Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Alexandre Stewart ou Stuart

Alexandre Stewart ou Stuart

samedi 4 janvier 2020, par ljallamion

Alexandre Stewart ou Stuart (1214-1283)

4ème grand sénéchal d’Écosse à la mort de son père en 1246

Blason de la Maison de Stuart/StewartFils de Walter Stewart , 3ème grand sénéchal d’Écosse [1] et de sa femme Bethóc, elle-même fille de Gille Crist, comte d’Angus [2]. Alexandre aurait accompagné Saint-Louis à la septième croisade [3].

En 1255, il est un des Gardien de l’Écosse [4] pour le compte du jeune roi Alexandre III. Il tente d’appuyer la reine Marie contre la puissance de ses adversaires. C’est à son époque que le titre nouveau de senescallus Scotie [5], remplace l’ancienne dénomination de dapifer regis Scotie [6], indiquant ainsi la mutation du nom de sa charge dans un contexte national.

En 1263 Alexandre lève 120 sergents d’arme dans ses domaines patrimoniaux, et avec son frère Walter Stewart comte de Menteith [7] et shériff [8] d’Ayr [9], intervient à la tête de la force armée écossaise qui se bat lors de la bataille de Largs [10] le 2 octobre 1263, dans le cadre de la guerre écosso-norvégienne. Il défend l’Écosse avec succès contre l’attaque d’Haakon IV de Norvège et de ses alliés des Hébrides [11]. C’est sans doute à l’époque d’Alexandre que les Stewarts reçoivent la seigneurie de Cowal [12], avec le château de Dunoon.

Alexandre de Dundonald, d’après une charte de l’abbaye de Paisley [13], effectue un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle [14] ; et l’aîné de ses fils survivants est baptisé Jacques un nom personnel jusqu’alors inconnu en Écosse

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alexander Stewart, 4th High Steward of Scotland »

Notes

[1] Le grand steward d’Écosse est une fonction honorifique et héréditaire écossaise correspondant à celle de grand-sénéchal ou intendant.

[2] Le titre de comte d’Angus dans la pairie d’Écosse est issu du domaine du mormaer médiéval d’Angus qui correspond à l’une des sept provinces traditionnelles pictes celle d’Eangus et Moerne formée par les fils du mythique roi des Pictes Cruithne mac Cinge.

[3] La septième croisade est la première des deux croisades entreprises sous la direction du roi Louis IX. Décidée par le roi en 1244, elle quitte le royaume de France en 1248 et aborde l’Égypte en 1249. Vaincue par les maladies, l’armée ne retrouve sa liberté qu’en 1250, et le roi de France passe les quatre années suivantes à mettre le royaume de Jérusalem en état de se défendre contre les Mamelouks. La croisade prend fin en 1254 avec le retour du roi en France après la mort de Blanche de Castille, sa mère qui assurait la régence du royaume pendant son absence.

[4] Entre les 13ème et 16ème siècles, l’histoire du royaume d’Écosse se caractérise par de nombreuses minorités, périodes au cours desquelles, les rois sont captifs, absents ou empêchés, voire de vacances du pouvoir qui impliquèrent la mise en place de régences, parfois collectives, pendant lesquelles le pouvoir fut exercé par des Régents ou des Gardiens du Royaume.

[5] Sénéchal d’Écosse

[6] c’est-à-dire sénéchal du roi d’Écosse

[7] Le titre de comte de Meinteith, dans la pairie d’Écosse, est issu du domaine du mormaer médiéval de Menteith et est inclus dans l’une des sept provinces traditionnelles pictes celle « Stradeern et Mended » créée par un fils du mythique roi des picte Cruithne mac Cinge. Cette région était considérée comme le centre du royaume picte de Fortriú jusqu’à ce que cette identification soit récemment remise en cause.

[8] Shérif (en anglais sheriff) est le nom donné à une fonction politique et publique (en vigueur au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Irlande et en Inde), de même qu’à la personne chargée de cette fonction.

[9] En 1197, un château fut construit au bord de la rivière Ayr. Peu de temps après, en 1205, le roi Guillaume créa un bourg à Ayr.

Le 26 avril 1315, le premier Parlement d’Écosse se réunit là, sous le règne de Robert Ier. La ville était autrefois connue comme Inverair ou Inverayr, et cet usage est encore conservé dans la forme gaélique écossais du nom « Inbhir air ».

[10] La bataille de Largs est une bataille qui eut lieu le 2 octobre 1263 près de Largs (North Ayrshire) entre la Norvège et l’Écosse. Lors de la guerre écosso-norvégienne (1262-1266), les équipages de cinq navires norvégiens débarqués sur la côte furent massacrés par les archers écossais. Les Norvégiens ne purent établir une tête de pont et furent contraints de réembarquer le soir après avoir obtenu une trêve. Ce fut le plus important « engagement militaire » du conflit. Les forces norvégiennes étaient dirigées par le roi Håkon IV, et les forces écossaises du roi Alexandre III par le grand sénéchal Alexandre Stuart. Le résultat fut mitigé, mais, à long terme, favorable à l’Écosse.

[11] Les Hébrides, sont un archipel du Royaume-Uni situé dans l’ouest de l’Écosse. Ces îles sont divisées en deux grands groupes séparés entre eux par le bras de mer baptisé The Little Minch et la mer des Hébrides

[12] Cowal est une péninsule en Argyll and Bute proche de la ligne de faille des Highlands qui traverse le territoire écossais.

[13] Le prieuré de Paisley est fondé en 1163, par Walter Fitz Alan, sur le site d’une ancienne église celte. En 1245, il est élevé au rang d’abbaye, sous la responsabilité directe du pape. Sa participation aux échanges commerciaux de toute l’Europe accroît sa puissance et son influence au cours des années. En 1307, une grande partie des bâtiments est détruite lors d’un incendie et sa restauration s’effectue seulement au 15ème siècle. Les bâtiments monastiques sont cédés à la famille Hamilton en 1560 et la partie isolée de la nef est utilisée comme église paroissiale de Paisley.

[14] Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle ou pèlerinage de Compostelle est un pèlerinage catholique dont le but est d’atteindre le tombeau attribué à l’apôtre saint Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice (Espagne).