Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Otton de Northeim ou de Nordheim

Otton de Northeim ou de Nordheim

mercredi 8 juillet 2020, par ljallamion

Otton de Northeim ou de Nordheim (vers 1020-1083)

Duc de Bavière de 1061 jusqu’en 1070

Il est un des chefs de la révolte des Saxons [1] de 1073 à 1075 puis de la grande révolte de 1077 à 1088 contre Henri IV du Saint Empire.

Otton ou Othon est issu de l’influente famille saxonne de Northeim [2]. Il nait vers 1020 de Bernard, comte de Northeim, et d’Eilika. Il succède à son père comme comte de Northeim en 1049.

Otto épouse vers 1050 Richenza veuve du comte Hermann III de Werl. Richenza est la fille de Otton II de Souabe de la lignée des Ezzonides [3].

En 1061 Otton est nommé duc de Bavière [4] par l’impératrice douairière et régente Agnès de Poitiers. Agnès est la veuve de l’empereur Henri III, et la mère et régente du jeune roi Henri IV.

L’année suivante en 1062, Otto est parmi ceux qui assiste Annon II de Cologne lorsqu’il veut s’emparer du contrôle d’Henri IV et de la régence lors du coup de Kaiserswerth [5].

Otton joue un rôle important dans le gouvernement du royaume pendant la minorité d’Henri IV. Il dirige une expédition victorieuse en Hongrie en 1063 et réinstalle sur le trône Salomon de Hongrie , fiancé à la sœur d’Henri, Judith de Franconie , qui en avait été chassé par son oncle Béla 1er .

En 1064 Otton descend en Italie afin de mettre fin au schisme de la papauté lié à la nomination de l’antipape Honorius II. Otton intervient également lors du bannissement de la cour de l’archevêque de Hambourg-Brême* Adalbert de Brême en 1066/1069. Il traverse de nouveau les Alpes pour le compte du roi à deux autres occasions en 1069 et participe ensuite à deux expéditions dans le pays des Wendes [6] dans l’est de l’Allemagne.

Otto néglige son duché mais complète à ses possessions personnelles dans le sud de la région de l’Harz [7] ce qui aboutit à un conflit avec Henri IV qui refuse ses empiétements sur les terres de la couronnes dans cette région. En 1070 il est accusé par le comte Egenon d’être informé d’un complot visant à assassiner le roi et il est condamné à se soumettre à un duel judicaire avec son accusateur à Goslar [8].

Craignant pour sa sécurité il demande un sauf conduit pour se rendre à ce jugement qui ne lui est pas accordé il refuse alors de comparaître et il est mis au ban de l’empire et destitué du duché de Bavière [9], pendant que ses domaines saxons sont mis au pillage. Il n’obtient aucun appui en Bavière mais réussit à lever une armée parmi les saxons et entreprend une campagne de pillage des domaines d’Henri IV jusqu’en 1071, lorsqu’il se soumet et signe une trêve l’année suivante. Il recouvre ses états personnels, bien que le titre ducal soit attribué à son ex gendre Welf 1er de Bavière .

Selon le chroniqueur Bruno de Merseburg , auteur de De bello Saxonico [10], lorsque la révolte des Saxons éclate au cours de l’été 1073, Otton prononce un discours enflammé lors de l’assemblée des Saxons de Lüttchendorf, avant de recevoir le commandement des insurgés.

Par la paix de Gerstungen le 2 février 1074 la Bavière lui est formellement restituée mais il y rencontre une forte opposition qui fait que son ex-gendre Welf 1er demeure de facto le seul duc de Bavière. Il participe également à la seconde révolte en 1075 qui est suivie par la destruction de château de Harzburg [11], après laquelle il est de nouveau pardonné par Henri IV et fait administrateur de la Saxe.

Après l’excommunication d’Henri IV par le Pape Grégoire VII en 1076, Otton tente une médiation entre Henri et les Saxons à Trebur [12], mais après son échec il rejoint les révoltés. Otton n’est pas le chef de la grande révolte des saxons, cependant il obtient que le duché de Bavière lui soit restitué et il accepte l’élection de Rodolphe de Rheinfelden comme Anti roi de Germanie [13].

