Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Herman Hugo

dimanche 5 mai 2019, par ljallamion

Herman Hugo (1588-1629)

Prêtre jésuite des Pays-Bas méridionaux-Poète-écrivain latin-Aumônier militaire des troupes impériales espagnoles

La reddition de Breda ou Les Lances, de Diego Vélasquez. (Musée du Prado à Madrid)Après ses humanités secondaires il fait 2 années d’études de philosophie à l’université de Louvain [1] avant d’entrer, le 4 septembre 1605, dans la Compagnie de Jésus [2]. Il fait son noviciat à Tournai [3].

Sa première formation spirituelle terminée il enseigne au collège jésuite d’Anvers [4] de 1607 à 1612. Il se fait remarquer en dirigeant une anthologie [5] de poèmes composés par ses élèves pour honorer la mémoire des évêques de la ville d’Anvers. C’est le “Fama postuma Praesulum Antverpiensum”*.

La même année il publie des lettres de missionnaires jésuites en Chine, les pères Matteo Ricci et Joao Rodrigues .

Ordonné prêtre le 11 novembre 1613 il est nommé préfet des études au collège de Bruxelles [6]. C’est alors qu’il est remarqué par Philippe d’Arenberg , duc d’Aarschot [7] qui le prend avec lui lors d’un voyage en Espagne en 1621. Il en revient comme aumônier des troupes royales espagnoles.

Dès lors Herman Hugo accompagne Ambrogio Spínola dit Ambroise de Spinola dans ses campagnes militaires. C’est la “Missio castrensis” [8]. Il est présent au siège de Bergen-op-zoom [9] de 1622. Il est surtout témoin de la prise et reddition de Breda [10] en 1625, un triomphe pour le même marquis de Spinola. Hugo en fait une relation écrite : “Obsidio bredana” en 1626. Le livre est rapidement traduit en espagnol, anglais et français

Excellent polyglotte, Herman Hugo parle le néerlandais, le français, l’espagnol et l’italien, mais c’est le latin qui fut la seule langue dans laquelle il exprima ses sentiments et sa sensibilité mystique : il y compose aussi facilement en prose qu’en vers. Sa carrière comme auteur commence en 1617 avec son “De prima scribendi origine et universae rei litterariae antiquitate” [11].

Son œuvre maîtresse sort de presse à Anvers en 1624 : “Pia desideria. Emblematis elegiis et affectibus SS. Patrum illustrata”. Ses Pia desideria sont rédigés en vers latins et comprennent trois livres.

Respecté autant par les hommes de troupe que les officiers Herman Hugo meurt en service le 12 septembre 1629, emporté par la peste. Il a à peine 41 ans.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wolfgang Harms : SinnBilderWelten. Emblematische Medien in der Frühen Neuzeit, 1999 (Biographie résumée.)

Notes

[1] Louvain, ville au riche passé universitaire qui fut le siège de quatre universités différentes : d’abord le Studium Generale Lovaniense (1425-1797) et le Collegium Trilingue fondé en 1517, ensuite l’université d’État de Louvain (1817-1831). L’université de Louvain, fut le grand centre culturel et de transmission du savoir dans les Pays-Bas du Sud, de sa fondation en 1425 à sa suppression en 1797. Son fondateur fut le duc Jean IV de Brabant. Cette fondation fut confirmée par une bulle papale de Martin V.

[2] La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique masculin dont les membres sont des clercs réguliers appelés « jésuites ». La Compagnie est fondée par Ignace de Loyola et les premiers compagnons en 1539 et approuvée en 1540 par le pape Paul III.

[3] Tournai est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne et en Flandre romane , chef-lieu d’arrondissement en province de Hainaut et siège de l’évêché de Tournai.

[4] Anvers est une ville belge dans la Région flamande, chef-lieu de la province d’Anvers et de l’arrondissement administratif du même nom. Archétype de la ville bourgeoise-marchande depuis le Bas Moyen Âge elle constitue alors, selon Fernand Braudel, le centre du commerce international et de la haute finance tout au long du 16ème siècle.

[5] Une anthologie ou florilège est un recueil de morceaux choisis, en prose ou en vers, ces différents extraits partagent les mêmes caractéristiques : thèmes, genres, styles, langues, origines géographiques de leurs auteurs, etc. Un exemple ancien est l’Anthologie grecque.

[6] Le Collège Saint-Michel est un établissement scolaire catholique, situé à Etterbeek (Bruxelles). Le bâtiment actuel fut construit en 1905 pour remplacer l’ancien collège du centre ville devenu trop exigu. Le pouvoir organisateur du collège est jésuite, même si la plupart des professeurs sont aujourd’hui laïcs. À la demande des archiducs Albert et Isabelle, les jésuites acceptent d’y ouvrir un collège. Inauguré le 14 juillet 1604 ce collège occupe un vaste quadrilatère formé par la rue de la paille, rue de Ruysbroeck et la rue d’or. L’église est achevée en 1621. La population scolaire restera assez constante de sa fondation à sa suppression : entre 500 et 600 élèves. Comme de coutume le collège est base d’autres activités apostoliques à Bruxelles et dans les environs : prédications dans les églises de la ville, retraites et exercices spirituels, service des prisons et hôpitaux. La Compagnie de Jésus est supprimée le 21 juillet 1773. Le 2 septembre l’Ordre est aboli en Belgique, le collège est fermé le 23 septembre et les 35 jésuites expulsés. En 1777 il rouvre sous le nom de Collegium theresianum, mais cela ne dure pas. Les temps sont troubles et les bâtiments sont utilisés comme caserne et hôpital militaire

[7] La seigneurie, puis marquisat, et enfin duché d’Aerschot tient son nom de la ville d’Aarschot, en Brabant flamand. Elle fut possédée par les ducs de Brabant jusqu’au début du 14ème siècle. Le 29 octobre 1284, le duc Jean 1er, l’accorda en apanage à son frère Godefroy. Alix, troisième fille de ce dernier, porta Arschot dans la Maison d’Harcourt, qui, de là, passa dans les Maisons de Lorraine-Vaudémont puis de Croÿ : La seigneurie d’Arschot fur érigée en marquisat, par lettres du mois de novembre 1518, avec union de la baronnie d’Heverlé et des seigneuries de Bierbeck et de Retselaër, en faveur de Guillaume de Croÿ, petit-fils de Marguerite et d’Antoine. Philippe II de Croÿ, fils de Henri de Croÿ, comte de Porcéan, succéda à son oncle, et fut créé duc d’Arschot le 1er avril 1533.

[8] la Mission des camps

[9] Le siège de Berg-op-Zoom de 1622, est un épisode de la guerre de Quatre-Vingts Ans. Le 18 juillet 1622, le général espagnol Ambrogio Spinola met le siège devant la ville néerlandaise de Berg-op-Zoom. Les Espagnols doivent lever le siège le 2 octobre, en raison des constructions défensives récentes et de l’intervention du stathouder Maurice de Nassau, prince d’Orange.

[10] Le siège de Bréda a eu lieu pendant la guerre de Quatre-Vingts Ans sous le règne de Philippe IV d’Espagne. Le siège débuta le 27 août 1624 et dura plus de 9 mois, la ville ne se rendant que le 5 juin 1625.

[11] une dissertation sur l’invention les lettres et les genres d’écriture, ainsi que des instruments dont se servaient les anciens pour écrire