Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Marie Chamaillard ou de Chamaillard

Marie Chamaillard ou de Chamaillard

lundi 28 octobre 2019

Marie Chamaillard ou de Chamaillard (vers1345-1425)

Vicomtesse de Beaumont-au-Maine, Fresnay et Sainte-Suzanne

Fille de Guillaume Chamaillard et de Marie de Beaumont-Brienne, elle épouse le 20 octobre 1371, Pierre II de Valois , comte d’Alençon [1].

Légalement ou par disposition testamentaire, elle hérita de la fortune de son oncle Louis II de Beaumont-Brienne, tué à la bataille de Cocherel le 23 mai 1364 [2].

Beaumont-au-Maine [3], Fresnay [4], Sainte-Suzanne [5], Argenton [6], Nogent-le-Rotrou [7], La Flèche [8], Château-Gontier [9] et Pouancé [10] s’ajoutèrent ainsi au patrimoine des Chamaillard, puis par son mariage, de la famille d’Alençon.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de "Chamaillard" dans Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910

Notes

[1] Le comté d’Alençon relevait du duché de Normandie lorsqu’il fut acheté, en 1220, aux héritiers de Robert 1er d’Alençon, par le roi de France Philippe Auguste. En mars 1268, son petit-fils le roi saint Louis, le donna à son cinquième fils, Pierre. Ce dernier étant mort sans postérité en 1283, le comté d’Alençon revint alors à la couronne de France et fut donné, en 1286, par le roi Philippe le Bel, avec le comté du Perche, en apanage à son frère Charles, comte de Valois. En 1414, le comté d’Alençon fut érigé en duché-pairie.

[2] La bataille de Cocherel a lieu le jeudi 16 mai 1364 entre Charles V de France dont l’armée est commandée par Bertrand Du Guesclin, et Charles II de Navarre dont les troupes sont sous les ordres du captal de Buch Jean de Grailly ainsi que des archers anglais sous Blancbourg et Jean Jouel et des compagnies de routiers commandées par Arnaud-Amanieu d’Albret du côté anglais et Arnaud de Cervolle dit l’Archiprêtre du côté français.

[3] Beaumont-sur-Sarthe est une commune française, ancienne cité médiévale, située dans le département de la Sarthe. La vicomté de Beaumont entra dans la Maison de Brienne avant le mois de février 1253, par le mariage d’Agnès, vicomtesse de Beaumont, dame de La Flèche, de Fresnay, de Sainte-Suzanne et du Lude, fille héritière de Richard II de Beaumont, dernier descendant des premiers vicomtes, avec Louis d’Acre, troisième fils de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, empereur de Constantinople, et de Bérangère de Castille-León, sa seconde femme.

[4] Fresnay-sur-Sarthe est une commune française, située dans le département de la Sarthe. La ville est située à 17 km au sud d’Alençon, 16 km au nord-est de Sillé-le-Guillaume et 27 km à l’ouest de Mamers, elle surplombe un méandre de la Sarthe.

[5] Sainte-Suzanne est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire.

[6] Argenton-Notre-Dame est une commune déléguée, située dans le département de la Mayenne. Le territoire d’Argenton recouvre une superficie de 677 hectares. C’est un terrain plat, légèrement incliné de l’est à l’ouest, où l’altitude varie de 82 à 33 m. Le Béron le limite au nord, sur une longueur 5 à 6 km.

[7] Nogent-le-Rotrou est une commune française située dans le département d’Eure-et-Loir.

[8] La Flèche naît après l’an mil et voit rapidement son importance grandir. Vers 1050, Jean de Beaugency recherche un site pour y construire un château dans son domaine de fissa, ou fisca. Il choisit d’établir sa forteresse sur une île du Loir, à l’emplacement de l’actuel château des Carmes. Il fait construire un pont afin de détourner une partie du trafic commercial allant de Blois à Angers

[9] La baronnie de Château-Gontier, est une ancienne baronnie médiévale, érigée en marquisat en 1656. Elle offre cette particularité historiquement intéressante que sa limite nord était comme indécise entre le comté de Laval, le comté du Maine et l’Anjou. L’autorité civile et féodale du comte d’Anjou avait empiété par droit de conquête sur le territoire du Maine, avant le 11ème siècle, mais à une époque où les paroisses étaient déjà constituées. Aussi l’évêque du Mans avait-il maintenu sa juridiction sur l’étendue de son diocèse. C’est ainsi, du moins, que l’abbé Angot croit devoir comprendre et expliquer ce phénomène anormal.

[10] Pouancé est une commune française, située dans le département de Maine-et-Loire, dans la région des Pays de la Loire. Située à l’extrémité nord-ouest du département de Maine-et-Loire, Pouancé marque depuis le Moyen Âge une véritable frontière entre la Bretagne et l’Anjou. Cette position stratégique lui vaut la dénomination de « porte de l’Anjou aux Marches de Bretagne ». Étant l’une des 32 villes closes de l’Anjou, elle a conservé une partie de son patrimoine médiéval malgré les nombreux sièges de la guerre de Cent Ans et du conflit franco-breton.