Par sa bravoure et sa compétence militaire, Otton tient plusieurs fois en échec les armées d’Henri IV lors des combats de Mellrichstadt [14] le 7 aout 1078, Flarchheim [15] le 27 janvier 1080 et lors de la décisive Bataille de Hohenmölsen [16].

Après la mort de Rodolphe de Rheinfelden Otton est pressentie pour le remplacer mais il se casse une jambe accidentellement et le choix se porte sur Hermann de Salm . Otton reste en conflit armé avec l’empereur jusqu’à sa mort le 11 janvier 1083. Il est inhumé dans la Chapelle Saint-Nicolas à Northeim

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Otto of Nordheim », édition du 24 mai 2014.

Notes

[1] La Révolte des Saxons opposa le roi Henri IV du Saint Empire, de la dynastie franconienne, aux Saxons de l’été 1073 au 27 octobre 1075. Elle se termina par la soumission des Saxons après la victoire décisive d’Henri à Langensalza.

[2] Northeim est une ville allemande située dans le sud du Land de Basse-Saxe (Niedersachsen en allemand).

[3] Les Ezzonides étaient une dynastie de Lotharingie datant du 9ème siècle. Au faîte de leur puissance au 11ème siècle par leur alliance avec la dynastie ottonienne des empereurs du Saint Empire, ils dominèrent la région du Rhin pendant plus d’un siècle. Ils furent ainsi nommés d’après Ezzon, le plus puissant représentant de la dynastie. Comtes palatins de Lotharingie, ducs de Souabe, de Carinthie ou de Bavière, et malgré leurs exploits militaires pour le compte des empereurs germaniques, les Ezzonides ne réussirent pas à créer une entité territoriale distincte en Lotharingie.

[4] Le duché de Bavière est une ancienne principauté allemande qui fut membre du Saint-Empire romain germanique puis rattaché à l’Électorat de Bavière. Sa capitale était la ville de Munich. Vers l’an 600, le territoire de l’actuel État libre de Bavière était occupé par trois tribus : les Baiern, qui ont donné leur nom au pays (Bavière se dit Bayern en allemand), les Francs et les Suèves. Tandis que l’actuelle Bavière du Nord tombait sous la souveraineté des Francs, les Alamans et les Bavarois formaient, au sud, des territoires souverains séparés par la rivière Lech. À ses débuts, le duché de Bavière s’étendait loin vers l’est et le sud, jusqu’à la Carinthie actuelle, en Basse-Autriche et en Haute-Italie. Mais le cœur du pays se situait sur le Danube. Aux 10ème et 12ème siècles, ces territoires ont donné naissance aux duchés de Bavière, de Carinthie et d’Autriche. Le principal siège ducal était Ratisbonne.

[5] Kaiserswerth est un quartier de la ville de Düsseldorf, en Allemagne. Situé au nord de la ville, près du Rhin. En 1045, un palais impérial y fut construit. C’est là que l’archevêque Anno de Cologne enleva en 1062 le roi des Romains Henri IV encore enfant pour exercer la régence effective sur le Saint Empire romain germanique en lieu et place de l’impératrice mère Agnès d’Aquitaine. En 1174, Frédéric Ier Barberousse déplaça la collecte des droits de douane sur le Rhin à Kaiserswerth. Enfin, en 1273, Kaiserswerth fut donné en gage par l’empereur aux archevêques de Cologne.

[6] Le nom de Wendes est la désignation première donnée par les peuples germanique au peuple serbe. Les Germains dénomment Wenden, les Serbes blancs ou Sorabes de Lusace (ou Serbie blanche), Par la suite, l’ethnonyme Wenden désigna toutes les tribus slaves en allemand. C’est aussi le nom donné au Moyen Âge par les Allemands à tous les peuples slaves établis sur le territoire délimité par l’Oder, la Spree, la Saale et les monts Métallifères. Les Wendes de la basse Elbe et de la côte Baltique étaient des Polabes et des Obodrites, ceux du sud-est des Slovinces et ceux de l’Elbe supérieure des Sorabes ou Serbes Blancs.

[7] Le Harz, en français aussi le Hartz, est à la fois le nom donné à une région, à un district allemand, à un massif montagneux couvrant environ 2 000 km² au centre-nord de l’Allemagne et à la forêt qui le couvre ou le couvrait, parfois considérée comme une relique de la forêt hercynienne décrite par les auteurs antiques et médiévaux, elle-même relique de la forêt préhistorique européenne.

