Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Mauger de Rouen

mardi 28 juin 2016

Mauger de Rouen (vers1017-vers 1060)

Archevêque de Rouen de 1037 à 1055

Fils du duc de Normandie Richard l’Irascible et d’une frilla [1] du nom de Papia issue d’une famille du Talou [2].

Selon Ordéric Vital, il eut un fils nommé Michel un chevalier brave et digne, aimé et traité avec honneur dans sa vieillesse par le roi Henri Beauclerc comme “probatum militem et legitum” [3].

Membre important des Richardides, il devient l’un des adversaires les plus acharnés de son jeune neveu Guillaume le Bâtard, duc de Normandie depuis 1035, et contesté par de nombreux barons normands et par la majeure partie des Richardides.

En 1037, malgré son jeune âge, Mauger devient archevêque de Rouen, capitale du duché, et succède à un autre richardide, son oncle Robert le Danois, comte d’Évreux [4].

Entre 1052 et 1054, il se conduit comme un prince rebelle. Peu après la défaite et le bannissement de son frère Guillaume de Talou, comte d’Arques [5], et la victoire du duc Guillaume à la bataille de Mortemer [6], Mauger est déposé au concile de Lisieux en mai 1055, en présence d’Hermenfroi, évêque de Sion [7] et légat du pape [8].

En effet, non seulement le duc Guillaume tient à affirmer son pouvoir et à éliminer ses opposants, en particulier les Richardides mais en plus, il fait entreprendre de nombreuses réformes concernant l’Église normande, s’opposant notamment à ce que les prêtres entretiennent ouvertement des concubines.

Mauger, qualifié de débauché et d’ivrogne, accusé d’entretenir des concubines et de s’opposer constamment au pouvoir du duc, est condamné au ban avant d’être envoyé sur l’île de Guernesey [9], où il meurt noyé, alors qu’il est ivre. Néanmoins malgré sa vie de débauche il convoqua un concile à Rouen qui condamna la simonie [10] avant que le pape ne lance sa réforme depuis Reims. Il est inhumé à Cherbourg.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Mauger de Rouen/ Portail de la Normandie/ Archevêque de Rouen

Notes

[1] concubine à la manière danoise

[2] Le Talou, est une ancienne région littorale de Normandie, à la limite de la Picardie. Il recouvre partiellement le Petit Caux et le pays de Bray situés au nord-est de la Seine-Maritime.

[3] réserves prouvées et légitimes

[4] Le comté d’Évreux, créé au 11ème siècle, est commandé par un comte (comes Ebroicencis), est une partie du duché de Normandie, qui avait pour capitale la ville d’Évreux. Rattaché au domaine royal capétien en 1200, il en sortit pour former un apanage.

[5] Le comté d’Arques est une ancienne subdivision féodale du duché de Normandie, située dans sa partie nord-est. Il doit son nom à sa principale forteresse : le château d’Arques, élevé au cours du 11ème siècle. Dans les années 1030-1040, au temps de la minorité de Guillaume le Bâtard, cette vicomté fut donnée à Guillaume d’Arques, fils illégitime du duc Richard II de Normandie, frère de Mauger de Rouen. Au passage, elle fut augmentée de la partie normande du pagus de Talou.

[6] La bataille de Mortemer est un affrontement militaire survenu sur le territoire de la commune de Mortemer, dans le duché de Normandie, en 1054.

[7] Le diocèse de Sion est une église particulière de l’Église catholique en Suisse. Son siège est à Sion, la capitale du canton du Valais. Il couvre la majeure partie de ce canton et du district d’Aigle. Exempt, il relève immédiatement du Saint-Siège.

[8] représentant du pape

[9] Guernesey est l’île la plus grande du bailliage de Guernesey, dépendance de la couronne britannique. Saint-Pierre-Port, la capitale de l’île et du pays, se trouve dans le nord-est de celle-ci. L’île est située à 50 km des côtes normandes et à 120 km du Sud de l’Angleterre.

[10] La simonie est, pour les catholiques, l’achat et la vente de biens spirituels, tout particulièrement d’un sacrement et, par conséquent, d’une charge ecclésiastique.