Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Josué

jeudi 22 octobre 2020, par ljallamion

Josué

Personnage biblique du Livre de l’Exode et du Livre de Josué

Josué est le successeur de Moïse dans la conduite du peuple hébreu vers la Terre promise. Il mène la conquête du pays de Canaan [1] puis installe les tribus d’Israël [2].   Josué s’appelle d’abord Hoshea, fils de Noun. C’est Moïse qui le renomme Josué dans le Livre des Nombres [3].   Josué est le fils de Noun, membre de la Tribu d’Éphraïm [4]. Il est né en Égypte à l’époque de l’esclavage des Hébreux. Il est témoin de la sortie d’Égypte des Israélites sous la direction de Moïse. Il se distingue en tant que commandant militaire lorsque les tribus d’Israël sont attaquées par le peuple d’ Amalek à Réphidim [5].   Il assiste Moïse et l’accompagne dans l’ascension d’une partie du Mont Sinaï [6] pour recevoir les dix commandements. Il fait également partie des 12 explorateurs que Moïse envoie en éclaireurs dans le pays de Canaan. C’est à cette occasion que, précédemment nommé Osée, il devient Josué [7].   Seuls Caleb et Josué rapporteront des nouvelles encourageantes dans leur rapport auprès du peuple. Ils seront donc les seuls de cette génération à entrer sur la terre promise après que le peuple eut erré 40 ans dans le désert.   Avant de mourir sur la rive orientale du Jourdain, Moïse désigne Josué comme son successeur pour franchir le fleuve, conduire le peuple et lui permettre de conquérir le pays de Canaan.   La conquête du pays de Canaan est décrite dans le Livre de Josué [8]. Dieu encourage Josué à être fort et à s’appuyer sur les lois de la Torah [9] pour conduire le peuple.   Josué obtient l’appui des deux tribus et demie [10] qui se sont installées à l’Est du Jourdain [11] pour aider les autres tribus israélites à conquérir le pays.   Le premier obstacle est le fleuve du Jourdain. Josué fait avancer l’Arche d’alliance [12] portée par les prêtres cohanim [13] devant le peuple. Le fleuve interrompt miraculeusement son cours et permet la traversée des conquérants israélites. Josué érige alors un monument constitué de douze pierres sur la rive ouest à Guilgal [14]. Guilgal constituera la base depuis laquelle toute la conquête sera menée.   Josué fait circoncire tous les hommes israélites nés dans le désert et qui n’avaient pas pu y être circoncis, afin de célébrer Pessah [15].   L’ancienne ville de Jéricho [16] est la première conquête des Israélites sous la direction de Josué. Il y envoie des espions. Le récit raconte comment les murailles de la ville s’effondrent après que les prêtres eurent tourné 7 fois pendant 7 jours autour de la ville en sonnant du schofar [17]. La ville est rasée et une malédiction est prononcée contre tout ce qui existait à Jéricho. Tous les habitants sont tués, à l’exception de la famille de Rahab qui avait abrité les espions israélites.   Les troupes de Josué subissent un revers dans la ville de Aï [18]. La faute est mise sur la personne de Akân qui est puni pour avoir subtilisé des biens voués à être détruits à Jéricho. Josué se rend alors maître de Aï, ce qui lui ouvre la route des montagnes à l’ouest de Jéricho. Josué lit les bénédictions et les malédictions au peuple, sur le Mont Garizim [19] et le Mont Ebal [20].   Devant la peur inspirée dans la région par le prestige des victoires militaires contre Jéricho et Aï, les Gabaonites [21] parviennent à obtenir par la ruse un traité de paix avec Josué. Ils seront utilisés dans le service du tabernacle. Apprenant cette alliance, cinq rois amorites [22]) décident d’attaquer ensemble la ville de Gabaon pour la punir. Les troupes de Josué, liées aux Gabaonites par le traité de paix, mettent en déroute les armées amorites sur lesquelles Dieu fait tomber des grêlons.   Josué fait condamner l’entrée de la grotte où les cinq rois amorites se sont réfugiés. Puis après avoir vaincu les fuyards, il fait rouvrir la grotte, humilier les cinq rois par les chefs de tribus israélites puis il les fait pendre à cinq arbres jusqu’au soir.   La conquête continue pendant plusieurs années toujours plus à l’ouest jusqu’à Gaza [23] et au nord jusqu’à la côte phénicienne [24].   Après la conquête de la quasi-totalité du pays de Canaan, Josué administre l’installation des tribus et le partage du territoire. Il commence par les tribus de Juda [25], d’Éphraïm et de Manassé [26]. Caleb obtient la ville de Hébron [27]. L’arche d’alliance est déplacée de Guilgal où elle était depuis la traversée du Jourdain, à Silo [28].   Josué crée des cités-refuges pour les Lévites [29]. Il reçoit lui-même la ville de Timnath-serah [30]. Les deux tribus de Gad et Ruben et la demie tribu de Manassé retournent sur leurs terres à l’est du Jourdain.   À la fin de sa vie, Josué convoque les anciens et les chefs de tribus israélites. Il les exhorte de ne pas fraterniser avec la population locale. Il demande publiquement au peuple de rester fidèle à Dieu qui s’est tant de fois manifesté à eux. Josué meurt à l’âge de 110 ans (bibliquement) et est enterré à Timnath-serah.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Josué/ Portail de la culture juive et du judaïsme/ Personnage du Tanakh

