Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Aymar ou Adhémar de La Garde

Aymar ou Adhémar de La Garde

dimanche 8 juillet 2018, par ljallamion

Aymar ou Adhémar de La Garde (mort en 1361)

Évêque de Metz de 1327 à 1361

Armoiries des évêques de Metz : Les pierres rappellent le martyre de Saint-Etienne, lapidé, et la main tenant l'épée celui de Saint-Paul, qui eu la tête tranchée. Ces deux saints sont les patrons du diocèse.Fils d’Hugues II Adhémar de La Garde, 6ème seigneur de La Garde et co-seigneur de Monteil [1], et de Sibylle de Poitiers.

Issu de la première branche cadette d’une famille noble du Dauphiné, il est nommé archidiacre de Reims, puis doyen de la cathédrale de Toul avant d’être nommé évêque souverain de Metz [2] en 1327, succédant à son oncle Louis de Poitiers .

Il entra en conflit avec le duc Raoul de Lorraine, lorsque le roi Philippe VI intervint, et amena la conclusion d’un traité de paix. Ce prélat eut ensuite des démêlés avec la régente de Lorraine Marie de Châtillon et avec le duc Robert 1er de Bar.

Il réduisit en cendres la forteresse de Château-Salins [3], envahit le Barrois [4], et prit Conflans-en-Jarnisy [5].

Ses dépenses militaires l’obligèrent à faire des emprunts et à engager des terres considérables et des villes entières, telles que Neuviller [6] et Sarrebourg [7].

Après sa mort survenue le 12 mai 1361, Adhémar a été enterré dans la chapelle des évêques qu’il avait fait construire dans la cathédrale de Metz.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Adhémar de Monteil sur Saarländische Biografien

Notes

[1] aujourd’hui Montélimar

[2] Fondé vers le 3ème siècle, l’évêché de Metz a longtemps été une entité à la fois politiquement puissante et riche. Opposé à la bourgeoisie messine puis soumis à l’influence du royaume de France, il va progressivement perdre son poids économique puis son influence politique. Aujourd’hui l’évêque de Metz a la particularité d’être l’un des deux seuls évêques catholiques au monde à ne pas être formellement nommés par le Pape, mais par un pouvoir temporel (le concordat en Alsace-Moselle confiant au président de la République française la nomination de l’évêque de Metz et de l’archevêque de Strasbourg).

[3] Château-Salins est une commune française située dans le département de la Moselle. La cité est relativement récente. Le territoire sur lequel s’élèvera le château, et plus tard la ville, faisait partie des domaines de l’évêché de Metz. Le secteur était aussi un fief de Lorraine ; ainsi en 1277, le duc Ferry III de Lorraine associa le comte Thiébaut II de Bar à la moitié du fief d’Amelécourt et au tiers des salines de cette cité.

[4] Le Barrois est un territoire du sud-ouest du département de la Meuse. La ville principale qui peut en être vue comme la capitale historique est Bar-le-Duc. Le Barrois est donc le pays entourant Bar-le-Duc.

[5] Conflans-en-Jarnisy est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle.

[6] Neuviller-sur-Moselle est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle. Stanislas Leszczynski achète la seigneurie de Neuviller le 17 décembre 1749 de Nicolas-Léopold de Salm-Salm et de son épouse, il l’érige en comté le 22 décembre 1749. Le 15 février 1751 Stanislas Leszczynski vend Neuviller au chancelier Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière.

[7] Sarrebourg est une commune française située dans le département de la Moselle. Sous-préfecture de département. Du 12ème siècle au 15ème siècle, Sarrebourg est en possession de l’évêché de Metz, qui en fait un foyer de christianisation tourné vers l’Alsace. L’évêque Jacques de Lorraine y installe un chapitre collégial Saint-Étienne en 1256. La ville passe aux ducs de Lorraine en 1464, et est assiégée par les Bourguignons en 1476 ; c’est le duc René II qui la libère. Sarrebourg a fait partie du bailliage d’Allemagne de Lorraine.