Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Antiochos VII Evergète Sidêtês

Antiochos VII Evergète Sidêtês

dimanche 14 décembre 2014

Antiochos VII Evergète Sidêtês (164-129 av.jc)

Roi de Perse qui régna de 138 à 129av.jc

Né à Sidé [1] en Pamphylie [2], fils de Démétrios 1er Sôter et frère de Démétrios II Nicator. Il participa aux combats que livra son frère avec l’aide de l’Égypte contre l’usurpateur Alexandre 1er Balas , puis contre le fils de ce dernier Antiochos VI Dionysos et le général Tryphon .

En 139, Démétrios II est fait prisonnier par le roi des Parthes Mithridate qui lui fait épouser sa fille Rhodogune. La première femme de Démétrios, Cléopâtre Théa, furieuse, épouse alors Antiochos en 137 qu’elle fait couronner sous le nom d’Antiochos VII Evergète.

Antiochos VII Evergète veut restaurer l’autorité de l’État. Il vainc définitivement Tryphon en 138, le chasse en Phénicie [3] et l’assiège dans Dôra [4]. Il est le dernier souverain de la dynastie à tenter de reprendre pied sur l’Euphrate contre les Parthes [5].

Il remporte tout d’abord des succès importants, reconquiert la Babylonie [6] et la Médie [7] vers 130. Mais les négociations avec leur nouveau roi Phraatès II échouent en raison des exigences excessives d’Antiochos VII. Aussi Phraatès II libère Démétrios II et en 129, Antiochos trouve la mort au combat.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Antiochos VII/ Portail du Proche-Orient ancien/ Séleucides

Notes

[1] Sidé est un port de la côte de Pamphylie sur le golfe d’Antalya (actuellement Side ou Selimiye) fondé aux environs du 7ème siècle av. jc par des Grecs originaires d’Éolie, de la cité de Kymé.

[2] La Pamphylie est le nom donné dans l’Antiquité à une région historique du sud de l’Asie Mineure située entre la Lycie au sud, la Cilicie à l’est, la Pisidie au nord et la Phrygie à l’ouest.

[3] Le territoire de la Phénicie correspond au Liban actuel auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie et de la Palestine. Les Phéniciens étaient un peuple antique d’habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités États en Phénicie, ils fondèrent dès 3000 av jc de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage en 814. Rivaux des Mycéniens pour la navigation en Méditerranée au 2ème millénaire av jc, ils furent d’après ce qu’on en sait les meilleurs navigateurs de l’Antiquité. L’invasion des Peuples de la Mer va ravager les cités phéniciennes, de même que Mycènes et les autres territoires qu’ils traversent, mais c’est ce qui va permettre aux Phéniciens de trouver leur indépendance vis-à-vis des puissances voisines qui les avaient assujettis puisque celles-ci seront elles aussi détruites par ces invasions. La chute de Mycènes en particulier va leur permettre de dominer les mers. Après avoir supporté les assauts des Athéniens, des Assyriens, de Nabuchodonosor puis de Darius III, la Phénicie disparut finalement avec la conquête par Alexandre le Grand en 332 av jc.

[4] Tel Dor est un tel situé en Israël identifié à la ville biblique de Dor. Le site archéologique de Tel Dor se trouve au sud du mont Carmel à proximité du kibboutz Nahsholim dans le nord d’Israël. Dor est mentionné dans une liste de tributs athéniens de 454 av.jc.

[5] La Parthie est une région située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides, berceau de l’Empire parthe qui contrôle le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av.jc et 224 de notre ère. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord, aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan, et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[6] Babylonie, ancienne contrée au Sud de la Mésopotamie et au Nord du golfe Persique dans l’Irak actuel, se divisait en Babylonie propre, entre l’Euphrate et le Tigre. Chaldée, au Sud-Ouest, depuis le confluent des 2 fleuves, jusqu’au golfe Persique ; et Sitacène, à l’Est.

[7] À l’époque hellénistique, la Médie tombe sous le contrôle des Grecs, et est incluse après les conflits opposant les Diadoques dans les territoires contrôlés par les Séleucides, après avoir été un temps dominée par Antigone le Borgne. L’ancien général Atropatès qui dirigeait le contingent mède de l’armée perse à la bataille de Gaugamèles, se rallie par la suite à Alexandre le Grand et devient satrape du nord de la Médie, qui devient la Médie Atropatène, futur Azerbaïdjan, qu’il parvient à rendre autonome du pouvoir séleucide. La capitale de ce royaume se trouvait à Gazaca. Après plusieurs décennies d’indépendance, le roi Artabanzanes doit conclure un traité de vassalité avec Antiochos III en 220 av.jc. Cette région reste peu hellénisée, à la différence du sud de la Médie, centré autour d’Ecbatane. Plusieurs villes nouvelles y sont fondées par les souverains séleucides, et l’ancienne Rhaga est renommée Europa. Un satrape local, Molon, se révolte en 220 contre Antiochos III, qui le défait. Entre 163 et 160, c’est un autre satrape de Médie, Timarque, qui se révolte contre Démétrios 1er Sôter, et réussit à prendre le pouvoir en Babylonie, avant d’être finalement soumis. Les révoltes qui secouent le royaume séleucide vers 150 profitent au roi parthe Mithridate 1er qui prend alors la Médie, ainsi que l’Atropatène. Après plusieurs décennies de luttes, le pouvoir des Arsacides est finalement assuré en Médie, en dépit des attaques des nomades orientaux, Scythes ou Tokhariens. La région est réorganisée administrativement, et la ville de Rhaga/Europa est renommée Arsacia.