Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Francisco Gómez de Quevedo Villegas y Santibáñez Cevallos

Francisco Gómez de Quevedo Villegas y Santibáñez Cevallos

mardi 9 décembre 2014

Francisco Gómez de Quevedo Villegas y Santibáñez Cevallos (1580-1645)

Écrivain espagnol

Né à Madrid, lorsqu’il est âgé de 6 ans, il perd son père, Pedro Gómez de Quevedo y Villegas, en 1586. Sa mère, María de Santibañez aura la charge de ses fils jusqu’à sa propre mort, en 1600 et veillera à leur donner la meilleure éducation, malgré la situation économique difficile dans laquelle la disparition de son mari a plongé la famille.

Après avoir fréquenté le collège impérial des jésuites de Madrid [1], il poursuit ses études, en 1594, au collège des jésuites d’Ocaña [2], en bénéficiant d’une bourse accordée par le roi, grâce à l’intervention de sa grand-mère, Felipa de Espinosa.

En 1596, il entreprend des études artistiques à l’Université d’Alcalá de Henares [3] et obtient 3 ans plus tard son diplôme de bachelier ès-arts, puis en 1600 sa licence. La même année, il commence des études de théologie dans la même université.

On pense que c’est au cours de cette période que débute son amitié avec Pedro Téllez Girón , futur duc d’Osuna. L’année suivante, il part poursuivre ses études à l’université de Valladolid [4], ville dans laquelle s’était transférée la cour.

Homme d’action impliqué dans les intrigues les plus importantes de son temps, Quevedo était aussi docteur en théologie et connaissait les langues hébraïque, grecque, latine et modernes. Reconnu pour sa grande culture, autant que pour la virulence de ses critiques, il devint l’ennemi, à la fois littéraire et personnel, de l’autre grand poète baroque Luis de Góngora.

En 1613, il se rend en Italie à l’appel de son ami et protecteur, le duc d’Osuna, devenu vice-roi de Sicile et de Naples, pour entrer à son service. Celui-ci lui confie des missions diplomatiques. Le duc d’Osuna tomba en disgrâce en 1620, et Quevedo fut entraîné dans sa chute.

En 1634, il épouse une veuve, Esperanza de Mendoza, mais ce mariage n’apporte aucun bonheur au grand misogyne, qui ne tarde pas à se séparer de sa femme un an après leur mariage, en s’enfuyant de Venise.

Tout au long de sa vie, il aura connu tour à tour les faveurs royales, puis la disgrâce. Ses tentatives de participer à la vie politique se soldèrent par des échecs, qui lui coûtèrent sa liberté. Tombé 2 fois en disgrâce, il est condamné 2 fois aux arrêts, dans une prison d’abord, puis dans un monastère.

Pour avoir déposé un pamphlet sur la serviette du roi Philippe IV, il est enfermé de 1639 à 1643 dans un cachot du couvent San Marcos de León [5], prison misérable et humide, où sa santé se dégrade : il y perd la vue. Quand il est libéré en 1643, Quevedo est un homme affaibli, qui se retire dans ses terres de Torre de Juan Abad [6]. Il part ensuite s’installer à Villanueva de los Infantes [7], où il meurt le 8 septembre 1645.

Son œuvre littéraire est immense et contradictoire. Homme de grande culture, amer, tranchant, courtisan, Francisco de Quevedo écrivit les pages burlesques et satiriques les plus brillantes et les plus populaires de la littérature espagnole. Mais il est également l’auteur d’une œuvre lyrique de grande hauteur et de quelques textes de morale et de politique d’une grande profondeur intellectuelle, qui en font le principal représentant du baroque espagnol.

Érudit, imprégné de cultures grecque et latine, on retrouve chez lui la verve et l’humour sarcastique de Lucien de Samosate , d’Erasme, de Dante, de Jérôme Bosch et de Rabelais.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Francisco de Quevedo y Villegas/ Portail de la poésie/ Écrivain espagnol du 17ème siècle

Notes

[1] Le Collège impérial de Madrid était une importante institution d’enseignement jésuite en Espagne. Fondé en 1560 le collège jésuite devient ‘impérial’ en 1609 suite au généreux don testamentaire fait par l’impératrice Marie d’Autriche, fille de Charles Quint.

[2] Ocaña est une commune d’Espagne de la province de Tolède dans la communauté autonome de Castille-La Manche.

[3] L’université d’Alcalá de Henares, quelquefois désignée comme La Complutense, était une université située à Alcalá de Henares, fondée en 1499 par le cardinal Francisco Jiménez de Cisneros. Elle fut transférée à Madrid en 1836 sous le nom d’Universidad Central, puis d’Université complutense de Madrid.

[4] L’université de Valladolid est une université publique espagnole fondée au xiiie siècle. Elle est chargée de l’éducation supérieure de quatre provinces de la communauté de Castille-et-León

[5] Le Monastère Saint Marc de León, ou Hostal San Marcos de León ou encore Convento de San Marcos de León en espagnol, fut précédé d’un hôpital très simple, bâti au xie siècle par doña Sancha, épouse de Ferdinand 1er de Castille Trois siècles plus tard, quand les Rois Catholiques suppriment les prérogatives des ordres militaires et en deviennent les grands maîtres, Ferdinand II d’Aragon ordonne de réédifier un monastère selon les plans du maître Pedro de Larrea, digne de la puissance et de la richesse acquise par les chevaliers lors de la Reconquista. Le somptueux monument fut construit en pleine Renaissance au début du règne de Charles Quint.

[6] Torre de Juan Abad est une commune d’Espagne de la province de Ciudad Real dans la communauté autonome de Castille-La Manche.

[7] Villanueva de los Infantes est une commune d’Espagne de la province de Ciudad Real dans la communauté autonome de Castille-La Manche.