], où il restructure son armée avant de marcher à nouveau sur Kyōto l’année suivante. Masashige Kusunoki propose à l’empereur une réconciliation avec Takauji Ashikaga, mais Go-Daigo rejette cette proposition. Il ordonne à Masashige et à Yoshisada de détruire Takauji. L’armée de Kusunoki est vaincue à la bataille de Minatogawa [21].   Quand l’armée de Takauji entre dans Kyōto, Go-Daigo résiste, fuyant au Mont Hiei [22], mais, cherchant la réconciliation, il envoie les Trésors sacrés au côté Ashikaga. Takauji met sur le trône Kōmyō , de la lignée Jimyoin-to, et commence officiellement son shogunat avec l’édiction du code de loi Kemmu.   Go-Daigo s’échappe de la capitale, les Trésors sacrés qu’il avait remis aux Ashikaga n’étant que des contrefaçons, et établit la Cour du Sud dans les montagnes de Yoshino [23], débutant ainsi l’époque des Cours nord et Sud, ou époque Nanboku-chō [24], durant laquelle les dynasties du Nord à Kyōto et du Sud à Yoshino se font face.   Go-Daigo envoie le prince impérial Kaneyoshi à Kyūshū et Yoshisada Nitta et le prince impérial Tsuneyoshi dans la région de Hokuriku [25], et ainsi de suite, dispersant tous ses fils, afin qu’ils puissent s’opposer à la Cour du Nord.   En 1339, il meurt à Yoshino, un jour après avoir abdiqué en faveur de son fils Go-Murakami . Ashikaga Takauji construit le Tenryu-ji [26] à Kyōto pour son enterrement.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Emperor Go-Daigo »/ le petit mourre édition Bordas 2004 p 333

Notes

[1] L’ère Engi est une des ères du Japon après l’ère Shōtai et avant l’ère Enchō. Cette ère couvre la période allant du mois de juillet 901 au mois d’avril 923. L’empereur régnant est Daigo-tennō

[2] La branche Daikaku-ji, ou Daikakuji-tō, est une lignée d’empereurs et de princes descendant de l’empereur Kameyama à la fin de l’époque de Kamakura. Elle doit son nom au temple bouddhique du Daikaku-ji à Kyoto, depuis lequel Kameyama exerça son gouvernement retiré. Cette lignée était en lutte pour le contrôle du trône du chrysanthème contre une branche rivale descendant d’un frère aîné de Kameyama, celle du Jimyōin-tō. En effet, après la mort de l’empereur Go-Saga, le shogunat de Kamakura avait augmenté son contrôle sur la cour et intervenait dans les choix de succession, imposant une certaine forme d’alternance entre les deux lignées.

[3] La Jimyōin-tō est une branche de la famille impériale du Japon. Go-Fukakusa, qui commence son règne en 1246 est le premier représentant de cette lignée.

[4] Le Nihon shoki (Annales ou Chroniques du Japon), aussi appelé Nihongi et achevé en 720. Il est rédigé par le prince Toneri, Ō no Yasumaro et d’autres historiens de l’époque, et dédicacé à l’impératrice Genshō.

[5] Le shinto (la voie des dieux » ou « la voie du divin ») ou shintoïsme est un ensemble de croyances datant de l’histoire ancienne du Japon, parfois reconnues comme religion. Elle mélange des éléments polythéistes et animistes. Il s’agit de la plus ancienne religion connue du Japon ; elle est particulièrement liée à sa mythologie. Le terme « shintō », lecture sino-japonaise, ou kami no michi, est apparu pour différencier cette vieille religion du bouddhisme « importé » de Chine au Japon au 6ème siècle.

[6] Le terme shogun, signifie général ; c’est l’abréviation de seiitaishōgun, que l’on peut traduire par grand général pacificateur des barbares. Néanmoins, après qu’il fut attribué à Minamoto no Yoritomo, il devint un titre indiquant souvent le dirigeant de facto du Japon (dictateur militaire), alors même que l’empereur restait le dirigeant de jure (en quelque sorte le gardien des traditions). Le titre de seii taishōgun fut par la suite abandonné lors de la constitution au 19ème siècle du kazoku, c’est-à-dire de la noblesse japonaise.

