Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sébastien Stoskopff

vendredi 19 juin 2020 (Date de rédaction antérieure : 5 novembre 2012).

Sébastien Stoskopff (1597-1657)

Peintre alsacien

Jatte de fraises de Sébastien Stoskopff vers 1620, (Musée de l'œuvre Notre-Dame de Strasbourg)Né à Strasbourg [1], sa formation à été faite auprès du miniaturiste et graveur Brentel, qui n’est sans doute pas étranger au développement de son sens aigu du réel.

Très apprécié à son époque, il fut considéré comme l’un des plus grands maîtres de la nature morte.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Michèle-Caroline Heck, « Sébastien Stoskopff », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 36

Notes

[1] Strasbourg est une commune française située dans le département du Bas-Rhin. Préfecture du département. Le développement de l’imprimerie favorise le courant humaniste qui fait jour à Strasbourg et qui va préparer l’avènement de la réforme protestante. En effet, l’humanisme et la Réforme sont les faits marquants de l’époque et Strasbourg est une des premières villes qui appelle au changement. Dès 1519, les thèses de Martin Luther sont affichées aux portes de la cathédrale et les dirigeants de la ville, notamment Jacques Sturm, sont favorables à ce changement. La ville adopte la Réforme en 1525 et devient protestante en 1532 avec l’adhésion à la confession d’Augsbourg. Strasbourg est alors l’un des principaux bastions de la Réforme protestante, ce qui va largement contribuer à son rayonnement. La ville devient une terre d’accueil pour les huguenots, ces protestants chassés de France pour leur croyance. Parmi eux, notamment Jean Calvin qui s’installera plus tard à Genève. Cependant, devenue ville protestante, Strasbourg ne sera pas autorisée à créer sa propre université. La ville propose déjà de nombreux enseignements, notamment en médecine et en théologie depuis 1538 grâce au gymnase de Jean Sturm, mais ceux-ci ne donnent pas lieu à un grade universitaire reconnu

Répondre à cet article