Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marcus Fulvius Flaccus

vendredi 4 décembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 29 juillet 2011).

Marcus Fulvius Flaccus (mort en 121 av.jc)

Sénateur romain

Emblème de la République romaine.Allié des Gracques [1]. En 133 av.jc, il prévient Tiberius Gracchus que les patriciens conservateurs et leurs partisans viennent l’attaquer sur le forum, mais trop tard, Tiberius est tué dans l’émeute qui suit.

En 130, il devient membre de la commission, chargée des travaux de recensement des terres prévue par la réforme agraire. Les travaux traînent en longueur, et certains opposants à ce projet de répartition des terres suggèrent d’accorder en remplacement le droit de cité aux citoyens des cités et peuples alliés de Rome en Italie ; il appuie cette idée lorsqu’il est consul, mais se heurte au refus du Sénat, et abandonne ce projet.

En 125, il est consul. Le sénat l’envoie aider Massalia [2], ville alliée de Rome, dont les colonies sont sans cesse pillées par leurs voisins, les Ligures [3], les Salyens [4] et les Voconces [5]. C’est la première intervention romaine en Gaule transalpine [6]. Il triomphe en 123.

En 122, il est tribun militaire [7] pour aider Caius Sempronius Gracchus en mettant en application une version modifiée de sa politique de la citoyenneté pour des Italiens

En 121, lui et Caius Gracchus n’ont pas gagné les élections au tribunat de la plèbe. Flaccus mène une protestation avec ses partisans sur la colline de l’Aventin [8], mais le consul Lucius Opimius avec l’accord du Sénat, tua Caius Gracchus, Flaccus et ses deux fils, et beaucoup d’autres de leurs partisans.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marcus Fulvius Flaccus/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine

Notes

[1] Les frères Tiberius Sempronius Gracchus et Caius Sempronius Gracchus, surnommés les Gracques, sont deux hommes d’État romains. Issus de la nobilitas plébéienne, fils du consul Tiberius Sempronius et de Cornelia Africana, petits-fils de Scipion l’Africain, ils sont renommés pour leur tentative infructueuse de réformer le système social romain.

[2] Marseille

[3] Région d’Italie située dans le nord-ouest de la péninsule. Son nom vient du peuple antique des Ligures, même si ceux-ci occupaient un territoire beaucoup plus étendu que celui de la Ligurie actuelle. La capitale régionale est Gênes. La Ligurie forme un arc de cercle autour du golfe de Gênes. Elle est entourée par les Alpes et l’Apennin. C’est une région très ouverte sur la mer et largement montagneuse.

[4] Les Salyens, appelés aussi Salluviens, formaient une confédération localisée dans la majeure partie de la basse-Provence et dont la capitale était Entremont sur l’actuelle commune d’Aix-en-Provence.

[5] Les Voconces sont une fédération de peuples gaulois installés dans les Préalpes. Ils sont battus par les légions romaines entre 125 et 118 av. jc lors de la conquête de la province de Narbonnaise. Ils figurent à ce titre sur les marbres capitolins, à Rome, donnant les noms des peuples vaincus durant ces opérations militaires. Sous l’Empire, ils constituent des civitates. Ce peuple occupait un territoire important qu’ils avaient pris aux Ligures au 4ème siècle av.jc et qui englobait le Vercors au nord, les contreforts du mont Ventoux au sud-ouest, Manosque au sud-est et Embrun à l’est, réparti sur 5 départements actuels (Drôme, Isère, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Vaucluse). Ils étaient également membres d’une fédération comprenant les Avantiques et les Sogiontiques. Dans le courant du 1er siècle av. jc, les Voconces signèrent avec Rome un traité d’amitié (fœdus) qui leur permit de garder une certaine autonomie et leurs institutions traditionnelles : on trouve ainsi un praetor et un sénat à la tête de cette civitas, assistés par des praefecti envoyés dans les circonscriptions périphériques (les pagi), lesquels sont conseillés par des assemblées locales (vigintiviri). Des édiles et des esclaves publics complètent cet organigramme administratif. Dès cette époque, les chefs-lieux sont Luc-en-Diois et Vasio, l’actuelle Vaison-la-Romaine selon Pline.

[6] Le concept de « Gaule transalpine » (Gallia Transalpina ou Gallia Ulterior) est une dénomination romaine pour désigner une région qui comprend presque l’ensemble des Gaules, en dehors de la Gaule cisalpine. Le terme signifie Gaule au-delà des Alpes. Elle se distingue ainsi de la Gaule cisalpine, qui était avant les Alpes du point de vue romain.

[7] Le tribun militaire (en latin Tribunus militum) est un officier supérieur qui sert dans la légion romaine sous la Rome antique.

[8] L’Aventin est l’une des sept collines de Rome, la plus méridionale, située entre le Tibre, le mont Cælius et le mont Palatin.