Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Pons Guillaume de Toulouse ou Pons II

Pons Guillaume de Toulouse ou Pons II

mardi 26 février 2019, par ljallamion

Pons Guillaume de Toulouse ou Pons II (mort en 1063)

Comte de Toulouse, d’Albi, d’Agen et du Quercy de 1037 à 1060

Pons Guillaume de Toulouse ou Pons II Comte de Toulouse, d'Albi, d'Agen et du QuercyFils de Guillaume III , comte de Toulouse [1], et d’ Emma comtesse de Provence .

Il succède à son père en 1037, et hérite de la totalité de ses biens. Son frère Bertrand Ier de Provence n’héritera de la Provence que bien plus tard, vers 1062, après la mort d’Emma.

Sa première épouse, Majore, lui apporte des biens et des droits sur l’Albigeois et le Nîmois. En 1038, il partage l’évêché d’Albi [2] avec Bernard Aton Trencavel. Sa politique d’acquisition est à l’origine de la puissance de la maison de Toulouse qui connaîtra un plein épanouissement avec le règne de son fils cadet Raymond de Saint-Gilles.

Veuf, il se remarie avec Almodis de la Marche épouse d’ Hugues V seigneur de Lusignan , dont le mariage est annulé pour cause de consanguinité, et fille de Bernard 1er comte de la Marche [3], et d’Amélie.

Il apparaît ensuite dans une charte de donation de 1040 en faveur de Cluny, puis une charte de Moissac [4] de 1047 le qualifie de comte palatin. Il meurt en 1063 à Toulouse et est inhumé dans l’église Saint-Sernin [5].

Son testament lègue toutes ses possessions à son fils Guillaume, en précisant que s’il venait à mourir sans fils, le tout reviendrait à son dernier fils Raymond.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean-Luc Déjean, Les comtes de Toulouse (1050-1250), Fayard,‎ 1979 (réimpr. 1988)

Notes

[1] Le comté de Toulouse est un ancien comté du Sud de la France, dont le titulaire était l’un des six pairs laïcs primitifs. Le comté de Toulouse est créé en 778 par Charlemagne, au lendemain de la défaite de Roncevaux, afin de coordonner la défense et la lutte contre les Vascons et intégré dans le royaume d’Aquitaine, lorsque celui-ci est créé trois ans plus tard. Le royaume d’Aquitaine se désagrège à partir de 850. Le centre de puissance de l’Aquitaine se déplace vers Poitiers et les comtes de Rouergue, également possesseurs de Toulouse, sont héréditaires.

[2] Le diocèse d’Albi a été érigé dès le 3ème siècle. Il a été élevé au rang d’archidiocèse le 3 octobre 1678. Depuis le concordat de 1817, le diocèse d’Albi a fusionné avec ceux de Castres et Lavaur. Ce diocèse a notamment été le théâtre de la croisade des Albigeois. Diocèse important et riche, de nombreux évêques mécènes se sont succédé dont Louis d’Amboise qui ont permis de réaliser la riche décoration intérieure de la cathédrale, dont les peintures datent de 1509

[3] Le comté de la Marche apparaît au nord du Limousin à la fin du 10ème siècle et dure jusqu’à la Révolution française. Il passe entre les mains de différentes familles avant d’être détenu à partir de 1525 par la famille royale.

[4] Moissac est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne,

[5] La basilique Saint-Sernin de Toulouse est un sanctuaire bâti pour abriter les reliques de saint Saturnin, premier évêque de Toulouse, martyrisé en 250. Devenu l’un des plus importants centres de pèlerinage de l’Occident médiéval, elle fut desservie, depuis le 9ème siècle au plus tard et jusqu’à la Révolution française, par une communauté canoniale. Saint-Sernin est une des plus grandes églises romanes conservées en Europe, avec la cathédrale de Spire, en Allemagne.