Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Raimond-Bérenger 1er de Barcelone

Raimond-Bérenger 1er de Barcelone

dimanche 16 août 2015

Raimond-Bérenger 1er de Barcelone (vers 1022-1076)

Comte de Barcelone

Fils de Berenguer Ramon 1er, comte de Barcelone [1], et de Sança de Castille. Mineur à la mort de son père, c’est sa grand-mère Ermessende de Carcassonne qui gouverne ses territoires.

Il épouse en avril 1039 Elisabeth de Nîmes, puis en 1051 Blanca de Narbonne.

Comme sa grand-mère refuse de lui laisser le pouvoir, ils entrent en guerre en 1041 et ce jusqu’en 1043 quand sa grand-mère lui prête fidélité.

Il passe alors pour l’homme le plus riche d’Occident. Il achète la paix des taifas [2] de Lérida [3], Tortosa [4] et Saragosse [5]. Les paysans catalans, par contre, perdent leurs petites propriétés pour devenir les serfs des seigneuries d’une des formes la plus dure de féodalisme européen. La Catalogne imite les monnaies d’or musulmanes.

En 1052, il enlève Almodis de la Marche épouse du comte Pons II Guillaume de Toulouse , avec l’aide de la flotte de son allié l’émir de Tortosa.

Il l’épouse après avoir répudié Blanca. Le couple est mis au ban par l’église en 1054. Le comte réussit à faire déclarer leurs précédentes unions invalides pour cause de consanguinités et ils se marient légalement le 12 novembre 1056.

On lui attribue le noyau initial des Usages de Barcelone [6] en 1068, premier code féodal 150 ans avant la Magna Carta d’Angleterre [7].

Les tombeaux du Comte de Barcelone et de sa femme Almodis se trouvent dans la Cathédrale Sainte-Eulalie* de Barcelone

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Raimond-Bérenger Ier de Barcelone/ Portail du Moyen Âge central/ Comte de Barcelone

Notes

[1] Le comté de Barcelone est à l’origine une subdivision du royaume wisigoth en Hispanie. Conquis par les Maures à la fin du 8ème siècle, reconquis par Charlemagne en 801, il est intégré à la marche d’Espagne, province frontière face aux musulmans d’Al-Andalus. Des comtes nommés par les souverains carolingiens se succèdent à la tête de ce comté, considéré comme le plus important de la marche. À l’extinction de la dynastie carolingienne, les comtes se succèdent de façon héréditaire dans la descendance du comte Guifred, dit le Velu. Cette dynastie domine également les comtés de Girone et de Ausone, et rassemble peu à peu sous son autorité directe ou indirecte tous les comtés formant l’actuelle Catalogne : Besalú, Cerdagne, Empuries, Pallars, Roussillon et Urgell.

[2] Une taïfa ou royaume de taïfa est un royaume situé dans la région d’Al-Andalus. Durant les périodes d’instabilité politique, il y a eu plusieurs taïfas en Al-Andalus. Chaque taïfa est basée sur un nœud urbain central, la médina primitive, et règne sur des zones plus ou moins vastes.

[3] Lleida ou Lérida, est une ville située dans le nord-est de l’Espagne, dans la communauté autonome de Catalogne. Elle est la capitale de la province du même nom.

[4] Tortosa est une ville dans le nord-est de l’Espagne, en Catalogne. Elle est la capitale de la comarque de Baix Ebre dans la province de Tarragone.

[5] Saragosse est une ville espagnole, capitale de la province du même nom et de l’Aragon.

[6] Les usatges (que l’on peut traduire comme usages) sont les us et coutumes qui forment la base du droit catalan. Historiquement, le droit commun dans l’Ancienne Catalogne (Catalunya Vella) se fondait sur ces Usages de Barcelone qui eurent une influence décisive sur le Droit catalan.

[7] La Magna Carta Libertatum ou Grande Charte est une charte de soixante-trois articles arrachée par le baronnage anglais au roi Jean sans Terre le 15 juin 1215 après une courte guerre civile notamment marquée par la prise de Londres, le 17 mai, par les rebelles. Les barons étaient excédés des exigences militaires et financières du roi et de ses échecs répétés en France, en particulier à Bouvines et à La Roche aux Moines.