Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Friedrich der Schöne dit Frédéric le Bel

Friedrich der Schöne dit Frédéric le Bel

mercredi 15 août 2012, par ljallamion

Friedrich der Schöne dit Frédéric le Bel (1286-1330)

Il fut anti-roi des Romains, c’est-à-dire prétendant mais non élu, au titre d’Empereur Romain germanique de 1314 à 1322. Puis, à partir d’un accord conclu en 1325 avec son cousin, l’empereur Louis IV, il devint Roi des Romains sous le nom de Frédéric III.

Fils de l’Empereur Albert 1er et d’Élisabeth de Carinthie, il devint, après la mort de son frère aîné Rodolphe 1er et l’assassinat de son père en 1308, le souverain de l’Autriche dont il partagea l’administration avec ses frères cadets. En 1315, il épousa Elisabeth d’Aragon, fille de Jacques II.

Sa vie fut marquée par ses relations avec son cousin Louis IV. Ils avaient été élevés ensemble, et leurs relations étaient bonnes. Mais elles devinrent conflictuelles lorsque la tutelle des Ducs de Basse Bavière fut confiée à Frédéric. Louis IV le battit à Gamelsdorf et il dut renoncer à cette tutelle.

Après la mort de l’empereur Henri VII de Luxembourg, il se porta candidat à la couronne du Saint Empire. Cependant, à l’instigation de l’Archevêque de Mayence Pierre d’Aspelt, c’est Louis IV qui fut élu par 4 Princes Électeurs sur 7 en octobre 1314. Louis IV fut alors couronné à la hâte Roi des Romains par l’Archevêque de Cologne, au lieu de celui d’Aix-la-Chapelle.

Frédéric, appuyé par son cadet Léopold 1er, remporta d’abord des succès militaires contre Louis IV. Cependant, celui-ci le défit et le captura le 28 septembre 1322, avec 1 300 autres gentilshommes d’Autriche et de Salzbourg, sur la lande d’Ampfing près de Mühldorff. Il le retint prisonnier au château de Trausnitz dans le Haut Palatinat.

Frédéric qui gouvernait avec ses frères et Léopold 1er ne s’avoua pas vaincu, continuant le combat. Cette résistance, la perte de l’alliance avec le Roi de Bohême et l’excommunication du Pape Jean XXII conduisirent Louis à relâcher Frédéric, aux conditions du Traité de Trausnitz du 13 mars 1325. Celui-ci y reconnaissait son cousin Louis comme souverain légitime et s’engageait à retourner en captivité s’il ne parvenait pas à convaincre Léopold de déposer les armes.

Ayant échoué, il retourna à Munich se constituer prisonnier, alors même que le Pape l’avait délié de son serment.

Impressionné par cette loyauté chevaleresque, Louis rendit son amitié à son cousin, partagea son palais avec lui et ils se mirent d’accord pour diriger en commun le Saint Empire. Face aux objections du Pape Jean XXII et des Princes Électeurs, ils signèrent un nouveau traité à Ulm le 7 janvier 1326, selon lequel il dirigerait l’Allemagne en tant que Roi des Romains, tandis que Louis serait couronné Empereur en Italie. Cependant, la mort de Léopold 1er le 28 février conduisit Frédéric à abandonner cette régence impériale pour ne diriger que les seules possessions des Habsbourg.

Il mourut le 13 janvier 1330 au château de Gutenstein dans le Wienerwald, et fut inhumé à Mauerbach dans un monastère qu’il avait fondé.

P.-S.

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Frédéric le Beau