Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Yves III de Bellême

mardi 31 juillet 2012

Yves III de Bellême (mort vers 1071)

Évêque de Sées vers 1032/1033 sous Guillaume le Conquérant, duc de Normandie

Fils de Guillaume 1er de Bellême, seigneur de Bellême et sire d’Alençon, et petit-fils d’Yves 1er, fondateur de la famille.

Il est le frère de Guérin, Robert et Guillaume II Talvas de Bellême et l’oncle d’Arnoul et de Mabile de Bellême, femme de Roger II de Montgommery.

Son accession à la seigneurie de Bellême est également obscure. Vers 1047-1048, il aurait soutenu la révolte d’Arnoul, contre son père Guillaume II Talvas, seigneur de Bellême. Au final, ce dernier est vaincu et doit abandonner ses terres. La seigneurie est partagée entre Arnoul et son oncle Yves. Ce dernier obtient Bellême. Puis tout lorsque quelques années plus tard, vers 1048/1049, Arnoul est assassiné. Ce n’est qu’après la mort de son neveu Arnoul qu’Yves reçoit le château de Bellême.

En 1048, Guillaume Soreng et ses 3 fils entre en rebellion contre Yves. Ils ont réunis une troupe de bandits qui a ravagé la région avant de s’emparer de Sées et sa cathédrale Saint-Gervais. Yves doit donc mener un siège et tente de déloger ses adversaires réfugiés dans une tour. Il ordonne de mettre le feu aux maisons voisines mais le feu se propage et gagne la cathédrale qui se trouve en grande partie détruite.

La cathédrale trouve rapidement une nouvelle couverture et est dédicacée le 2 janvier 1049. Mais les murs, fragilisés par l’incendie, ne tiennent pas longtemps avant de céder.

Quant en 1049, le prélat assiste au concile de Reims, le pape Léon IX s’en prend violemment à lui pour avoir incendié la cathédrale. En pénitence, Yves est contraint de la restaurer. Pour trouver les importantes ressources nécessaires au chantier, il quitte la Normandie et ose un voyage lointain pour quêter en Pouilles, et même à Constantinople, où sont installés de nombreux Normands enrichis. De son voyage, il ramène une somme considérable et une relique de la vraie Croix, don de l’empereur. Vers 1053, il commence le chantier de construction de la nouvelle cathédrale, mais ne verra pas sa fin. Sa consécration n’aura lieu qu’en 1126 sous l’épiscopat de Jean de Neuville.

Vers 1060, il mène à bien la restauration du monastère Saint-Martin de Sées, en collaboration avec sa nièce Mabile de Bellême et son mari Roger II de Montgommery.

Il assiste en 1055 au concile de Lisieux, convoqué à l’initiative du duc Guillaume, qui dépose Mauger, archevêque de Rouen. En 1059, Yves préside la bénédiction de Robert de Grandmesnil à Saint-Évroult.

Il meurt vers 1071, et inhumé dans le chœur de la cathédrale qui devait être achevé.