Notes

[1] Canaan désigne une région du Proche-Orient ancien située le long de la rive orientale de la mer Méditerranée. Cette région correspond plus ou moins aujourd’hui aux territoires réunissant les territoires disputés, l’État d’Israël, l’ouest de la Jordanie, le sud du Liban et l’ouest de la Syrie.

[2] La Genèse, premier livre de la Bible hébraïque, l’Ancien Testament, se termine par le récit de l’installation au Pays de Canaan des Hébreux, ou plus exactement des douze fils de Jacob, alias Israël. Ces douze fils sont les fondateurs directs ou indirects des douze tribus. Le décompte des treize tribus d’Israël correspond donc à onze fils de Jacob, auxquels il faut ajouter les deux fils de Joseph : Manassé et Éphraïm. La terre de Canaan est cependant divisée en douze territoires et non pas treize, puisque la tribu de Lévi n’a pas reçu de territoire ; quarante-huit « villes de refuge » furent en revanche attribuées à celle-ci, à raison de quatre villes accordées par chacune des douze autres tribus.

[3] Le Livre des Nombres est le quatrième livre de la Bible. Ce livre regroupe tous les éléments qui ont pris place entre la sortie d’Égypte et l’arrivée en terre promise. Il doit son titre aux nombreux dénombrements ou recensements des Israélites qu’il comporte, mais cela ne représente pas l’essentiel de l’ouvrage. Ce texte aborde des thèmes variés et on y trouve des récits, des textes de lois, des prophéties et des listes généalogiques. Il relate l’histoire du voyage d’Israël depuis le mont Sinaï jusqu’aux plaines de Moab à la frontière de Canaan. Un de ses enseignements les plus importants est que le peuple de Dieu doit agir selon la foi, faisant confiance à ses promesses, s’il veut continuer avec succès. Il raconte le châtiment infligé par Dieu à Israël pour sa désobéissance et donne des renseignements sur les lois israélites. La tradition attribue son écriture à Moïse, mais les tensions et contradictions internes du livre, ainsi que le vocabulaire employé et les allusions à des événements historiques, incitent la recherche moderne à situer plutôt son écriture entre le 8ème siècle av. jc et le 6ème siècle av. jc.

[4] La tribu d’Éphraïm est une des douze tribus d’Israël. Éphraïm était un des fils de Joseph, fils de Jacob. On compte généralement la tribu d’Éphraïm dans la liste des douze tribus d’Israël à la place de celle de Joseph. C’est aussi le cas pour Manassé, autre fils de Joseph. Parmi les membres de cette tribu, on compte Josué et Jéroboam 1er, le fondateur du royaume d’Israël du nord.

