Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Alain 1er de Rohan dit le Noir

Alain 1er de Rohan dit le Noir

mercredi 1er avril 2020, par ljallamion

Alain 1er de Rohan dit le Noir (1084-1147

1er vicomte de Rohan-Vicomte de Castelnoec

Blason Famille de Rohan (source : Jimmy44)Troisième fils d’Eudon 1er de Porhoët, vicomte de Porhoët [1], et de Emma de Léon fille de Guyomarch II , vicomte de Léon [2].

Selon l’histoire bretonne de Dom Morice , il reçoit en apanage, vers 1120, toute la partie occidentale de la vicomté du Porhoët. Cette partie est très importante en étendue mais presque inculte et encore peu peuplée : des forêts, des landes, des paroisses dispersées et peu d’habitants. Il fait édifier une forteresse sur une éminence rocheuse à Castennec en Bieuzy [3] puis en bâtit une autre sur les bords de l’Oust [4], et lui donne le nom de Rohan. Il prend à cette époque le nom d’Alain 1er de Rohan et lègue ce nom à ses descendants.

Il fait aussi construire le premier château des Salles de Rohan sur une motte féodale dans la forêt de Quénécan [5] à la limite de Sainte-Brigitte [6] et Perret [7]. Il apparaît alors comme “Alanum vicecomitem” quand son frère Geoffroi de Porhoët prend l’habit monastique et donne aux moines de Saint-Martin de Josselin sa part de dîmes de la paroisse de Guillac [8].

En 1127, il fait de son château de Rohan sa résidence habituelle. Après avoir fondé le prieuré de la Coarde à Castennec, en faveur des moines de Redon [9], il fonde un prieuré, en faveur de l’abbaye de Marmoutier [10], à proximité du château de Rohan. Au bout de 2 ans, les moines y ont bâti l’église de Saint-Martin et établi un cimetière.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Alain Ier de Rohan/ Portail du duché de Bretagne/ Catégories : Vicomte de Rohan/ Famille de Rohan

Notes

[1] La vicomté puis comté de Porhoët a pour origine un fief constitué dans l’ouest du comté de Rennes par le vicomte Eudes ou Eudon cité en 987 qui vivait sous le règne de Conan 1er de Bretagne.

[2] La vicomté de Léon, dans le nord-ouest de la Bretagne, a existé depuis au moins le milieu du 11ème siècle et a disparu à la fin du 13ème siècle. Son territoire correspondait peu ou prou avec celui de l’évêché de Léon et à la majeure partie de l’ancien pays de Léon, dénommé alors comté de Léon avant la partition de 1176 qui donne naissance à la vicomté de Léon et, au profit d’une branche cadette, à la seigneurie de Léon

[3] Bieuzy (aussi appelée Bieuzy-les-Eaux pour la distinguer de Bieuzy-Lanvaux ancienne trève de Pluvigner) est une ancienne commune française située dans le département du Morbihan.

[4] L’Oust est une rivière de l’ouest de la France, principal affluent de la Vilaine qu’elle rejoint à Redon en rive droite. Son cours, long de 145 kilomètres (ou de 155 kilomètres selon certaines sources), est entièrement situé en Bretagne dans les départements des Côtes-d’Armor, du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine. La rivière, dont une grande partie du cours est artificielle, fait partie intégrante, sur plus de 80 kilomètres, du canal de Nantes à Brest

[5] La forêt de Quénécan est située à la limite entre les départements français du Morbihan et des Côtes-d’Armor, en Bretagne

[6] Sainte-Brigitte est une commune française située dans le pays du Kost ar c’hoad, dans le département du Morbihan.

[7] Perret est une ancienne commune française située dans le "pays" du Kost ar c’hoad du département des Côtes-d’Armor

[8] Guillac est une commune française située dans le département du Morbihan.

[9] L’abbaye Saint-Sauveur de Redon, fondée en 832 par Conwoïon et reconnue le 18 juin 834 par Nominoë, est une ancienne abbaye bénédictine de Bretagne à Redon, dans le département d’Ille-et-Vilaine, dépendante de l’ancien diocèse de Vannes.

[10] L’abbaye de Marmoutier est une ancienne abbaye bénédictine située sur la rive droite de la Loire, un peu en amont de Tours. Fondée par Martin de Tours, peut-être dès 372, l’abbaye connut son apogée au Moyen Âge et ses dépendances s’étendaient dans une bonne partie de la France médiévale et jusqu’en Angleterre. Elle fut démembrée sous le Révolution française.