Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jing Ke

jeudi 19 décembre 2019, par ljallamion

Jing Ke (mort en 227 av. jc)

Prince héritier de Yan

Les royaumes combattants vers -260 ; le Yan est en rose au Nord-EstRéputé pour son échec lors de la tentative d’assassinat de Ying Zheng , le roi de l’ Etat Qin [1], qui devint plus tard premier empereur de Chine de 221 à 210 av . jc.

En 230 av. jc, l’Etat Qin commence à conquérir d’autres Etats dans le cadre d’un plan d’unification. L’armée de Qin anéanti avec succès le plus faible des Sept Royaumes combattants [2], Han [3]. Deux ans plus tard Zhao [4] a également été conquis.

En échange de la paix, le roi Xi Yan avait déjà forcé son fils le prince héritier Dan à devenir otage des Qin, mais celui-ci refusa sachant que les Qin était beaucoup plus fort que les Yan et attaqueraient plus tard.

Jing Ke est originaire de l’ État de Wei [5]. Il était très compétent dans l’art de l’épée. Sa patrie de Wei ayant été absorbée par les Qin, Jing Ke a fui dans le Yan.

A Youxia Tian Guang l’introduit auprès du prince Dan. Jing Ke accepta l’hospitalité du prince Dan, qui en dernier ressort décida d’envoyer un assassin contre le roi de Qin. Le plan consistait soit à l’enlèvement du roi en le forçant à libérer les territoires sous son contrôle ; ou à défaut, le tuant. L’attente dans les deux cas serait que l’Etat de Qin serait désorganisé, ce qui permettrait aux six autres grands Etats de s’unir contre elle.

En 228 avant jc, l’armée Qin était déjà à Zhao capitale du Handan [6], et attendait pour approcher de l’état de Yan. Jing Ke a accepta d’aller dans le Qin et de faire semblant d’être un noble mendiant. Selon les événements de l’époque, Dukang [7] fut la première partie de l’état Yan que le Qin voulait, en raison de ses terres agricoles fertiles.

A l’époque, le général Huan Yi avait perdu la faveur de Qin et voulait se venger contre elle ; alors que l’état Qin avait mis une prime pour le capturer de 1000 pièces d’or. Jing Ke alla voir Huan Yi lui-même pour discuter du plan.

Le Prince Dan obtient le poignard le plus affiné avec du poison, et il le donna à Jing Ke. Pour l’accompagner, le prince Dan demanda à Qin Wuyang . Qin Wuyang était connu pour avoir réussi un assassina avec succès à âge de 13 ans

Dissimulant le poignard, Jing Ke et Qin Wuyang rencontrèrent le roi. Qin Wuyang serait devenu tellement nerveux qu’il fut presque paralysé par la présence du roi. Jing Ke expliqua que son partenaire n’avait jamais mis les yeux sur le Fils du Ciel.

Quand le roi a ouvert la carte, Jing Ke a immédiatement saisi le poignard et a attaqué le roi, qui réussi à reculer. Tandis que le roi s’enfui il essaya de tirer son épée suspendue à sa ceinture, mais fut incapable de le faire assez rapidement. Aucun des autres fonctionnaires Qin n’étaient armé et capables d’arrêter Jing Ke . Les gardes stationnés devant le palais furent incapables d’atteindre la scène dans le temps nécessaire. Dans la confusion Jing Ke commença à se rapprocher du roi en l’encerclant derrière un pilier.

En voyant le roi en grave danger, un médecin royal nommé Xia Wuju saisit son sac de médecine et le jeta vers Jing Ke. Cela le ralenti juste assez pour permettre au roi de récupérer une certaine distance. Rappelé par les cris d’autres fonctionnaires, le roi réussi à passer l’épée derrière son dos pour pouvoir la tirer dessus son épaule. Il frappa immédiatement Jing Ke à la cuisse, l’immobilisant efficacement.

Jing Ke, sur une dernière tentative désespérée, jeta son poignard vers le roi mais manqua sa cible. Le Roi a ensuite poignardé Jing Ke, le blessant mortellement.

Après la tentative de Jing Ke, le général de l’ armée Qin Wang Jian fut envoyé contre l’Etat Yan. En 226 avant jc, le prince Dan envoya son armée pour combattre à Ji [8], mais ils furent bientôt vaincus.