[5] Raphidim ou Rephidim est un lieu de l’Arabie pétrée, cité dans la Bible et situé à peu de distance du mont Horeb. Ce fut là que les Hébreux, après avoir quitté l’Égypte sous la conduite de Moïse lors de l’Exode, établirent leur onzième campement. Moïse y fit jaillir l’eau d’un rocher. Les Amalécites y furent vaincus par Josué

[6] Le Sinaï est une péninsule égyptienne d’environ 60 000 km², à la forme triangulaire et située entre la mer Méditerranée (au nord) et la mer Rouge (au sud). Elle est géographiquement située en Asie du Sud-Ouest. Sa frontière terrestre longe le canal de Suez à l’ouest et la frontière entre l’Égypte et Israël et la bande de Gaza au nord-est.

[7] Livre des Nombres

[8] Le livre de Josué est le premier livre des Prophètes dans le Tanakh, la Bible hébraïque, et le premier livre historique de l’Ancien Testament chrétien. Il fait suite au Pentateuque, qui se termine par la mort de Moïse aux portes du pays de Canaan. Le livre relate la conquête du pays promis sous la direction de Josué dont il porte le nom. Y figurent notamment l’épisode des « Trompettes de Jéricho » et la bataille où Josué arrête le soleil et la lune. Il fait partie de l’ensemble de textes appelé Hexateuque. La conquête de Canaan par les Enfants d’Israël commence par le centre du pays et la destruction spectaculaire et miraculeuse de Jéricho. Après la conquête des territoires de Benjamin et d’Ephraïm, elle se poursuit par une campagne en direction du sud puis en direction du nord. Elle se termine par la prise d’Hazor

[9] La Torah ou Thora est, selon la tradition du judaïsme, l’enseignement divin transmis par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï et retransmis au travers de ses cinq livres ainsi que l’ensemble des enseignements qui en découlent. Elle est composée de cinq livres désignés en hébreu par un des premiers mots du texte et traditionnellement en français : la Genèse (Berēshīṯ : Commencement), l’Exode (Shemōṯ : Noms), le Lévitique (Wayyiqrā : Et il appela), les Nombres (Bamiḏbar : Dans le désert) et le Deutéronome (Devarim : Paroles). Elle contient, selon la tradition juive, 613 commandements

[10] Tribu de Ruben, Tribu de Gad et la moitié de la Tribu de Manassé

[11] Le Jourdain est un fleuve du Moyen-Orient, qui a donné son nom à la Jordanie (Transjordanie), à la Cisjordanie et à la ville de L’Isle-Jourdain en France. Du mont Hermon à la mer Morte, le Jourdain s’écoule sur 360 km et sa vallée est la plus basse du monde puisqu’il rejoint la mer Morte à l’altitude de −421 m sous le niveau des océans.

[12] L’Arche d’alliance est le coffre qui, selon la Bible, contient les tables de la Loi (Dix Commandements) données à Moïse sur le mont Sinaï. C’est un coffre oblong de bois recouvert d’or. Le propitiatoire surmonté de deux chérubins, qui en forme le couvercle, est considéré comme le trône, la résidence terrestre de YHWH. Lorsque le tabernacle fut terminé, l’arche fut mise dans le saint des saints, la partie la plus centrale du Temple de Salomon.

