Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Séqénenrê Taâ

mardi 19 mai 2020, par ljallamion

Séqénenrê Taâ

Roi égyptien de la XVIIème dynastie de vers1558 à 1554 av. jc

Comme ses obscurs prédécesseurs, il régnait sur la Haute Égypte depuis Thèbes [1] alors que les Hyksôs [2] régnaient dans le delta du Nil depuis la cité d’Avaris [3]. Formant la XVème dynastie, ces derniers faisaient valoir leur souveraineté sur toute l’Égypte.

Sous son règne semble s’organiser la résistance face à l’occupant Hyksôs, qui mènera bientôt, sous ses deux successeurs Ouadjkheperrê Kames et Ahmôsis 1er , à la guerre de libération.

Séqenenrê Taâ meurt de mort violente et est inhumé à Dra Abou el-Naga [4].

Séqénenrê Taâ, suivant l’analyse de sa momie, est mort entre 30 et 40 ans. Il voit son fils aîné Ahmès dit Ahmosé-Sipair mourir avant lui, et laisse, outre de nombreuses filles, un autre Ahmès, futur Ahmôsis 1er, en bas âge. Outre sa sœur et principale épouse Ahhotep 1ère , il s’unit à sa sœur Satdjéhouty et peut-être également à une fille et épouse royale Ahmès-Inhapy, qui lui donnent chacune une fille.

La plupart des enfants de Séqénenrê, sinon tous, ont pour prénom Ahmès, tiré du nom de la lune Iâh, bien que les filles royales sont généralement distinguées par un second prénom. Cette prédilection pour les anthroponymes tirés de l’astre nocturne, ainsi que du dieu Thot qui lui est associé, déjà présente avant le règne de Séqénenrê dans une moindre mesure, atteste d’un culte lunaire durable au sein de la famille royale.

Les souverains de la XVIIème dynastie semblent avoir connu une période de paix relative avec leurs voisins du nord, d’une durée possible de 25 ans. Mais le conte relatant la querelle du roi thébain contre le souverain Hyksos d’Avaris, et la momie du roi Taâ, évoquant explicitement la mort violente que connut celui-ci, suggèrent que les hostilités contre les Hyksôs de la XVème dynastie reprirent sous son règne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Sébastien Biston-Moulin, « Le roi Sénakht-en-Rê Ahmès de la XVIIe dynastie », ENIM 5,‎ 2012

Notes

[1] Thèbes (aujourd’hui Louxor) est le nom grec (Thebai) de la ville d’Égypte antique Ouaset (« Le sceptre » ou « La Puissante »), appartenant au quatrième nome de Haute Égypte. D’abord obscure capitale de province, elle prend une importance nationale à partir de la XIème dynastie. Elle est en effet la ville d’origine des dynastes de la famille des Antef, qui fondent la XIème dynastie avec Montouhotep 1er et Montouhotep II, liquidateurs de la Première Période intermédiaire et rassembleurs des Deux Terres, c’est-à-dire de la Haute Égypte et de la Basse Égypte.

[2] Les Hyksôs formaient autrefois un groupe pluriethnique vivant dans l’Asie de l’ouest. Selon l’historiographie officielle du Nouvel Empire, relayée ensuite par Manéthon, ces étrangers comme semble l’indiquer leur nom égyptien arrivèrent à l’est du delta du Nil au cours de la Deuxième Période intermédiaire. Toujours selon cette version officielle, ils chassèrent les dirigeants de la XIVème dynastie, qui siégeaient à Avaris, et fondèrent les XVème et XVIème dynasties d’Égypte entre le 18ème siècle av. jc et le 16ème siècle av. jc selon les chronologies envisagées, régnant sur la Basse et la Moyenne Égypte durant plus d’un siècle.

[3] Avaris est le site de l’ancienne capitale des Hyksôs qui régnèrent sur l’Égypte à la fin de la Deuxième Période intermédiaire (XVème dynastie). La cité a été retrouvée à Tell el-Dab’a dans le Delta oriental. Le site fut occupé dès le Moyen Empire, un temple de la XIème dynastie et de la XIIème dynastie a été découvert à Ezbet Rushdi au nord du site. Un temple de Seth y a été également dégagé tandis que la ville dite « Hyksôs » est à chercher plus au sud, à Ezbet Helmi, où une enceinte et une forteresse ont été dégagées.

[4] La nécropole de Dra Abou el-Naga est située sur la rive occidentale du Nil à Thèbes, juste avant l’entrée du site de Deir el-Bahari, et au nord de la nécropole d’el-Assasif. C’est dans cette nécropole qu’ont été retrouvées quatre-vingt-une des quatre-cent-quinze tombes thébaines identifiées de la vallée des nobles