Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

John Locke

jeudi 13 décembre 2012

John Locke (1632-1704)

Philosophe anglais

John Locke Philosophe anglais

Né à Bristol en Angleterre dans une famille de Puritain. Son père était un avoué, puis capitaine au service du parlement en 1648 et propriétaire foncier mineur et un mandataire chargé de rassembler les impôts des villes des ports maritimes, il fut ruiné pendant la guerre civile. En 1646 il fut inscrit à l’école de Westminster. En 1652 il rentre à l’université d’Oxford ou il étudia la médecine et ou il fut influencée par John Owen, doyen de l’université. Owen fut le premier a présenté à Locke l’idée de la liberté religieuse et l’idée que les gens ne devraient pas être punis pour avoir différentes opinions religieuse. Par ses études de médecine il est devenu ami avec Robert Boyle, un des premiers scientifiques anglais de l’académie royale. En 1656 il reçu sa maîtrise, et en 1660 il est devenu conférencier en Grec, rhétorique, et philosophie. Il a étudié la médecine, et sa connaissance avec la pratique scientifique a eu une influence forte sur sa pensée et méthode philosophiques. En 1664 il fut nommé censeur de philosophie morale à Oxford.

En 1665 il accompagna Walter Vane pour une mission diplomatique auprès de l’électeur de Brandebourg en Allemagne. Il revient à Oxford pour reprendre ses études de philosophie. En 1666, Locke rencontra Anthony Ashley, le futur 1er comte de Shaftesbury et devint son ami, médecin, et conseiller.

Après l’université, il continua à étudier et lire avec passion. Il exprima ses opinions au sujet de la liberté religieuse et des droits des citoyens. Après 1667, il occupa plusieurs postes diplomatiques et civils mineurs, la plupart d’entre eux pobtenu grâce à Shaftesbury.

En 1675 ayant perdu la faveur politique et ayant des problèmes de santé, il fut contraint de se déplacer en France à Montpellier puis à Paris. En France son cercle d’amis s’élargi considérablement, des médecins aux astronomes, aux avocats, aux linguistes. En 1679 il retourne à Londres

En 1682 ses idées furent vues par le gouvernement anglais comme un défi à l’autorité du roi. Il se sauva en Hollande ou il dû se cacher d’abord à Amsterdam, se déplaçant alors à Rotterdam pour vivre avec d’autres exilés anglais. Néanmoins il commença le travail sur son essai au sujet de la compréhension humaine et en 1688 il fit édité en français une version récapitulative de son travail. En 1688 le Parlement renversa Jacques II et font appelle à Mary et guillaume d’orange. Il revint en Angleterre en 1689 sur le même bateau que la nouvelle reine après la guerre civile et commença à éditer ses écrits, dont beaucoup se sont concentrées sur le gouvernement. La lettre sur la tolérance et deux traités de gouvernement en 1689, et l’essai au sujet de la compréhension humaine dans sa pleine version en 1690.

Locke ne croyait pas que Dieu avait choisi un groupe ou famille des personnes pour régner sur des pays. Il rejeta "le droit divin" que beaucoup de rois et reines avaient l’habitude de justifier pour régner. Au lieu de cela, il a argué du fait que les gouvernements devraient seulement fonctionner avec le consentement du peuple qu’ils régissent. De cette façon, il soutint la démocratie comme forme de gouvernement. Il a écrit, "nous avons appris de l’histoire que nous avons raison de conclure que tous les commencements paisibles de gouvernement ont été étendus dans le consentement du peuple." Des gouvernements ont été formés, selon Locke, pour protéger le droit à la vie, le droit à la liberté, et le droit à la propriété. Locke estimait que la puissance d’un gouvernement devrait être divisée également en 3 branches de sorte que les politiciens n’ont pas la tentation de recourir à la puissance d’absolu. Si n’importe quel gouvernement maltraitait ces droits au lieu de les protéger, alors le peuple a le droit de se rebeller et de former un nouveau gouvernement. Il fut l’un des principaux précurseurs des Lumières. Sa théorie politique est l’une de celles qui fondèrent le libéralisme et la notion d’État de droit