[13] Un cohen est un prêtre du dieu d’Israël. Bien que la Bible ambitionne de faire des Israélites un « royaume de cohanim » (Exode 19:6), elle est en pratique conférée aux seuls descendants mâles d’Aaron, le frère de Moïse de la tribu de Lévi. Le cohen des ères biblique et antique a pour tâche d’assurer le culte du Temple et l’offrande des sacrifices, la bénédiction du peuple d’Israël, l’évaluation des marques soupçonnées de conférer l’impureté, et l’application de la loi divine. Il est placé sous l’autorité du cohen gadol (« grand prêtre »), seul habilité à rencontrer Dieu lorsqu’il se manifeste dans le saint des saints lors du jour des propitiations. Consacré au culte, le cohen n’a pas de part à la partition des terres mais les enfants d’Israël sont enjoints à le sanctifier et à lui remettre une part de leurs récoltes, bétails et offrandes. En raison de sa sainteté, il est attendu du cohen qu’il soit en état de pureté lorsqu’il les consomme ou qu’il officie au rituel, et qu’il se garde scrupuleusement de l’impureté rituelle ; cette pureté touche l’ensemble des domaines y compris conjugal, et ils ne peuvent prendre pour épouse une prostituée, une divorcée, une veuve, une convertie ou une femme désécrée. (Une veuve est autorisée au Cohen, sauf pour le cas du Grand Prêtre - Cohen Gadol - qui a un statut particulier)

[14] Gilgal ouGuilgal est le nom d’un ou plusieurs endroits dans la Bible hébraïque . Gilgal est mentionné 39 fois, en particulier dans le livre de Josué, comme le lieu où les Israélites ont campé après avoir traversé le Jourdain (Josué 4:19 - 5:12). Le terme hébreu Gilgal signifie très probablement "cercle de pierres". Son nom apparaît en grec Koine sur la carte de Madaba.

[15] la commémoration de la sortie d’Égypte

[16] Jéricho est une ville de Cisjordanie, située sur la rive ouest du Jourdain. Jéricho a été mentionnée pour la première fois dans le Livre des Nombres. Elle est considérée comme une des plus anciennes villes (bien que ce terme soit aujourd’hui discuté) habitées dans le monde et les archéologues ont mis au jour les restes de plus de 20 établissements successifs, et dont le premier remonte à 9 000 ans av. jc. Jéricho a été décrite dans la Torah comme la « ville des palmiers », où d’abondantes sources d’eau tiède et d’eau froide jaillissent et donnent lieu à la culture de citrons, d’oranges, de bananes, de plantes oléagineuses, de melons, de figues et de raisins. La culture de la canne à sucre y est présente dès le 10ème siècle. Jéricho est la ville la plus basse du monde avec une altitude proche de -240 m.

[17] Le chophar, chofar ou schofar est un instrument de musique à vent en usage dans le rituel israélite depuis l’Antiquité. Le livre de Josué décrit notamment son utilisation par les Hébreux contre les murailles de Jéricho lors de la conquête du pays de Canaan.

[18] Une cité royale du pays de Canaan, prise par Josué et les Israélites après Jéricho. La première offensive israélite, constituée de 3000 soldats, échoue (Akân, de la tribu de Juda, a attiré la colère divine en dérobant des biens interdits à Jéricho). Une fois Akân puni, Josué attaque la ville sur deux fronts, incendiant la ville pendant que le contingent des hommes de Aï poursuit une partie des troupes israélites. La ville est rasée.

[19] Le mont Gerizim ou Garizim est une montagne de Cisjordanie près de Naplouse, dans la région historique de la Samarie. Cette montagne est un lieu saint pour les Samaritains, qui peuvent faire valoir qu’elle est citée plusieurs fois dans la Torah.

[20] Le mont Ebal est un lieu de culte des israélites pendant la période des Juges. Il fait face au mont Gerizim. La ville palestinienne de Naplouse, ancienne Sichem, se trouve dans la vallée entre les deux monts.