[7] Kamakura est une ville de la préfecture de Kanagawa, au Japon. Elle est située au bord de l’océan Pacifique, à 50 km au sud-ouest de Tokyo (environ une heure de train) et un peu moins de Yokohama, sur la péninsule de Miura. Kamakura s’étend sur 39,60 km². En 1192, le shogun Minamoto no Yoritomo décida d’installer sa nouvelle capitale à Kamakura, qui n’est alors qu’un simple bourg, y déplaçant du même coup le centre politique du Japon. C’était l’époque où les shoguns prenaient le dessus sur l’empereur (Mikado). Le gouvernement de Kamakura domina le Japon pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1333. À cette date la ville compte environ 50 000 habitants.

[8] Les Rokuhara tandai sont les chefs du shogunat de Kamakura à Kyoto dont l’organisation est responsable de la sécurité dans le Kinai et les affaires judiciaires dans l’ouest du Japon, ainsi que des négociations avec la cour impériale. Bien qu’ils maintiennent la sécurité, ils agissent également comme une police secrète et sont très redoutés. Le shogunat de Kamakura avait une zone réservée à Kyoto appelée Rokuhara où vivaient ses représentants, qui étaient supposés défendre ses intérêts. La fonction de Rokuhara tandai est mise en place après la révolte de Jōkyū en 1221. Les deux chef sont appelés kitakata et minamikata, kitakata étant de rang supérieur à celui de minamikata. Comme pour les shikken et les rensho, les deux postes sont monopolisés par le clan Hōjō. L’organisation est dissoute après la chute du shogunat de Kamakura à la suite du siège de Kamakura en 1333.

[9] La guerre de Genkō (Genkō no Ran) (1331–1333) aussi connue sous le nom incident de Genkō (Genkō no Hen) est une guerre civile du Japon qui marque la chute du shogunat de Kamakura et la fin de la puissance du clan Hōjō. La guerre précède ainsi la période Nanboku-chō et l’apparition du shogunat Ashikaga. Genkō est le nom de l’ère du Japon correspondant à la période 1331-1334. Pendant presque toute l’époque de Kamakura, le shogunat est contrôlé par le clan Hōjō, dont les membres portent le titre de shikken (régent pour le shogun) qu’ils se transmettent de génération en génération à l’intérieur du clan. L’empereur n’est guère plus qu’une personne de représentation, ne détenant aucun véritable pouvoir administratif. En 1331, l’empereur Go-Daigo tente de prendre le pouvoir et de renverser le shogunat. Avec une armée de ses fidèles partisans, il attaque le shikken dans la capitale shogunale de Kamakura. Il est cependant défait à la suite de la trahison d’un proche associé nommé Yoshida Sadafusa.

[10] Les Trois trésors sacrés du Japon (Sanshu no jingi), appelés aussi Trésor impérial du Japon ou Insignes impériaux, sont trois objets légendaires : l’épée, Kusanagi-no-Tsurugi, conservée au sanctuaire Atsuta à Nagoya, représente la valeur et la faculté de partager (d’autres sanctuaires shintoïstes revendiquent aussi la conservation de Ame-no-Murakumo-no-tsurugi) ; le miroir de bronze, Yata-no-Kagami, conservé au grand sanctuaire d’Ise dans la préfecture de Mie, symbolise la sagesse et la faculté de comprendre ; Le magatama, Yasakani-no-Magatama, situé au palais impérial à Tokyo, illustre la bienveillance et la faculté d’apprendre (tout trois héritage de chaque emprereur du japon )

[11] l’actuelle Kasagi, dans la préfecture de Kyōto

[12] Le bakufu (gouvernement shogunal ») ou shogunat (de shogun) est un gouvernement militaire ayant eu cours au Japon de la fin du 12ème siècle à la révolution de l’ère Meiji en 1868.