Dans un effort pour tenter d’apaiser le roi de Qin, le roi Xi Yan mis son fils à mort ; cependant, le Yan fut néanmoins annexés et détruit.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Jing Ke Traduit par mes soins

Notes

[1] L’État de Qin ou Ts’in apparaît au début de la dynastie des Zhou Orientaux, dans la vallée de la Wei (actuelle province du Shaanxi). État semi-barbare aux confins occidentaux de la Chine des Zhou, son influence s’accroît au cours de la période des Printemps et des Automnes et surtout des Royaumes combattants, à la fin de laquelle le roi de Qin, ayant annexé ses six principaux rivaux (Qi, Chu, Han, Yan, Zhao, et Wei) fonde la dynastie Qin. La famille régnante du Qin portait le nom de Ying

[2] La période des Royaumes combattants, s’étend en Chine, du 5ème siècle av. jc à l’unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. jc. Ce nom lui est donné tardivement, par référence aux Stratagèmes des Royaumes combattants, ouvrage portant sur cette période. Elle correspond dans la chronologie dynastique à la fin de la période des Zhou orientaux (771-256 av. jc). Cette chronologie, qui repose sur l’historiographie traditionnelle, ne correspond pas nécessairement à la datation précise des évolutions sociales, politiques, économiques et culturelles : ce qui caractérise les Royaumes combattants date principalement du début du 4ème siècle av. jc.

[3] Han était un État de la période des Royaumes combattants de la Chine (453/403 à 230 av. jc). Initialement clan de grands feudataires de l’État de Jin, l’État Han fut l’un des trois États créés par la partition de celui-ci par les Trois familles en 403 av. jc. Placé entre le puissant État du Qin et la plaine de Chine du Nord, qui constituait un objectif militaire de ce dernier, il fut l’objet de nombreuses opérations militaires de la part de son voisin. Bien que le Han ait tenté plusieurs réformes, notamment sous légide du philosophe légiste Shen Buhai, il ne parvint jamais à surpasser le Qin. De fait, il fut le premier État conquis par le Qin à la fin de la période des Royaumes combattants.

[4] Zhao était l’un des sept États qui composaient la Chine antique pendant la Période des Royaumes combattants. Initialement clan de grands feudataires de l’Hégémonie de Jin, le Zhao fut l’un des trois États créés par la partition de celui-ci par les trois familles en 403 av. jc. D’abord de faible importance, le Zhao sut se développer jusqu’à devenir l’un des royaumes majeurs, avant d’être finalement détruit par le royaume de Qin. Son territoire s’étendait sur les provinces actuelles de la Mongolie-Intérieure, du Hebei, du Shanxi et du Shaanxi. Les frontières de cet État touchaient le pays des Xiongnu ainsi que les royaumes du Qin, du Wei et du Yan.

[5] Également appelé État Liang à partir de 340 av. jc, l’État Wei était un État de la Chine ancienne pendant la période des Royaumes combattants. Initialement clan de grands feudataires de l’État de Jin, le Wei fut l’un des trois États créés par la partition de celui-ci par les Trois familles en 403 av. jc.

[6] Handan est une ville de la province du Hebei en Chine. Elle fut la troisième capitale du royaume de Zhao, à l’époque des Guerres d’unification de Qin, de 386 à 228 av. jc.

[7] dans l’ actuel Hebei

[8] Ji ou Jicheng était une ancienne ville du nord de la Chine dont l’évolution historique et urbaine est à l’origine de Pékin moderne. Mentionnée dans les documents de la dynastie Zhou et mise en évidence par des découvertes archéologiques du printemps et de l’automne (771-476 av. jc), Ji (située à la périphérie sud de l’actuelle Pékin) était la capitale des anciens États de Ji et Yan (d’où le nom de Yanjing, "Capitale de Yan" jusqu’à l’unification de la Chine par la dynastie Qin en 221 av. jc. Plus tard, elle fut la capitale préfectorale de Youzhou sous la dynastie Han, les trois royaumes, la dynastie occidentale Jin, les seize royaumes, les dynasties du nord et la dynastie Sui. Avec la création d’un Jizhou pendant la dynastie Tang dans l’actuel hôtel de ville de Tianjin, la ville de Ji a pris le nom de Youzhou. C’était l’une des seize préfectures cédées aux Kitai pendant les cinq dynasties. La ville devient alors la capitale du sud de la dynastie Liao et donc la principale capitale de la dynastie Jin (1115-1234). Au 13ème siècle, Kublai Khan a construit une nouvelle capitale pour la dynastie Yuan au nord de Ji, Khanbaliq, dont Youzhou est devenue une banlieue. Pendant la dynastie Ming, Youzhou et Khanbaliq ont été fusionnés dans le plan de la nouvelle capitale, Pékin.