Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Francisco Serrão ou Francisco Serrano

Francisco Serrão ou Francisco Serrano

samedi 29 avril 2017 (Date de rédaction antérieure : 24 mars 2017).

Francisco Serrão ou Francisco Serrano (mort en 1521)

Explorateur portugais

Son voyage de 1512 représente la première percée européenne à l’est de Malacca [1] au-delà de l’Indonésie qui permet aux Portugais de prendre pied sur les îles aux épices des Moluques [2].

Il se lie avec le Sultan Bayan Sirrullah, le seigneur de Ternate [3], en devenant son conseiller privé. Il reste vivre dans cette île avant de mourir dans des circonstances non élucidées à peu près au moment où Magellan meurt à Mactan [4] en 1521.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Francisco Serrão »

Notes

[1] Malacca est la capitale de l’état malais de Malacca. C’est le plus ancien port de Malaisie, fondé vers 1400. Elle a longtemps joué un important rôle stratégique du fait de sa position dans le détroit de Malacca. Malacca était au début du 16ème siècle la capitale métropole d’un État dont l’influence se faisait sentir jusqu’à l’extrême limite de l’archipel indonésien. La majeure partie de la population de Malacca se composait de Malais de la classe laborieuse (y compris des esclaves). Elle comprenait également des résidents étrangers : des Tamouls, des Javanais, des Chinois. Le commerce extérieur constituait le revenu principal du sultanat de Malacca. Un système complexe de taxation différenciait les bateaux en provenance de l’ouest et de l’est. Les taxes douanières représentaient 90 % des revenus du sultanat. Les sultans prenaient part aussi au commerce : ils possédaient des bateaux qui faisaient le va-et-vient entre Malacca et la côte indienne du golfe du Bengale. Vers 1500, Malacca était un des points stratégiques du commerce maritime asiatique, par ses liens avec la Chine et avec l’Indonésie orientale et aussi l’Inde, le golfe Persique et la mer Rouge, là où il y avait d’autres États marchands petits et compacts, comme le Yémen sur la mer Rouge et Ormuz dans le golfe Persique. En 1511, Afonso de Albuquerque conquiert la ville en expulsant le Sultan Mahmud Shah. Après la prise de Malacca, les Portugais se firent des alliés au sein de la communauté marchande de la ville : des Tamouls, ou des Kélings, marchands renommés. C’est par l’intermédiaire des Kélings, qu’Albuquerque et son représentant à Malacca, cherchèrent à établir des contacts dans d’autres lieux du littoral du golfe de Bengale, dans les îles de l’Asie du Sud-Est et en Extrême-Orient. Des bateaux se rendirent à Martaban en Birmanie, à Pulicat au sud-est de l’Inde, aux Moluques… Ces expéditions se poursuivirent jusqu’en 1518. De ces expéditions, naquit peu à peu le système des carreiras (routes maritimes du commerce de la royauté) reliant les ports asiatiques comme Pulicat et Malacca, ou Malacca et Chittagong (au Bengale). Malacca restera durant 130 ans sous domination portugaise.

[2] Les Moluques, sont un archipel à l’est de l’Indonésie formant un territoire de 74 500 km². Ces îles productrices d’épices ont attiré les Européens dans l’archipel indonésien au début du 16ème siècle. Leur nom vient de Jazirat al Muluk, « l’île des rois », que leur donnaient les marchands arabes. Vers 1460, sous l’influence de la principauté musulmane de Gresik à Java, l’île de Ternate est la première contrée des Moluques à s’islamiser. En 1511, une flotte portugaise, partie de Goa en Inde sous le commandement du vice-roi Afonso de Albuquerque, s’empare de Malacca, qui était devenu le plus grand port d’Asie du Sud-Est. Immédiatement, les Portugais s’installent ensuite aux Moluques. Dans son Historia das Molucas perdue, le Portugais António Galvão écrit pour sa part vers 1544 que c’est avec la Chine que les Moluques ont dû avoir leurs premières relations maritimes. François Xavier, cofondateur de l’ordre des Jésuites avec Ignace de Loyola, jette les bases d’une mission à Ambon, Morotai et Ternate en 1546 et 1547, marquant le début de l’implantation du catholicisme en Indonésie.

[3] Ternate est une île de l’est de l’Indonésie, appartenant à l’archipel des Moluques, à l’ouest de Halmahera. Cette île montagneuse, dont le point culminant est le volcan Gamalama à 1 715 mètres a une superficie d’environ 65 km². Avec la conversion vers 1495, sous l’influence de la principauté musulmane de Gresik à Java, de son souverain, qui prend le nom de Zain al-’Abidin, Ternate est la première contrée des Moluques à s’islamiser. Mais l’importance historique de Ternate réside surtout dans son rôle de principal entrepôt des Moluques du Nord, dans une région d’où provenaient traditionnellement les épices tant recherchées en Europe, le « clou de girofle » et la noix de muscade.

[4] L’île de Mactan est une petite île philippine appartenant à l’archipel de Visayas et se situe à quelques centaines de mètres à l’est de l’île de Cebu en face de la ville de Mandaue. Elle fait partie de la province de Cebu et se partage entre la ville de Lapu-Lapu et la municipalité de Cordova. C’est sur l’île de Mactan qu’est mort Fernand de Magellan le 27 avril 1521, à l’âge supposé de 41 ans. Le seigneur Lapu-Lapu refusant de se soumettre à l’obéissance du nouveau roi d’Espagne, Charles 1er (futur Charles Quint), fut attaqué à l’aube du matin du 27 avril 1521 à partir de trois navires portant une soixantaine d’hommes, dont quarante-huit combattants lourdement armés. À la suite d’un combat au sol, les assaillants furent repoussés jusqu’à la rive sous une pluie de flèches. D’abord blessé à la jambe par un de ces projectiles, Magellan mourut subitement après avoir reçu une lance empoisonnée au visage. Le corps du capitaine fut abandonné sur la plage et ne pu être récupéré