Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Ralph comte de Soissons dit Ralph le Bon ou Raoul III de Nesle

Ralph comte de Soissons dit Ralph le Bon ou Raoul III de Nesle

dimanche 1er novembre 2020, par ljallamion

Ralph comte de Soissons dit Ralph le Bon ou Raoul III de Nesle (mort en 1235)

Comte de Soissons à partir de 1180

Troisième fils de Raoul II de Nesle et de Gertrude de Montaigu.   En 1178, Raoul et son frère aîné, Jean, ont souscrit à la charte du frère aîné, Conon , alors comte, faisant don de biens à Notre-Dame d’Ourscamp [1].

Quand Albéric ou Aubry de Trois-Fontaines écrivait sa chronique, il pouvait se référer au comte Raoul de Soissons qui adhuc vivit [2]. Mais il enregistre plus tard sa mort en 1235.   En 1184, Ralph devient castellan de Noyon [3]. Selon Rigord, il a passé la croix aux côtés de Henri II d’Angleterre et de Philippe II Auguste lors d’une cérémonie entre Trie et Gisors [4] le 13 janvier 1188 et a rejoint la Troisième Croisade [5].   Raoul était le quatrième mari d’ Alix de Dreux , fille de Robert 1er de Dreux . Elle a confirmé les dons à Notre-Dame d’Ourscamp et Tremblay-en-France [6]. Raoul a été brièvement marié à Yolande, fille de Geoffrey IV de Joinville , avant de prendre comme troisième épouse Ada d’Avesnes, veuve de Henri, comte de Grandpré.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Ralph, Count of Soissons/ Traduit par mes soins

Notes

[1] L’abbaye Notre-Dame d’Ourscamp est une ancienne abbaye cistercienne située dans la commune de Chiry-Ourscamp. À l’emplacement d’un ancien oratoire fondé par saint Éloi en 641, l’abbaye Notre-Dame d’Ourscamp fut établie en 1129 par saint Bernard à la demande de Simon de Vermandois, évêque de Noyon, et cousin du roi de France Louis VI le Gros. Elle devint l’un des plus importants monastères cisterciens de la France du Nord.

[2] qui vit encore

[3] Noyon est une commune du département de l’Oise. Noyon est situé à 25 km au nord de Compiègne, 62 km au sud-est d’Amiens. En 531, saint Médard de Noyon y déplace le siège de l’évêché de la civitas Viromanduorum. À l’époque mérovingienne, l’évêché de Noyon bénéficie de sa proximité avec Soissons, qui fut l’une des capitales du royaume franc et des palais voisins. Né en Limousin vers 588, l’orfèvre Éloi devint monétaire de Clotaire II, puis trésorier de Dagobert 1er avant d’être élu évêque de Noyon en 641. Noyon est une ville importante au Moyen Âge. Charlemagne y est sacré roi des Francs en 768.

[4] Gisors est une commune française située dans le département de l’Eure, en région Normandie. Cette cité ancienne située à la lisière du Vexin normand témoigne par son patrimoine architectural de la lutte acharnée entre souverains Capétiens et Plantagenêt durant une partie du Moyen Âge. Élément important du paysage urbain, son château fort se dresse depuis lors sur une éminence dominant la ville. Principal lieu touristique de l’agglomération, il est également au centre de diverses légendes ayant trait à l’ordre du Temple.

[5] La troisième croisade, qui débuta en 1189 et s’acheva en 1192, est une série d’expéditions menées par Frédéric Barberousse, empereur germanique, Philippe Auguste, roi de France, et Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre, dans le but de reprendre Jérusalem et la Terre sainte à Saladin. Cette croisade a permis la reprise d’un certain nombre de ports de Terre sainte, mais n’a pas permis la reconquête de l’arrière-pays, ni la reprise de Jérusalem. Cependant, la libre circulation à Jérusalem fut autorisée aux pèlerins et marchands chrétiens.

[6] Tremblay-en-France est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis. Il entre dans les possessions de la puissante abbaye de Saint-Denis en 834 à la suite d’un don de Louis le Pieux. L’abbé Suger y bâtit un château et affranchit les habitants. Dès le Moyen Âge, le village se répartit entre Petit Tremblay et Grand Tremblay. À cette époque, les habitants vivent de la grande culture céréalière ou de la vente de laine de mouton, vendue en particulier lors de la foire du Lendit à Saint-Denis. En 1566, Charles IX permit d’y établir deux foires.