Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Saint Willehad

samedi 19 août 2017

Saint Willehad (mort en 789)

Premier évêque de Brême

Originaire de l’Angleterre, il déploya une grande activité missionnaire dans la Frise [1] et la Saxe [2], entre la Weser [3] et l’Elbe [4] où l’avait envoyé saint Boniface, l’apôtre de la Germanie [5].

Ami d’Alcuin, il propagea l’Évangile, à la suite de saint Boniface, et, ordonné évêque, il établit son siège à Brême [6], y construisit une cathédrale en bois et mourut au cours d’une visite pastorale.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de nominis/ Saint-Willehad

Notes

[1] La Frise est une région historique du nord-ouest de l’Europe, sur le littoral de la mer du Nord. Aujourd’hui, on entend généralement par Frise une région qui s’étend du nord des Pays-Bas et au nord-ouest de l’Allemagne (Basse-Saxe et Schleswig-Holstein). Ses habitants sont des Frisons et la langue le frison.

[2] Le duché de Saxe était un duché médiéval couvrant la plus grande partie du nord de l’Allemagne. Il s’étendait sur les états allemands contemporains de Basse-Saxe, Rhénanie du Nord Westphalie, Schleswig-Holstein, Saxe-Anhalt et des parties de la Saxe. Le duc Henri le Lion occupa la région déserte de Mecklembourg Poméranie occidentale. Les Anglo-Saxons avaient quitté cette dernière zone pour l’Angleterre.

[3] La Weser est un fleuve allemand né de la réunion de deux rivières, la Werra et la Fulda, qui confluent en Basse-Saxe à Hannoversch Münden. Après un parcours de 452 km, elle se jette dans la mer du Nord au niveau de Bremerhaven grâce à un grand estuaire, dans lequel se manifeste un phénomène de mascaret sur une longueur de 89 km. La Weser est, avec l’Ems, le seul fleuve allemand dont le cours se trouve entièrement sur le territoire allemand.

[4] L’Elbe est un fleuve d’Europe centrale qui prend sa source en République tchèque dans les monts des Géants et, après un parcours situé en majeure partie en Allemagne, se jette dans la mer du Nord par un long estuaire d’une centaine de kilomètres sur lequel se trouve Hambourg, premier port d’Allemagne. La longueur de ce fleuve est de 1 091 kilomètres.

[5] La Germanie est le nom donné, dans l’Antiquité, à la région d’Europe centrale séparée du monde romain par le Rhin et le Danube et s’étendant approximativement, à l’est, jusqu’à la Vistule. Le territoire de la Germanie était peuplée par les Celtes avant que divers peuples germaniques ne s’y installent au cours du 1er millénaire av. jc. La Germanie antique ne correspond pas à l’Allemagne actuelle, même si certains territoires importants des unes et des autres peuvent se superposer. Le nom de Germanie est utilisé par les Romains, avec différents qualificatifs, incluant des territoires qui ne sont pas aujourd’hui allemands d’une part, et des contrées actuellement allemandes sans aucune équivoque possible, qui n’étaient pas d’un point de vue administratif en Germanie romaine, d’autre part. Les anciens, depuis le 2ème siècle av. jc jusqu’à l’arrivée massive des peuples slaves au vie siècle, nommaient Germanie l’espace limité au nord par la mer Baltique et la mer du Nord, au sud par les Beskides occidentales et le nord des Alpes, à l’est par la Vistule et à l’ouest par le Rhin.

[6] L’évêché de Brême est fondé en 787 par le missionnaire northumbrien Willehad. Il est détenu en union personnelle par les archevêques de Hambourg de 848 à 1072, date à laquelle le siège de l’archevêché est installé à Brême. Il devient une principauté épiscopale en 1180. À partir de 1568, il est gouverné par des administrateurs de confession luthérienne. Au terme de la guerre de Trente Ans, il est sécularisé en 1648 et donné à la Suède (Brême-et-Verden).