Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > William Douglas dit le Hardy ou Guillaume le Hardy

William Douglas dit le Hardy ou Guillaume le Hardy

mercredi 5 février 2020, par ljallamion

William Douglas dit le Hardy (seigneur de Douglas) ou Guillaume le Hardy (mort en 1298)

Chevalier écossais-Seigneur de Douglas et à l’origine du Clan Douglas

Sceau de Guillaume le Hardy (Illustration tirée de "L'histoire de la maison de Douglas VolI, Sir Herbert Maxwell. Londres 1902.")William Douglas est peut-être le 2ème des fils de William, seigneur de Douglas, mort vers 1270/74 qui hérite de la seigneurie de Douglas et du manoir de Fawdon dans le Northumberland [1] que son père avait fait édifier. William est encore jeune en 1256, lorsque l’on commence à lui attribuer son surnom de le Hardy. Vers 1267, il est plusieurs fois blessé en défendant les domaines de son père.

Il est mentionné lorsqu’il jure fidélité à Edouard 1er d’Angleterre comme suzerain de l’Écosse près de Dunbar [2] le 5 juillet 1291. Lorsque trois des hommes de Jean Balliol futur Jean d’Ecosse se présentent au château de Douglas, William les jette dans le cachot, du donjon en décapite un, en laisse mourir un autre, et très imprudemment, laisse le troisième s’échapper et revenir auprès de Jean d’Écosse, désormais devenu roi.

Douglas est condamné à une amende pour son absence lors du premier Parlement du roi Jean d’Écosse en février 1293, mais il assiste à la réunion du Parlement d’août 1293 pour rendre compte de ses méfaits. En effet vers 1292, il avait refusé de remettre son terce [3] à sa mère et, lorsqu’elle réussit à engager une action en justice contre lui, il se saisit des fonctionnaires du Justiciar [4] qui étaient venus de Lanark [5] au château de Douglas pour percevoir des dommages intérêts de 140 merks et livrer la saisine à la dame. Il les détient toute une nuit, et promet de les relâcher, ce qu’il tarde à faire prétextant qu’il avait besoin de temps pour réunir l’argent.

Quelle que soit l’amende infligée à ce fauteur de troubles, il n’en est pas moins chargé du commandement du château de Berwick [6] en 1295, par le conseil qui ordonne au roi Jean de résister à Edouard 1er. Lorsque la cité tombe rapidement entre les mains de l’armée d’invasion du roi d’Angleterre le 30 mars 1296, la garnison du château, composée de 200 personnes, se rend pour obtenir la vie sauve, éviter les mutilations et conserver ses terres et ses biens.

Douglas doit cependant, rester attaché à la suite d’Édouard 1er jusqu’à la fin de la campagne. Le 10 juin 1296 il jure fidélité au roi anglais. Il est le 4ème des grands magnats rebelles à le faire et le 28 août, ses terres lui sont restaurées. Le 24 mai 1297, il est invité, avec d’autres barons, à entendre et à obéir aux agents du roi en Écosse et sans aucun doute, surtout à se joindre à Edouard qui prépare une campagne en France.

La menace de ce service militaire à l’étranger a peut-être été le facteur qui pousse Douglas, avant la fin du mois de mai, à rejoindre le soulèvement de William Wallace en attaquant le Justiciar du roi à Scone [7]. Robert Bruce, comte de Carrick [8] le futur roi Robert 1er, pour prouver sa loyauté au roi, ravage le Douglasdale et s’empare de la femme et des enfants de William, mais il organise rapidement sa propre rébellion avec James Stewart le Grand Sénéchal [9] et William Douglas, probablement pour libérer sa famille, les suit, à la fois dans leur rébellion mais aussi dans leur soumission à Irvine [10] le 7 juillet 1297.

Abandonné aux Anglais par ses alliés, Douglas est emmené à Berwick est emprisonné dans le château de la cité et chargé de chaînes. Son geôlier supplie le roi qu’il ne soit pas libéré, sans profit ni influence, et il est effectivement transféré dans le sud du pays après la défaite anglaise à la bataille du pont de Stirling [11] en septembre.

À partir du 13 octobre 1297, il est prisonnier dans la tour de Londres [12], assisté d’un seul valet, jusqu’à sa mort, le 9 novembre 1298.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de A. A. M. Duncan, « Douglas family (per. c.1170–c.1300), William Douglas (d. 1298) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Notes

[1] Le comté de Northumberland est un important comté du nord de l’Angleterre qui remonte à l’époque anglo-saxonne. Il succède à l’ancien royaume de Northumbrie dont il n’occupe qu’une portion septentrionale.Le comté de Northumberland est un important comté du nord de l’Angleterre qui remonte à l’époque anglo-saxonne. Il succède à l’ancien royaume de Northumbrie dont il n’occupe qu’une portion septentrionale.

