Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Flavius Vitalianus dit Vitalien

Flavius Vitalianus dit Vitalien

jeudi 2 octobre 2014

Flavius Vitalianus dit Vitalien

Général byzantin

D’origine scythe [1], né à Zalbada en Mésie inférieur [2], il se révolte de 513 à 518 contre l’empereur d’Orient Anastase.

L’épisode de la révolte de Vitalien s’inscrit dans le cadre de la querelle monophysite. Anastase avait suivi la politique de Zénon en se tenant aux positions défendues par l’Hénotique, acte législatif interdisant que les divergences concernant la nature du Christ soient évoquées, mais Anastase n’en soutient pas moins les monophysites, ce qui avait provoqué la résistance des chalcédoniens et le soulèvement de Vitalien. Dès juillet 518, Justin abrogera l’Hénotique, rétablira les relations avec Rome, ordonnera à tous les évêques de reconnaître les canons de Chalcédoine et exclura les monophysites de toutes les fonctions civiles et militaires.

Sa mère est la sœur du patriarche de Constantinople Macédonius II et son père Patriciolus serait d’origine barbare, petit-fils d’Aspar.

Vitalien, qui commande les troupes impériales de Thrace [3], se révolte en 513, avec l’appui des orthodoxes chalcédoniens contre Anatase qui soutient les monophysites. Il réunit 50 000 à 60 000 hommes, barbares fédérés et paysans orthodoxes, et vient camper à l’Hebdomon, réclamant la suppression du Trisagion monophysite et le rappel de Macedonius et de Flavien d’Antioche. Il s’éloigne au bout de 8 jours après les promesses de l’empereur de mettre fin au schisme monophysite mais reste en arme.

Anastase nomme ensuite magister militum [4] pour la Thrace un officier civil du nom de Cyrille, qui bat d’abord Vitalien, mais qui bientôt se laisse surprendre près d’Odessus [5], est pris et mis à mort.

Anastase envoie alors l’armée byzantine des provinces orientales, forte de 65 000 hommes, qui après un premier succès, subit une défaite complète à l’automne 513. Hypatius, son général, neveu de l’empereur, est fait prisonnier.

Une ambassade d’Anastase est capturée par Vitalien à Sozopolis [6], avec la rançon de 1000 livres d’or destiné à la libération d’Hypatius. Vitalien franchit les Longs Murs et menace de nouveau Constantinople à la fois par terre et par mer en 514, alors que de nouvelles émeutes éclatent dans la ville. L’empereur doit lui verser 5000 livres d’or et lui donner le titre de magister militum pour la Thrace. Il reconnaît également le Trisagion orthodoxe, restaure les évêques chalcédoniens déposés et convoque un concile général pour le 1er juillet 515, qui ne se réunira pas.

Voyant Anastase ne pas honorer ses promesses, Vitalien mobilise son armée à la fin de 515 et marche de nouveau vers Constantinople. Il s’empare du faubourg de Sycae [7], mais sa flotte est battue lors d’une bataille à l’entrée de la Corne d’Or par le syrien Marinus , qui chasse les rebelles de Sycae.

Vitalien se retire dans la clandestinité au nord de la Thrace, puis rentre à Constantinople à l’avènement de l’empereur Justin, qui le crée consul en 520.

Il est assassiné en juillet de la même année par la faction des Bleus.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vitalian (general) »

Notes

[1] Les Scythes sont un ensemble de peuples nomades, d’origine indo-européenne, ayant vécu entre le 7ème siècle et le 3ème siècle av. jc dans les steppes eurasiennes, une vaste zone allant de l’Ukraine à l’Altaï, en passant par le Kazakhstan. Les Perses désignaient ces peuples par le nom de Saka, francisé en Saces. Les sources assyriennes mentionnent les Saces dès 640 avant l’ère chrétienne.

[2] La Mésie est une contrée balkanique de l’Europe ancienne, entre le Danube et la Macédoine. Elle recouvre un territoire inclus dans le nord de l’actuelle Bulgarie, l’actuelle Serbie et une petite partie de la Roumanie. Initialement peuplée par les Thraces, la région accueille à partir du 8ème siècle av. jc des colons grecs qui s’installent sur le littoral. Au 1er siècle av. jc, les Romains, maîtres de la zone, y fondent la province de Mésie, qui fera partiellement partie de l’empire d’Orient par la suite.

[3] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[4] Le magister militum est un officier supérieur de l’armée romaine durant l’Antiquité tardive. Son nom est souvent traduit par « maître de la milice » ou « maître des milices ».

[5] Varna est une ville de l’est de la Bulgarie, au bord de la mer Noire.

[6] Sozopol est une petite ville de l’oblast de Bourgas, dans l’est de la Bulgarie.

[7] aujourd’hui Galata