Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Albrecht Wenzel Eusebius von Wallenstein ou Waldstein

Albrecht Wenzel Eusebius von Wallenstein ou Waldstein

lundi 16 mars 2015 (Date de rédaction antérieure : 26 octobre 2012).

Albrecht Wenzel Eusebius von Wallenstein ou Waldstein (1583-1634)

Homme de guerre de la noblesse tchèque-Condottiere au service du Saint Empire romain germanique pendant la guerre de Trente Ans-Généralissime des armées impériales-Duc de Friedland et de Mecklembourg

Albrecht Wenzel Eusebius von Wallenstein Homme de guerre de la noblesse tchèque-Condottiere au service du Saint Empire romain germanique pendant la guerre de Trente Ans-Généralissime des armées impériales-Duc de Friedland et de Mecklembourg

Issu d’une des plus riches familles protestantes de Bohême, recevant une éducation sévère et austère, il est orphelin à l’âge de 12 ans. Il est pris en charge par son oncle maternel, le margrave de Burgau [1], fils cadet de l’archiduc Ferdinand du Tyrol. Ce dernier lui montre l’ampleur de la culture catholique qui le séduit, et il se convertit sans toutefois devenir vraiment un bon croyant.

Il épouse en 1609 Lucrecia Nekšová z Landek, héritière des seigneurs de Vsetín [2] qui lui apporte en dot le château et les domaines attenants.

Aimant le raffinement italien, l’art, entre autres l’architecture et la sculpture, il fait construire le splendide palais Wallenstein [3] dans Malá Strana à Prague. Féru d’astrologie au point d’en dépendre sur le plan de la prévision, il est cependant un homme d’affaires de génie. Il a sous ses ordres 300 vassaux et possède le quart des territoires de Bohême. Dans le territoire de Friedland, il force l’admiration en redressant l’économie. Des artisans italiens, des armuriers, et bien d’autres viennent enrichir cette terre qui devient convoitée.

Après avoir financé un régiment pour le futur empereur Ferdinand II, il voit plus grand et décide de créer une armée pour l’empereur en 1623.

Son armée, forte de 15 000 fantassins et 6 000 cavaliers initialement va progressivement s’agrandir pour approcher les 50 000 hommes. Elle impressionne par sa taille plus que par la qualité de ses soldats. En effet, vu la faiblesse de la solde et son irrégularité, elle n’attirait pas les meilleurs soldats.

Cette armée lui coûte cher malgré les dividendes qu’il a su tirer de ses terres. Pour parer la dissolution de son armée, il engage celle-ci dans le duché de Brunswick [4] en juillet 1625. Son espoir est de préserver ses riches terres en faisant du butin dans les territoires ennemis pour financer son armée. C’est un gestionnaire plus qu’un militaire, qui sait s’entourer de valeureux capitaines comme Von Pappenheim. Malgré quelques coups d’éclats pendant la guerre de Trente Ans [5], il fit l’erreur, à la fin de sa vie, de se retirer en Bohême, rongé par l’incertitude et les superstitions, accompagné de docteurs et d’astrologues. Dès lors il mena un jeu ambigu, négociant avec tous les belligérants, Suédois, Saxons, Français. Ses buts demeurent obscurs : se faire élire roi de Bohême ? Rétablir la paix ?

Toujours est-il qu’il s’isole de plus en plus. Il est démis de ses fonctions à la tête de l’armée le 24 janvier 1634. Le 25 février 1634, il est assassiné à Eger [6] par des officiers menés par Walter Leslie et chargés de l’arrêter.

Malgré ses erreurs, il est le véritable fondateur de l’armée autrichienne. Il finança ses opérations militaires par le système des contributions de guerre. Toutefois sa politique, incompatible avec les libertés germaniques, suscita dans l’Empire des haines mortelles qui le conduisirent à sa perte.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Wallenstein et du petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 1393

Notes

[1] Burgau est une ville d’Allemagne sur la rivière Mindel située dans le Land de Bavière et dans la région de la Souabe. Au Moyen Âge, Burgau est, à partir de 1212, un margraviat du Saint Empire romain germanique.

[2] Vsetín est une ville du sud de la Moravie, dans la région de Zlín. Elle est traversée par la rivière Bečva.

[3] Le palais Wallenstein est un palais construit dans le quartier de Malá Strana à Prague en République tchèque. Il est construit dans les années 1623-1630 pour Albert de Wallenstein ou Albrecht von Waldstein, nommé général des armées impériales en 1623, prince en 1625 puis duc en 1627 de Friedland et en 1629 de Mecklembourg, l’un des plus puissants et des plus riches nobles de Bohême des années troubles de la guerre de Trente Ans.

[4] Le duché de Brunswick Lunebourg est un État du Saint Empire romain germanique né en 1235 et disparu en 1806, centré sur la ville de Brunswick. Au cours de son histoire, il s’est divisé en plusieurs principautés

[5] La guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui suivit et le désir de ces derniers d’accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint Empire. Ces conflits ont opposé le camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint Empire germanique, soutenus par l’Église catholique romaine, aux États allemands protestants du Saint Empire, auxquels étaient alliées les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que catholique et luttant contre les protestants chez elle, entendait réduire la puissance de la maison de Habsbourg sur le continent européen.

[6] Egra est une ville de République tchèque située en Bohême Ouest non loin de la frontière avec l’Allemagne, sur la rive droite de l’Ohře, qui prend sa source en Bavière au nom de Eger et traverse la Tchéquie. Au 12ème siècle, le château était un palais de l’empereur Frédéric Barberousse. Depuis, les Comtes de Vohburg comme gouverneurs donnèrent château et ville aux rois de la Bohème comme gage. Le 25 février 1634, Albrecht von Wallenstein, généralissime des armées impériales, de famille tchèque, fut assassiné là pendant la Guerre de Trente Ans.