[2] Dunbar est une ville de la côte sud-est de l’Écosse, dans le council area de l’East Lothian. Dunbar est située à environ 50 km à l’est d’Édimbourg et à 45 km de la frontière anglaise.

[3] ou la portion de veuve

[4] Dans l’Angleterre et l’Irlande médiévales, le Chief Justiciar (appelé plus tard Justiciar ou justicier) occupait des fonctions semblables à celle du premier ministre du Royaume-Uni en tant que ministre en chef du roi.

[5] Lanark est une ville d’Écosse, située dans le council area du South Lanarkshire et dans la région de lieutenance et ancien comté du Lanarkshire. La municipalité historique de Lanark fut le lieu de la première réunion du parlement écossais en 978. Lanark fut une ville commerciale importante depuis le Moyen Âge. Le roi David 1er en fait une municipalité royale en 1140, lui donnant certains privilèges marchands concernant le gouvernement et l’imposition.

[6] Le château de Berwick est un château en ruines qui se trouve à Berwick-upon-Tweed, une ville anglaise située dans le comté de Northumberland. Ce château fut fondé au 12ème siècle par le roi David 1er. En 1296-98, le roi Édouard 1er le fit reconstruire et fit fortifier la ville, avant que le château ne redevienne propriété écossaise.

[7] Scone est un village d’Écosse, dans la région de Perth and Kinross. À Scone se trouvait la Pierre du destin, dite aussi Pierre de Scone, sur laquelle les rois d’Écosse étaient couronnés. La pierre fut emmenée comme butin de guerre à Westminster par le roi Édouard 1er d’Angleterre en 1296. Mais les rois écossais continuèrent à se faire couronner à Scone, jusqu’à Charles II, en 1651.

[8] Le titre de comte de Carrick a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Écosse, et une fois dans la pairie d’Irlande. En Écosse, la première création intervint autour de 1186, quand Duncan de Galloway (dit aussi Donnchadh de Carrick) fut fait comte de Carrick. Le gros des terres associées à ce titre sont dans l’Ayrshire. Marjorie de Carrick, la petite-fille de Duncan, qui plus tard porta le titre de son propre droit, épousa Robert VI de Brus, qui devint plus tard le 6ème lord d’Annandale. Leur fils, aussi nommé Robert, et connu en tant que Robert le Bruce, allait ensuite régner sur l’Écosse sous le nom de Robert 1er d’Écosse, rattachant le titre à la couronne. Robert fut aussi créé baron dans la pairie d’Angleterre par acte de sommation en 1295 en tant que Baron Bruce d’Anandale. Le titre s’éteint avec la mort de son frère Édouard, puis de son fils David de Brus en 1371. Ensuite, les rois d’Écosse recréèrent le titre à plusieurs reprises, mais le firent non-héritable, spécifiant qu’il serait rattaché à la couronne à la mort de chaque porteur.

[9] Le grand steward d’Écosse est une fonction honorifique et héréditaire écossaise correspondant à celle de grand-sénéchal ou intendant.

[10] Irvine est une ville nouvelle d’Écosse, située dans le council area du North Ayrshire (dont elle est la capitale administrative), dans la région de lieutenance d’Ayrshire and Arran et dans l’ancien comté de l’Ayrshire, sur la côte au sud-ouest de Glasgow. Irvine a été la capitale militaire de l’Écosse au 12ème siècle et l’ancien siège du Lord High Constable of Scotland, Hugues de Morville. Elle a également été la capitale du Cunninghame. La ville était autrefois un repaire de Robert Burns. Il est connu pour y avoir travaillé dans une filature de lin. En dépit de son classement comme une ville nouvelle (new town), Irvine possède une longue histoire qui remonte à plusieurs siècles et a été classée comme « Burgh royal ».

[11] La bataille du pont de Stirling constitue une des batailles des guerres d’indépendance de l’Écosse. Le 11 septembre 1297, les armées d’Andrew de Moray et de William Wallace affrontent celles de John de Warenne, 6ème comte de Surrey, leur infligeant une défaite.

[12] La tour de Londres est une forteresse historique située sur la rive nord de la Tamise à Londres en Angleterre à côté de Tower bridge. La tour se trouve dans le district londonien de Tower Hamlets situé à l’est de la Cité de Londres dans un espace appelé Tower Hill. Sa construction commença vers la fin de l’année 1066 dans le cadre de la conquête normande de l’Angleterre. La tour Blanche qui donna son nom à l’ensemble du château, fut construite sur l’ordre de Guillaume le Conquérant en 1078 et fut considérée comme un symbole de l’oppression infligée à Londres par la classe dirigeante. Le château fut utilisé comme prison dès 1100. Il servait également de grand palais et de résidence royale.