Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Fronde des princes-Fronde parlementaire

Fronde des princes-Fronde parlementaire

vendredi 11 janvier 2013

Fronde des princes-Fronde parlementaire

Bataille du faubourg Saint-Antoine, sous les murs de la Bastille. Huile sur toile anonyme, château de Versailles, xviie siècle. Bataille du faubourg Saint-Antoine, sous les murs de la Bastille. Huile sur toile anonyme, château de Versailles, xviie siècle.

La Fronde parlementaire

La Fronde des parlementaires fut initiée par le Parlement de Paris qui promulgua la déclaration des 27 articles en réaction à l’édit de renouvellement de la Paulette.

Le rôle d’origine du Parlement de Paris ainsi que des Parlements de provinces était de voter les impôts. Ils ne sont donc juridiquement compétents qu’en matière fiscale. Néanmoins, le Parlement de Paris tentera de se faire reconnaître comme représentation nationale afin d’instituer une monarchie parlementaire à l’anglaise. La volonté de briser l’absolutisme royal peut apparaître justifiée à nos esprits modernes, il faut cependant voir que le Parlement n’a rien d’une chambre élue, mais constitué de magistrats parisiens détenant une charge héréditaire. C’est donc une sorte de seconde Noblesse dite “noblesse de robe” moins prestigieuse que la “noblesse d’arme”, et qui pour cela la jalouse. La Fronde parlementaire n’était donc pas une révolution populaire, c’était juste une révolution de palais.

En 1648, la France est gouvernée par la régente Anne d’Autriche, Louis XIV est alors âgé de 9 ans. Elle bénéficie des utiles conseils de Mazarin. Le pays devait mener des guerres extérieures contre les Habsbourg et cet effort nécessitait d’accroître les impôts. Il n’en faut pas plus pour entraîner les privilégiés dans une révolte.

Le 13 mai 1648, le Parlement de Paris convia ses collègues provinciaux à réformer ce qu’il estimait être les abus de l’État. A l’initiative du conseiller Pierre Broussel et de Paul de Gondi, coadjuteur de l’archevêque de Paris, il proposaient une union avec la Cour des Comptes, le Grand Conseil et la Cour des aides pour mieux contrôler le pouvoir royal.

La régente feint de se soumettre avant de faire arrêter le chef des frondeurs, Pierre Broussel, auquel son intégrité valait une immense popularité. A cette annonce, le 26 août, Paris se souleva au cours d’une journée des Barricades. La régente dû faire libérer ses prisonniers, mais son humiliation fut de courte durée.

A l’automne, la France gagna la guerre étrangère et signa les traités de Westphalie. Mazarin et la régente avaient désormais les mains libres pour en finir avec les frondeurs. Le 5 janvier 1649, avec le jeune roi Louis XIV, ils s’enfuirent à Saint-Germain-en-Laye tandis que l’armée royale commandée par le Grand Condé faisait le siège de Paris. Les parlementaires, qui détenaient beaucoup de privilèges grâce à la monarchie, n’avaient pas vraiment envie d’une révolution. Le président du parlement, Mathieu Molé, lança à ses collègues : “Vous faites le jeu des Princes, cette Fronde n’est pas la vôtre”. Ils rendèrent finalement les armes malgré la haine que leur inspirait Mazarin.

Le 11 mars 1649, à Rueil, Anne d’Autriche et Mazarin concluaient la paix avec le président du parlement de Paris, Mathieu Molé. Les magistrats renoncèrent à limiter en France le pouvoir royal et les Frondeurs furent généreusement amnistiés tandis que Paul de Gondi reçu le chapeau de cardinal.

La Fronde des princes

Dans la nuit du 9 au 10 février 1651, la foule envahit le Palais Royal pour voir le petit roi. Cette union était contre nature, les parlementaires voulaient une monarchie parlementaire et l’abaissement autant des Grands que du roi. Les princes étaient partisans d’une “monarchie féodale”, avec abaissement des pouvoirs des parlements et du roi. Ces deux partis antagonistes furent cependant soudés par leur ennemi commun, l’absolutisme royal. Les parlementaires réclamaient le départ de Mazarin.

Après avoir pris le parti du roi contre les parlementaires, le Grand Condé, l’ancien vainqueur de Rocroi, mécontent du maintien au pouvoir de Mazarin, noua des intrigues avec quelques autres grands seigneurs, son frère, le prince de Conti, le duc et la duchesse de Longueville, le cardinal de Retz.

Arrêté, il fut enfermé à Vincennes pendant 13 mois. Devant l’anarchie galopante, Anne d’Autriche se résigna à le libérer et fit mine de se séparer de Mazarin. Devant l’anarchie générale, le cardinal s’inclina et s’exila le 6 février 1651

Condé prit alors la tête des Frondeurs. Il combattit au faubourg Saint-Antoine le 2 juillet 1652,son rival de toujours, Turenne, revenu dans le camp du roi. Il entra même à Paris et fut arrêté par Turenne, nouveau commandant des armées royales. Paris était aux mains des Frondeurs, la Bastille fut prise. La duchesse de Montpensier, fille de Gaston d’Orléans dite “la grande Mademoiselle” fit tirer les canons de la Bastille sur l’armée royale, sauvant Condé en difficulté dans le faubourg Saint Antoine.

Condé se mit la population à dos par le massacre de l’hôtel de ville et dû fuir aux Pays Bas. La guerre civile se termina enfin, avec une répression modérée des révoltés. Le cardinal de Mazarin revint aux affaires le 3 février 1653. Le 3 août 1653 ce fut la soumission de Bordeaux et la fin de la Fronde.

Le roi pu alors rentrer dans sa capitale. Mais en souvenir de ses frayeurs, Louis XIV gardera une rancune tenace envers les Parisiens. Il choisira plus tard de quitter le Louvre, résidence de la cour depuis 4 siècles, et de bâtir un nouveau palais à Versailles.

Le 7 juin 1654 à lieu le sacre de Louis XIV à Reims. Le jeune roi a dès lors compris que s’il veut installer la monarchie absolue, il lui faut museler et les parlementaires et les nobles. La monarchie française sortira renforcée des épreuves de la Fronde tandis qu’à la même époque, l’Angleterre fera l’expérience de la République après avoir exécuté son roi Charles 1er. La France évoluera vers une monarchie dite absolue, l’Angleterre vers une monarchie constitutionnelle.

Après les derniers troubles de la Fronde, les Grands seront muselés et réduits à la condition de courtisans. Les Etats Généraux ne seront plus réunis et les Parlements deviendront de simples chambres d’enregistrement

P.-S.

Source : archives ljallamion histoire du 17ème/encyclopédie Imago/mundi/ Herodote/Histoire/Historia ect...