Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Béatrice de Provence

lundi 24 août 2020 (Date de rédaction antérieure : 28 mai 2012).

Béatrice de Provence (1234-1267)

Comtesse de Provence et de Forcalquier

Fille de Raimond Bérenger IV, comte de Provence [1] et de Forcalquier [2], et de Béatrice de Savoie

Elle épouse en 1246 Charles 1er, roi de Sicile [3], comte d’Anjou [4] et du Maine [5].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Béatrice de Provence/ Portail de la Provence/ Portail de Naples/Catégories : Reine consort de Naples/ Reine de Sicile/ Comte de Provence

Notes

[1] Le comté de Provence est la continuité du comté d’Arles. Les rois de Bourgogne et de Provence avaient en effet confié l’administration de leur royaume à des comtes qui s’intitulèrent comtes d’Arles. À la mort d’Hugues d’Arles, Conrad 1er le Pacifique, roi d’Arles, fils de Rodolphe II, morcelle le comté d’Arles en trois et nomme : Boson II, comte d’Arles, Guillaume (frère de Boson), comte d’Avignon, Griffon, comte d’Apt. Guillaume et Boson éliminent Griffon et Guillaume meurt sans enfant ; en fait, on ne lui connaît qu’un fils, Archimbaud, clerc, ce qui explique l’absence de descendance. Dans ces conditions Boson réunifie l’ancien comté d’Arles qui devient le comté de Provence. Le titre de comte d’Arles se transmettra parmi les descendants du fils aîné de Boson II.

[2] Les règles de succession du comté de Provence voulaient que les fils d’un comte lui succèdent ensemble et règnent sur le comté de manière indivise. Le comte Foulques Bertrand posséda aussi en propre le château de Forcalquier. La famille comtale de Provence s’éteignit en 1093 et trois familles se partagèrent ensuite la Provence : la maison de Toulouse, celle de Barcelone et celle d’Urgell. Les conflits d’intérêts entre ces familles ne permirent pas de maintenir l’indivision sur le comté et à l’issue des guerres baussenques fut procédé au partage du comté entre les trois maisons. Les comtes de la maison d’Urgell, descendante de Foulque Bertrand et possédant donc Forcalquier avaient pris le titre de comte de Forcalquier.

[3] Le royaume de Sicile a dans le passé recouvert plusieurs zones géographiques différentes au fil du temps, et il ne s’est pas limité à la seule île de Sicile. Il a été l’objet de convoitises de la part des plus grandes familles européennes, qui se sont battues pour s’en assurer la possession. L’histoire du royaume a été particulièrement mouvementée, marquée par des assassinats, des guerres de succession, des séparations. Les rois de Sicile n’ont donc pas tous régné sur un territoire identique. On a même pu parler, lors des périodes au cours desquelles les royaumes de Sicile et de Naples ont été réunis, de « Royaume des Deux-Siciles ».

[4] L’Anjou est une région historique et culturelle française, correspondant à l’ancienne province du même nom et dont la capitale est Angers. Bien que le duché ait disparu, le terme « Anjou » est toujours utilisé pour définir le territoire de Maine-et-Loire. Le logo du département reprend le terme « Anjou ». Le territoire de l’Anjou correspond à l’actuel département de Maine-et-Loire, ainsi qu’à plusieurs autres territoires intégrés dans diverses divisions administratives.

[5] Le comté du Maine apparaît au 9ème siècle, à l’époque carolingienne. Il occupe une position stratégique, puisqu’il se trouve sur la frontière de la Bretagne, de la Normandie et de l’Anjou. Il sert donc d’État tampon jusqu’à la fin du Moyen Âge et connaît plusieurs guerres liées aux Capétiens et aux Plantagenêts. Il est rattaché au domaine royal en 1204 puis est disloqué en 1790 lors de la création des départements.