Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Alphonse III d’Aragon dit le Franc ou le Libéral

Alphonse III d’Aragon dit le Franc ou le Libéral

dimanche 25 février 2018

Alphonse III d’Aragon dit le Franc ou le Libéral (1265-1291)

Roi d’Aragon et comte de Ribagorce-Comte de Barcelone, de Gérone, de Besalú et de Pallars Jussà-Roi de Valence de 1285 à 1291

Fils de Pierre III d’Aragon. Il conquiert Minorque [1] en 1287.

Pour calmer la révolte de la noblesse aragonaise, il est contraint de signer les Privilèges de l’Union* en 1287 [2].

Par ce même texte, le roi perd l’initiative de la convocation des Cortes [3].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jaume Sobrequés i Callicó et Mercè Morales i Montoya, Contes, reis, comtesses i reines de Catalunya, Barcelone, Editorial Base, coll. « Base Històrica » (no 75),‎ avril 2011

Notes

[1] Minorque est l’une des quatre îles Baléares habitées, cet archipel étant situé en mer Méditerranée. Elle se place au nord-est de Majorque et est voisine de l’îlot de l’Aire. En 1231, après la reconquête de Majorque par les chrétiens, Minorque reste un État musulman indépendant, quoique tributaire au roi Jacques 1er d’Aragon. L’île est d’abord gouvernée par Abû ’Uthmân Sa’îd ibn Hakam al Qurashi, puis après sa mort par son fils, Abû ’Umar ibn Sa’îd, d’Abû’Umar. Une invasion aragonaise, menée par Alphonse III intervient le 17 janvier 1287, date désormais célébrée comme jour national à Minorque. La plupart des habitants musulmans de l’île sont asservis et vendus sur les marchés aux esclaves d’Ibiza, de Valence et de Barcelone. Jusqu’en 1344, l’île appartient au royaume de Majorque, membre de la Couronne d’Aragon, puis est annexée par le royaume d’Aragon, lui-même intégré plus tard au royaume unifié d’Espagne.

[2] qui accordent à l’aristocratie le droit d’insurrection face aux abus du souverain

[3] Historiquement, dans les pays de la péninsule Ibérique, (royaumes espagnols et Portugal), les Cortes sont une instance représentative un peu comparable aux états généraux français, comprenant une réunion par corps (noblesse, clergé et tiers état).