[21] Les Gabaonites sont un des peuples bibliques du pays de Canaan. Le second livre de Samuel les présente comme "n’étant pas des Israélites, mais ce qui restait des Amorrites" (2S 21, 2). Le livre de Josué (Jos. 9, 7) les présente comme des Hivvites, c’est-à-dire l’une des "7 nations de Canaan" (énumérées en Dt 7, 1 par exemple). Lors de la conquête violente et rapide du pays de Canaan par Josué et les Hébreux et afin d’éviter les massacres qui frappaient les populations des alentours, les Gabaonites auraient, selon le livre de Josué imaginé un stratagème : couverts de poussière et les habits en lambeaux, ils se seraient fait passer pour un peuple venu de loin pour faire alliance avec Israël. Josué se serait laissé tromper, avant de découvrir le subterfuge. Ne pouvant revenir sur sa parole, il voua les Gabaonites au service d’Israël (Jos 9). Les Israélites se sont donc liés à eux par un serment ; malgré cela, Saül avait cherché à les exterminer.

[22] des villes de Jérusalem, Lakish, Eglon, Hébron et Yarmouth

[23] Gaza, parfois appelée en anglais Gaza City pour la distinguer de la bande de Gaza qui désigne la région dans son ensemble, est la ville qui donne son nom à ce territoire longiligne appelé « bande de Gaza ».

[24] Le territoire de la Phénicie correspond au Liban actuel auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie et de la Palestine. Les Phéniciens étaient un peuple antique d’habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités États en Phénicie, ils fondèrent dès 3000 av jc de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage en 814. Rivaux des Mycéniens pour la navigation en Méditerranée au 2ème millénaire av jc, ils furent d’après ce qu’on en sait les meilleurs navigateurs de l’Antiquité. L’invasion des Peuples de la Mer va ravager les cités phéniciennes, de même que Mycènes et les autres territoires qu’ils traversent, mais c’est ce qui va permettre aux Phéniciens de trouver leur indépendance vis-à-vis des puissances voisines qui les avaient assujettis puisque celles-ci seront elles aussi détruites par ces invasions. La chute de Mycènes en particulier va leur permettre de dominer les mers. Après avoir supporté les assauts des Athéniens, des Assyriens, de Nabuchodonosor puis de Darius III, la Phénicie disparut finalement avec la conquête par Alexandre le Grand en 332 av jc.

[25] La Tribu de Juda est une des 12 tribus d’Israël citées dans la Bible. Cette Tribu descend de Juda, le fils de Jacob et Léa. C’est de cette Tribu que sont issus les rois de Juda, de la lignée de David et sera issu le Messie selon la tradition biblique et, ultérieurement, la parenté charnelle de Jésus-Christ, selon la tradition chrétienne.

[26] La tribu de Manassé est une des douze tribus d’Israël. Manassé était un des fils de Joseph, fils de Jacob. On compte généralement la tribu de Manassé dans la liste des douze tribus à la place de celle de Joseph. C’est aussi le cas pour la tribu d’Éphraïm, autre fils de Joseph. La Bible parle parfois d’une demi-tribu de Manassé avec les tribus de Ruben et de Gad, car ces deux tribus et demi ont pris part à la conquête du Pays de Canaan mais sont restées installées du côté oriental du Jourdain tandis que les autres tribus d’Israël dont la seconde demi-tribu de Manassé ont été installées par Josué sur la Terre d’Israël.

[27] Hébron, est une ville palestinienne de Cisjordanie, dans la région des monts de Judée, au sud de Jérusalem. Cette ville est une des plus anciennes cités du Proche-Orient encore habitée. Hébron est considérée comme une ville sainte par les trois grands monothéismes, depuis l’acquisition par Abraham d’une grotte où est bâti actuellement le Tombeau des Patriarches.

[28] elle ne sera déplacée à nouveau qu’après la conquête de Jérusalem par le roi David

[29] La tribu de Lévi est une des douze tribus d’Israël. Cette tribu relève du patriarcat de Lévi qui est le 3e fils de Jacob, fils d’Isaac, lui-même fils d’Abraham. Sa mère se nomme Léa (Léah), fille de Laban.

[30] Timnath-heres ou Timnath-serah était la ville donnée à Josué dans la Bible hébraïque, ainsi que le lieu supposé de la tombe de Caleb.