Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Gautier II d’Avesnes

Gautier II d’Avesnes

dimanche 3 mars 2019, par ljallamion

Gautier II d’Avesnes (vers 1170-vers 1244)

Seigneur d’Avesnes de Leuze-Seigneur de Condé et de Guise

Pièce représentant Gautier II d'Avesnes.Fils de Jacques 1er d’Avesnes, et d’Adèle, dame de Guise.

Il combat du côté français à la Bataille de Bouvines [1] en 1214, puis part combattre en Terre sainte. Fait prisonnier, il sera libéré par les Templiers et les aidera à construire le Château Pèlerin [2], en 1218.

Revenu à Guise [3], il entreprend des travaux de modernisation du château. Il construit également un château à Englancourt [4] afin de contrôler la route du comté de Hainaut [5] et achète Bohain-en-Vermandois [6] en 1226.

Il épouse Marguerite, comtesse de Blois et de Chartres, fille de Thibaut V le Bon , comte de BloisLe comté de Blois était une juridiction féodale du Royaume de France née vers 900. Le premier vicomte est Garnegaud, décédé en 906. Son successeur était le chevalier bourguignon Thibaud l’Ancien qui reçut également la vicomté de Tours en 908 et en 940, il devint vicomte de Blois et de Tours. Il mourut en 943 et son fils Thibaut le Tricheur prend le titre de Comte de Blois et s’empare du comté de Chartres. Son fils Eudes 1er devient Comte de Blois et de Chartres, de Tours, de Châteaudun, de Provins et de Reims. Son fils Thibaut II lui succède de 996 à 1004 . Son frère Eudes II rajoute à son domaine le comté de Meaux et le comté de Troyes. Il meurt en 1019, date à laquelle les domaines sont divisés. La dynastie continua jusqu’à la mort de Thibaut VI, donnant le comté à sa fille Marguerite de Blois. Le comté passe alors dans la Maison d’Avesnes puis de Blois-Châtillon. En 1397, le comté est intégré au Duché d’Orléans par manque de descendance. et de Chartres [7], et d’ Alix de France et devient par mariage comte de Blois et de Chartres

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de l’histoire du château fort de Guise (Aisne), publication du Club du Vieux-Manoir, collection Art et Tourisme, Nouvelles Editions Latines.

Notes

[1] La bataille de Bouvines est une bataille qui se déroula le dimanche 27 juillet 1214 près de Bouvines, dans le comté de Flandre (aujourd’hui dans le département du Nord), en France, et opposant les troupes royales françaises de Philippe Auguste, renforcées par quelques milices communales et soutenues par Frédéric II de Hohenstaufen, à une coalition constituée de princes et seigneurs français, menée par Jean sans Terre, duc d’Aquitaine, de Normandie et roi d’Angleterre, et soutenue par l’empereur du Saint Empire Otton IV. La victoire est emportée par le roi de France et marque le début du déclin de la prédominance seigneuriale.

[2] Le château Pèlerin, appelé aussi forteresse d’Atlit, était une des plus grandes forteresses templières en Terre sainte. Elle est bâtie sur un éperon rocheux entouré d’eau qui se situe sur la côte méditerranéenne, à environ 25 km au nord de Césarée et à environ 12 km au sud d’Acre et du mont Carmel, alors dans le royaume franc de Jérusalem. Elle est construite à l’est de la Tour du Détroit, cette dernière étant déjà en possession des Templiers. Château Pèlerin se trouve aujourd’hui à proximité du village d’Atlit en Israël et du site archéologique néolithique d’Atlit Yam.

[3] Guise, est une commune française située dans le département de l’Aisne, La bourgade de Guise, capitale excentrée de la Thiérache, s’est développée à l’ombre d’un puissant château fort placé sur ses hauteurs. La terre de Guise est qualifiée de comté à partir du 13ème siècle, elle est érigée en duché-pairie en 1528. Les seigneurs de Guise, comtes puis ducs de Guise, sont issus d’une branche cadette de la maison de Lorraine. La forteresse de Guise contrôle l’Oise. Il existe, encore aujourd’hui, d’importants vestiges de cette bourgade fortifiée, élément du système de fortification du nord du royaume de France au temps de la Renaissance

[4] Englancourt est une commune française située dans le département de l’Aisne

[5] Le comté de Hainaut ou Hainau –est un ancien comté qui relevait du Saint Empire romain germanique, qui se trouvait en bordure du royaume de France.

[6] Bohain-en-Vermandois est un bureau centralisateur de canton du département de l’Aisne, dans l’arrondissement de Saint-Quentin. Seigneurie des d’Avesnes, des ChâtilIon-Blois-Saint-Pol, des Luxembourg-St-Pol, des Bourbon-Vendôme, réunie au domaine royal par Henri IV, puis transmise aux Montluc-Balagny et aux Mailly-Nesle. Le bourg fut âprement disputé au cours de toutes les guerres depuis le Moyen Âge. On peut découvrir des vestiges des fortifications à proximité de l’école primaire (fossés, boulet de canons, restes de murs).

[7] Terre à proximité de la Normandie, le Chartrain a été au cours des 9ème et 10ème siècles secoué par les invasions et guerres normandes, notamment en 858 et en 911. Pour fixer les populations normandes et mettre ainsi un terme au saccage des terres du royaume, Carloman fait le chef viking Hasting « comte de Chartres » en 882, après l’avoir battu en 879. Sitôt comte, Hasting vend sa possession en 886. Vassal du duc des Francs Hugues le Grand, un certain Thibaud de Blois profite de la jeunesse de l’héritier au titre ducal pour s’ériger en « comte de Blois » vers 960 alors que son père en était le vicomte. Bientôt, les terres personnelles du comte sont augmentées du comté de Chartres ainsi que la vicomté de Châteaudun. Le titre reste dans les mains de la famille de Thibault jusqu’en 1286, date à laquelle le comté est de nouveau fondu dans le domaine royal.