Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Alexandre (empereur byzantin)

Alexandre (empereur byzantin)

mardi 4 juillet 2017, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 21 mars 2017).

Alexandre (empereur byzantin) (870-913)

Coempereur byzantin de 879 à 912-Puis seul du 11 mai 912 au 6 juin 913

Mosaïque représentant Alexandre à La basilique Sainte-Sophie à Istanbul.Fils de Basile 1er et d’ Eudocie Ingérina . Cruel et ivrogne, il s’emploie à prendre le contre-pied de son frère Léon VI, refusant d’honorer les traités et les tributs conclus par ce dernier, notamment avec les Bulgares.

Il rappelle le patriarche Nicolas 1er , déposé par Léon VI, qui s’efforce de purger la hiérarchie de l’Église afin d’en éliminer les évêques et les prêtres ayant des sympathies pour le patriarche Ignace. La plupart des prêtres démis refusent cependant de quitter leurs fonctions, obligeant ainsi Nicolas à revenir sur sa décision.

Alexandre meurt le dimanche 6 juin 913. Avant de mourir, il a désigné comme tuteurs de Constantin VII, le patriarche Nicolas Mystikos, les magistroi [1] Étienne et Jean Elada, le recteur Jean et deux de ses favoris, les patrices [2] Basilitzès et Gabrielopoulos

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Skylitzès, Empereurs de Constantinople, « Synopsis Historiôn » traduit par Bernard Flusin et annoté par Jean-Claude Cheynet, éditions P. Lethilleux, Paris, 2003 (ISBN 2-283-60459-1), « Alexandre »

Notes

[1] magister officiorum

[2] Patrice est un titre de l’empire romain, créé par Constantin 1er. Dans les années 310-320, Constantin abolit le patriciat romain, vieille distinction sociale qui avait ses racines au début de la république romaine. Le titre de patrice est désormais accordé par l’empereur à des personnes de son choix, et non plus à des familles entières. Dès son apparition, le titre de patrice permet à son titulaire d’intégrer la nobilitas, comme le faisait déjà le patriciat républicain. Le titre était décerné à des personnages puissants mais non membres de la famille impériale ; il vient dans la hiérarchie immédiatement après les titres d’Auguste et de César. Ce titre fut ensuite conféré à des généraux barbares au service de l’empire. Le titre fut encore porté par des notables gallo-romains au 6ème siècle. Sous les Mérovingiens, le titre de patrice était donné au commandant des armées burgondes. Les papes l’ont notamment décerné à plusieurs reprises pour honorer des personnages qui les avait bien servis. Le titre fut également conservé dans l’Empire byzantin, et son importance fut même accrue au 6ème siècle par Justinien 1er, qui en fit la dignité la plus haute de la hiérarchie aulique. C’était une dignité accordée par brevet. Dans les siècles suivants, elle fut progressivement dévaluée par la création de nouveaux titres. La dignité de patrice disparut à Byzance au 12ème siècle.