Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Marcus Perperna Veiento ou Vento

Marcus Perperna Veiento ou Vento

vendredi 3 juillet 2015

Marcus Perperna Veiento ou Vento

Homme politique romain

Fils de Marcus Perperna consul de 92 av.jc.

Il est d’origine étrusque [1] ce qui explique son onomastique [2] particulière.

Nommé préteur [3] en 82 av. jc, il appartient alors au courant politique des Populares [4] qui était parvenu au pouvoir grâce à Marius.

Lors du retour de Sylla, Perperna est gouverneur de Sicile. Il est proscrit et organise la rébellion contre Sylla depuis sa province.

Vaincu par Pompée, il doit la quitter et fuir en Hispanie [5]. Là, il rejoint Sertorius et doit affronter à ses côtés les armées de Rome dirigées par Quintus Caecilius Metellus Pius et Pompée.

Perperna finit par trahir et assassiner Sertorius avant d’être capturé et exécuté par Pompée en 72 av. jc.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marcus Perperna Veiento/ Portail de la Rome antique/ Personnalité politique de la Rome antique

Notes

[1] Les Étrusques sont un peuple qui vivait depuis l’âge du fer en Étrurie, territoire correspondant à peu près à l’actuelle Toscane et au nord du Latium, soit le centre de la péninsule italienne, jusqu’à leur assimilation définitive comme citoyens de la République romaine, au 1er siècle av. jc, après le vote de la Lex Iulia pendant la guerre sociale. Ils furent dans les débuts de Rome ses principaux adversaires.

[2] L’onomastique est la science qui étudie les noms propres.

[3] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il est de rang sénatorial, peut s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il est précédé par deux licteurs à l’intérieur de Rome, et six hors du pomerium de l’Urbs. Sous la République, il est élu pour une durée d’un an par les comices centuriates.

[4] Les populares formaient une tendance politique populiste qui marqua la République romaine, notamment au 2ème siècle av. jc, en s’appuyant sur les revendications des couches les plus pauvres de la société romaine et des non citoyens. Ce ne fut pas un parti politique au sens moderne, mais un clivage majeur dans les luttes politiques et sociales romaines, permettant aux acteurs politiques de se situer face au conservatisme des optimates au sein d’alliances personnelles souvent mouvantes.

[5] L’Hispanie est le nom donné par les Romains à la péninsule Ibérique. Depuis le 15ème siècle l’Hispanie est l’hôte des États modernes espagnol et portugais.