Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Enguerrand de Metz

mardi 7 octobre 2014

Enguerrand de Metz (mort en 791)

Évêque de Metz en 768

Il a participé à la renaissance carolingienne. Moine de l’abbaye de Saint-Avold [1], le roi Pépin le Bref le fait nommer évêque de Metz par la pape en 768. Il reçoit du pape le titre d’archevêque. En 770 il devient le septième abbé de Senones [2].

Il devient un grand ami et proche collaborateur de Charlemagne, il accompagna celui-ci dans tous ses voyages. En 784, il devient son chapelain, puis archichapelain [3].

Il crée un scriptorium [4] de la cathédrale de Metz. Vers 783, il demande à Paul Diacre d’y rédiger “les Gesta episcoporum Mettensium” pour narrer l’histoire des évêques de Metz et de la dynastie carolingienne. Cet évêque contribue notamment à remplacer l’ancien chant gallican par le chant messin, né à Metz et l’origine du chant grégorien, afin de parachever la liturgie selon le rite romain dans l’empire.

Vers 785 il aurait remis au pape Adrien 1er le “Capitula Angilramni”, un recueil de droit canon touchant au ministère des évêques. Il l’aurait rédigé pour se défendre de ceux qui l’accusaient de violer ce droit canon en résidant auprès de Charlemagne et non dans son diocèse de Metz.

Il a rédigé une des premières révisions de la Bible.

Il meurt en octobre 791 dans l’actuelle Hongrie au cours d’une campagne de Charlemagne contre les Avars [5]. Son corps est ramené et inhumé à Saint-Avold, son monastère d’origine, dans l’église qu’il avait fait construire à l’emplacement actuel de l’église abbatiale Saint-Nabor.

Un vide épiscopal se crée à sa mort, qui va durer jusqu’en 816. Il est possible que Charlemagne ait laissé le siège du duché vacant car il souhaitait en contrôler le gouvernement et les revenus, songeant un temps à faire de Metz la capitale de son royaume avant de se fixer au palais d’Aix-la-Chapelle.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Enguerrand de Metz/ Portail de Metz/ Évêque de Metz

Notes

[1] Saint Sigisbaud, évêque de Metz, fait construire vers 720 une abbaye sous le vocable de saint Pierre. Saint Chrodegang, évêque de Metz et ministre de Charles Martel et Pépin le Bref, y introduit la règle bénédictine de saint Benoît. Il permet, lors d’un voyage à Rome, le 24 août 765, de transférer les reliques de saint Nabor, officier romain martyrisé sous Dioclétien. Une bourgade se développe par la suite extra muros, à l’ombre du monastère renommé abbatias Sancti-Naboris, dont elle prendra le nom, devenu Saint-Avold par évolution onomastique. Le monastère est réputé pour son scriptorium et placé sous la protection des évêques de Metz. Enguerrand de Metz, trente-sixième évêque de Metz de 766 à 791, y aurait vécu comme simple moine.

[2] L’abbaye saint Pierre de Senones est une abbaye bénédictine fondée à Senones dans le département français des Vosges. De 770 avant la fondation réelle d’une abbaye bénédictine à mars 1793, la présence de bénédictins de différentes congrégations ou lieux d’origine a marqué ce lieu.

[3] Un archichapelain est un clerc avec un poste de direction dans une cour royale. Le titre a été utilisé dans le royaume franc durant la période carolingienne.

[4] Le mot scriptorium est un mot latin dérivé du verbe scribere qui signifie « écrire ». Ce nom désigne l’atelier dans lequel les moines copistes réalisaient des livres copiés manuellement, avant l’introduction de l’imprimerie en Occident.

[5] Les Avars ou Avares sont un peuple de cavaliers nomades dirigés par un Khâgan, parfois identifiés aux Ruanruan qui menaçaient la Chine au 3ème siècle. Ils seraient originaires de Mongolie, connu par les Chinois sous le nom de Ruanruan. Au 5ème siècle, leur khan Chö-louen fonde un empire nomade de la Corée à l’Irtych. En 546, leurs vassaux Tölech se révoltent. Bumin, chef des Tujue, réprime la rébellion et réclame en récompense la main d’une princesse ruanruan, ce qui lui est refusée. Vexé, il se décide à la révolte et envoie une ambassade en Chine auprès des Wei. Il s’allie avec eux et épouse une princesse Tabghatch en 551. En 552, le dernier khan ruanruan, encerclé se donne la mort. L’empire Avar s’effondre et est remplacé en Mongolie par celui des Köktürks, les survivants se réfugient à la frontière de la Chine où les Qi du Nord, successeurs des Wei, les établissent comme fédérés. Ceux qui se dirigent vers l’Europe sont connus sous le nom d’Avars, ils migrent vers l’ouest tout en poussant devant eux de petites peuplades turco-mongoles. Ils occupèrent la plaine hongroise au 7ème siècle. Puis, ils furent intégrés à l’empire.