Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Louise Angélique Motier de La Fayette

Louise Angélique Motier de La Fayette

mercredi 21 novembre 2012

Louise Angélique Motier de La Fayette (vers 1615-1665)

Louise Angélique Motier de La Fayette

Née à Vésigneux, elle naquit dans une famille de quatorze enfants, fille du comte de la Fayette, et de Marguerite de Bourbon-Busset. C’est par sa grand-mère, Louise de Bourbon-Busset, dame d’honneur de la reine Anne d’Autriche, qu’elle fut introduite à la cour de France.

Fille d’honneur de la reine Anne d’Autriche, c’est le 18 février 1635 que Louis XIII la remarque. Épris du charme, de la grande beauté, et de la douceur de Louise, il la convie à une de ses chasses à Versailles, 2 mois plus tard. Le cardinal de Richelieu, qui espérait détacher le roi de Marie de Hautefort, mit Louise de La Fayette au premier plan. Il espérait faire d’elle son espionne.

Mais la jeune femme, qui aimait Louis XIII avec désintéressement, refusa. Richelieu résolut alors d’écarter Louise, au début de 1636. Il lui proposa d’entrer en religion. Cette dernière n’avait rien contre le projet, mais le roi redoutait la séparation. Finalement, Louise, toujours amoureuse de Louis, y renonça au début de l’été suivant.

Une brutale invasion espagnole en Picardie détourna alors le roi de ses amours. Les troupes ennemies espéraient prendre la capitale d’assaut, mais Louis XIII réagit à temps pour les contrer. En novembre, elles quittèrent le royaume.

Le roi eut, au retour, un regain d’intérêt pour Louise de La Fayette jusqu’en janvier 1637. Puis il la délaissa à nouveau pour Marie de Hautefort. Au début du printemps, elle prit alors la décision définitive d’entrer au couvent.

Le roi, qui lui était toujours attaché, ne cessait de faire différer l’entrée de Louise en vie consacrée. Elle renonça à son souhait initial, celui de devenir carmélite, pour entrer dans un ordre moins rigide, celui de la Visitation.

Le 19 mai 1637, Louise fit ses adieux à la famille royale. Louis XIII vint plusieurs fois s’entretenir avec celle qui fut sa chaste favorite, au parloir de son couvent. C’est grâce à Louise que le roi se réconcilia avec son épouse, Anne d’Autriche. Devenue supérieure de sa communauté en 1657, elle mourut le 11 janvier 1665.

Répondre à cet article