[13] les îles Oki dans l’actuelle préfecture de Shimane, au même endroit que Go-Toba en 1198

[14] l’actuelle ville de Kotoura dans la préfecture de Tottori

[15] Le clan Hōjō est une famille de samouraïs qui a dominé la politique du Japon durant l’époque de Kamakura. Descendants du clan Taira, ils ont pris leur nom de la petite ville de Hōjō, dans la province d’Izu. Lorsque, en 1180, Minamoto no Yoritomo, gendre de Tokimasa Hōjō, alors chef du clan, sort de son exil pour combattre les Taira au cours de la guerre de Gempei, les Hōjō se rangent de son côté. Après la mort de Yoritomo, ils s’imposent auprès des shoguns suivants en tant que shikken (régents), et dominent de fait le gouvernement du Japon.

[16] Kyoto ou Kyōto est une ville japonaise de la région du Kansai, au centre de Honshù. Elle fut de 794 à 1868 la capitale impériale du Japon, sous le nom de Heian-kyô (« Capitale de la paix et de la tranquillité »). Elle est aujourd’hui, avec ses palais impériaux, ses milliers de sanctuaires shinto et de temples bouddhistes, le cœur culturel et religieux du pays. La ville est aussi la capitale de la préfecture de Kyoto

[17] La restauration de Kenmu ou l’ère Kenmu désigne une des 14 subdivisions traditionnelles de l’histoire du Japon. Cette période dure de 1333 à 1336. Elle couvre les trois années séparant la chute du shogunat de Kamakura de l’arrivée au pouvoir du shogunat Ashikaga, quand l’empereur Go-Daigo se lance dans la tentative avortée de rétablir le contrôle impérial sur le Japon.

[18] Le samouraï est un membre de la classe guerrière qui a dirigé le Japon féodal durant près de 700 ans.

[19] à Hakone

[20] Kyūshū, est la plus méridionale des quatre îles principales du Japon, la troisième par sa taille. Elle est considérée comme le lieu de naissance de la civilisation japonaise.

[21] La bataille de la Minato-gawa, ou bataille de la rivière Minato, a eu lieu en 1336 entre les troupes loyales à l’empereur Go-Daigo et le clan Ashikaga. Les forces impériales étaient conduites par Masashige Kusunoki et Nitta Yoshisada, alors que leurs adversaires étaient commandés par Takauji Ashikaga. Les Ashikaga remportèrent la victoire, ce qui leur permit d’entrer dans Kyōto.

[22] Le mont Hiei est une montagne située en partie dans l’Est de la ville de Kyoto, aux frontières entre les préfectures de Kyoto et de Shiga, sur l’île de Honshù, au Japon.

[23] Yoshino est un bourg du Japon situé dans le district de Yoshino de la préfecture de Nara.

[24] L’époque Nanboku-chô aussi appelée « période des cour du Nord et cour du Sud » ou « guerre entre les deux cours » s’étend de 1333 à 1392 au début de l’époque de Muromachi de l’histoire du Japon. Il s’agit d’une guerre civile entre les partisans de l’empereur Go-Daigo dirigeant la cour du Sud basée à Yoshino et les partisans de l’empereur Komyo (1322-1380) de la Cour du Nord établie à Kyoto et soutenue par Takauji Ashikaga. Après presque 60 ans de guerre, le Nord l’emporte en 1392. C’est pourtant la cour du Sud qui est aujourd’hui considérée comme légitime au titre d’empereur du Japon, car elle est en possession du trésor impérial du Japon.

[25] La région de Hokuriku (littéralement Terre du Nord) est une zone géographique faisant partie de la région du Chûbu, sur Honshû, l’île principale du Japon.

[26] Le Tenryû-ji est un temple bouddhiste zen relevant de l’école Rinzai. Fondé en 1345 par le shogun Takauji Ashikaga et le moine Musô Soseki, c’est le temple principal de la branche Rinzai Tenryû-ji et le premier des gozan (cinq grands temples) de Kyôto).