[8] Goslar est une ville de Basse-Saxe. Elle est la capitale de l’arrondissement de Goslar. L’ancienne ville libre d’Empire fut fondée au 10ème siècle après la découverte d’argent dans les mines proches du Rammelsberg. Elle en devint particulièrement prospère, ce qui attira l’attention des empereurs romains germaniques.

[9] Le duché de Bavière est une ancienne principauté allemande qui fut membre du Saint-Empire romain germanique puis rattaché à l’Électorat de Bavière. Sa capitale était la ville de Munich. Vers l’an 600, le territoire de l’actuel État libre de Bavière était occupé par trois tribus : les Baiern, qui ont donné leur nom au pays (Bavière se dit Bayern en allemand), les Francs et les Suèves. Tandis que l’actuelle Bavière du Nord tombait sous la souveraineté des Francs, les Alamans et les Bavarois formaient, au sud, des territoires souverains séparés par la rivière Lech. À ses débuts, le duché de Bavière s’étendait loin vers l’est et le sud, jusqu’à la Carinthie actuelle, en Basse-Autriche et en Haute-Italie. Mais le cœur du pays se situait sur le Danube. Aux 10ème et 12ème siècles, ces territoires ont donné naissance aux duchés de Bavière, de Carinthie et d’Autriche. Le principal siège ducal était Ratisbonne.

[10] c’est-à-dire de la Guerre des saxons

[11] Bad Harzburg est une ville du centre de l’Allemagne, située dans l’arrondissement de Goslar, en Basse-Saxe. Située au pied nord du massif de Harz, elle est bien connue pour ses établissements thermaux traditionnels. Le château de Henri IV, dont il reste quelques traces, était situé sur le haut du Harz au sud. Les murs entouraient deux bergfrieds, un grand puits, des vastes bâtiments résidentiels et une église collégiale. Une douve sépare le plateau en un tronçon oriental et en un tronçon occidental. Le fort était équipé par des ministériels originaires de Souabe. Les chroniques de Lambert de Hersfeld rapportent qu’au début de la révolte des Saxons, le 29 juin 1073, les insurgents s’installèrent aux portes du palais de Goslar. Henri IV refusait de négocier et fuyait dans les murs de son château de Harzburg tout proche. Après quelques semaines de siège mené par le comte Otton de Nordheim et l’évêque Burchard II de Halberstadt, le roi a pu échapper et fuit avec les regalia du Saint Empire vers Hersfeld en Franconie.

[12] Trebur est une commune d’Allemagne, dans la région de Hesse. Entre 829 et 1077, le roi/empereur y séjourna 57 fois, et quelques réunions de la haute noblesse y furent tenues. L’empereur Henri IV était ainsi particulièrement lié à Trebur, et c’est là qu’il se maria en 1066. Excommunié par le pape, Henri IV fut menacé d’être déposé par la haute noblesse germanique en octobre 1076 à cette même place où il résidait. Cette menace obligea Henri à faire pénitence à Canossa. Après Henri IV, Trebur perdit son statut de cour du roi.

[13] La Germanie est la région historique d’Europe occupée par les peuples germaniques dans l’antiquité, plus précisément à l’époque de l’empire romain. Cette zone couvre d’abord essentiellement le sud de la Scandinavie puis s’étend en Europe centrale. Elle couvre alors une large zone qui va à l’est approximativement jusqu’à la Vistule, à l’ouest et au sud jusqu’au Rhin et au Danube qui la séparent du monde romain.

[14] Mellrichstadt est une ville allemande, située en Bavière, dans l’arrondissement de Rhön-Grabfeld.

[15] Flarchheim est une commune allemande de l’arrondissement d’Unstrut-Hainich, Land de Thuringe.

[16] La bataille de Hohenmölsen, aussi connue sous le nom de bataille à l’Elster Blanche, est une rencontre militaire du jeudi 15 octobre 1080 près de Hohenmölsen sur l’Elster Blanche, décidant du sort de trois années de guerre civile, entre le roi Henri IV du Saint Empire et son beau-frère, l’antiroi Rodolphe de Rheinfelden. Bien qu’il fût militairement perdant, Henri sortit politiquement vainqueur de cet affrontement, son rival Rodolphe ayant trouvé la mort au cours de la bataille.