Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Ivar Ragnarsson dit Ivar le Désossé

Ivar Ragnarsson dit Ivar le Désossé

dimanche 26 avril 2020, par ljallamion

Ivar Ragnarsson dit Ivar le Désossé (mort en 872 ou 873)

Chef viking

Un des chefs viking qui a pris part à la conquête du Danelaw [1], en Angleterre à la fin du 9ème siècle. Il a régné avec ses frères sur une zone comprenant probablement le Danemark et la Suède, ainsi qu’en Angleterre et en Irlande. Il a la réputation d’être un berserker [2], d’où son titre Roi Berserker. Fils du légendaire guerrier viking Ragnar Lodbrok.

Dès l’automne 855, Ivar débarque en Angleterre, avec ses frères putatifs Halfdan et Ubbe Ragnarsson pour se livrer à des pillages dans la région d’Est-Anglie [3] avant de parvenir rapidement à un compromis avec les Est-Angliens.

L’année suivante, il poussa ses forces au nord jusqu’à York [4], appelé Jorvik par les Danois qu’il captura sans peine aux Northumbriens [5], qui étaient à l’époque en guerre civile, et réussit à conserver contre une vaine tentative de reprise en 867. Entre temps, en 865, les trois hommes, ensemble à la tête de la Grande Armée danoise qui conquiert le Danelaw, cherchent à dominer l’ensemble de l’Angleterre, mais se heurtent à Alfred le Grand, roi de Wessex [6].

Après 869, Ivar laissa le commandement de la Grande Armée danoise en Angleterre à ses frères Ragnarsson Halfdan et Ubbe. Il parait avoir émigré à Dublin ou, selon certains, être retourné occuper une précédente seigneurie.

Le nom d’Ivar disparait des archives peu après 870. Son sort ultime est incertain. Les Annales d’Ulster [7] décrivent la mort d’Ivar en 873

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Ivar Ragnarsson »

Notes

[1] Le Danelaw, tel que défini dans la Chronique anglo-saxonne, est le nom donné à la partie de la Grande-Bretagne où s’appliquait la loi (law) des « Danois » (Dane), les envahisseurs vikings venus du Danemark, et où cette loi supplantait celle des Anglo-Saxons. Les historiens modernes ont donné à ce terme un sens géographique : le Danelaw s’étendait sur le nord et l’est de l’Angleterre.

[2] Le berserker désigne un guerrier-fauve qui entre dans une fureur sacrée le rendant surpuissant et capable des plus invraisemblables exploits. Quoique le personnage apparaisse surtout dans les sagas et les mythologies nordiques et germaniques, il est néanmoins attesté dans des sources plus historiques, comme le Haraldskvæði où les berserkers sont également appelés úlfheðnar, ou encore l’Histoire de Saint Olaf, dans la Heimskringla.

[3] L’Est-Anglie, ou royaume des Angles de l’Est, est un royaume anglo-saxon établi au cours du Haut Moyen Âge sur les actuels comtés anglais du Suffolk et du Norfolk. Sa fondation légendaire, vers le milieu du 6ème siècle, aurait été le fait d’envahisseurs germaniques appartenant à la tribu des Angles. Il disparaît comme entité indépendante après les invasions vikings du 9ème siècle, mais le titre de comte d’Est-Anglie continue à être donné au sein du royaume d’Angleterre jusqu’à la fin du 11ème siècle, et la région conserve le nom d’Est-Anglie à ce jour.

[4] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[5] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[6] Le Wessex est l’un des royaumes fondés par les Anglo-Saxons en Angleterre durant le Haut Moyen Âge. Il s’étend sur une partie du sud-ouest de la Grande-Bretagne, entre la Domnonée à l’ouest, la Mercie au nord et les royaumes de Kent, de Sussex et d’Essex à l’est. Au IXe siècle, le Wessex est le dernier royaume anglo-saxon à résister aux invasions vikings.

[7] Les Annales d’Ulster sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. Les entrées couvrent la période allant de 431 à 1540. Celles allant jusqu’à l’année 1489 furent compilées à la fin du 15ème siècle par le scribe Ruaidhri Ó Luinín, sous le patronage de Cathal Óg Mac Maghnusa, sur l’île de Belle Isle sur le lac Lough Erne, dans la province d’Ulster. Les entrées plus tardives furent rajoutées par d’autres auteurs.